Page images
PDF
EPUB

» Riquet , il en fit mystère au chevalier de Clerville, » de crainte qu'il ne s'en emparât.

» Puisque Riquet , en 1670, presenta cette idée » comme la sienne, il paroît, si F. Andréossy en » est l'auteur , qu'il eût mieux fait de se défier de » Riquet , que du chevalier de Clerville.

» Quant à Riquet , s'il se défioit du commissaire» général, rien ne l'empêchoit de communiquer ses » idées à Colbert. Il correspondoit directement avec » ce ministre; et en 1669, un de ses fils étoit à la

» cour.

» La manière franche et loyale dont le chevalier » de Clerville se désista de ses idées pour appuyer , » près de Colbert , les idées de Riquet , dut prouver » à ce dernier que sa défiance étoit injuste.

» Les éloges que le commissaire-général fait des » travaux, et la chaleur avec laquelle il repousse les » doutes qu'on élevoit sur leur succès, prouvent qu'il » fut l'appui de Riquet et non pas son rival.

» Ni cette injuste défiance, si Riquet le conçut en » effet , ni les imputations que j'ai repoussées, ne me » paroissent atteindre le chevalier de Clerville. A ce » qu’on ajoute pour le rabaisser, j'opposerai cette » Histoire, et le témoignage de ses contemporains » sur son esprit et ses talens.

» Au reste, la route proposée par Riquet en » 1670, valoit mieux que la direction donnée en » 1669 par le chevalier de Clerville. Celle-ci étoit » préférable à la magistrale tracée par les experts , » en 1665 ; et cette dernière étoit supérieure à l'es» quisse produite par Riquet en 1664. On ne voit ,, » dans ces améliorations graduelles, que la marche » ordinaire de l'esprit humain. Les experts ont » corrigé Riquet; M. de Clerville, les experts ; et » Riquet, le chevalier de Clerville. Riquet sur-tout, » vivant sur les lieux, occupé d'un seul objet, et » venant après tous les autres, avoit, pour mieux » faire, de grands avantages sur le chevalier de Cler» ville, distrait par tant d'autres soins, et qui ne pou» voit donner qu'un coup d'oeil au Canal de Lan» guedoc.

» Tout, dans ce Canal, projet, tracé, ouvrages » d'art, fut perfectionné de la sorte, peu à peu , par » une suite d'heureuses modifications. Il en est ainsi » de toutes les grandes entreprises. Si la première » pensée est le produit d'un instant et d'un seul » homme, presque toujours, c'est du temps et de » plusieurs , qu'elles reçoivent leur perfection ».

M. le maréchal de Vauban dans son mémoire, s'exprime ainsi : « Il paroît qu'on pourroit faire un » bassin au-dessous de celui de Lampy. C'est ce que » le P. Mourgues et M. Gilade prennent la peine » d'examiner, le niveau à la main ». Est-il vraisemblable que si M. Andréossy , qui vivoit alors, eût été jugé digne d'une statue par le maréchal de Vaubau , il n'eût pas aussi été indiqué par lui , comme devant vérifier la possibilité des nouveaux ouvrages ? Concluons-en que le mérite de cet ingenieur fut aussi peu connu de Vauban que de Clerville.

Enfin M. Allent réduit la question à ces deux points : 1°. Qui est l'auteur du projet présenté en 1664 ? Le procès-verbal des commissaires prouve que c'est Riquet. 2°. Qui est l'auteur du projet présenté en 1670 ? La carte de F. Andréossy publiée à la fin de 1669 prouve que ce n'est pas lui. Donc rien n'est plus vrai ni plus décisif, que ce témoignage de Vauban , juge irrécusable en pareille matière : « M. Riquet, entrepreneur du Canal, en étoit aussi » l'inventeur ».

FIN DES PIÈCES JUSTIFICATIVES.

Envoi de M. de la Feuille comme inspecteur des travaux. Changemens faits par Riquet dans l'exécution du devis. - Sa correspondance avec M. de Clerville. Visite du Canal par M. de Seignelai. - Défaveur générale et inimitiés particulières auxquelles est exposé Riquet. - Lettre imprimée de M. de Froidour. - Première navigation sur une partie du Canal.

Maladie de Riquet. Visite du Canal en 1672, par M. de Bezons. Retraite de cet intendant...

69

[ocr errors]
[ocr errors]

CHAPITRE iv. Changemens faits par Riquet aux

plans de M. de Clerville. – Visite du Canal en 1675, par M. d'Agnesseau. - Vérification des ouvrages extraordinaires, et arrêt du Conseil qui liquide le prix. — Devis et adjudication du Canal qui joint l'étang de Thau à la mer, et des ouvrages nouveaux à construire à Celle. Silualion de Riquet , à qui les fonds et le crédit manquent.

Sa correspondance avec M. Colbert. Mort de Riquet six mois avant que le Canal de navigation soit entièrement achevé. Première navi. gation en 1681, et vérification des travaux par M. d'Aguesseau. - Seconde liquidation des dépenses extraordinaires. - Seconde navigation en 1683, et vérification des ouvrages par M. d'Aguesseau. – Troisième vérification en 1684, et réception définitive, tant de tous les ouvrages du Canal

[ocr errors]
« PreviousContinue »