Page images
PDF
EPUB

cas semblables, dont la légitimité et la gravité sont laissées à l'arbitrage des juges. (Art. 1871.)

Dans les sociétés illimitées, ou dans les sociétés à terme, toutes les fois que l'un des sociétaires demande la dissolution de la société, et que les co-associés constatent la possibilité de la dissolution, soit parce que le sociétaire pousuivant est dans l'exception prévue par l'article 1869, soit parce qu'il se trouve compris dans la généralité de l'article 1871, on rentre dans le cas de l'article 51. Il y a contestation entre associés pour raison de la société, pour un fait qui n'est que la conséquence de l'association : il

у

a donc lieu à l'arbitrage forcé, c'est ainsi que la décidé la Cour de Lyon par arrêt du 11 avril 1823.

« Attendu , dit l'arrêt, que si l'un des associés s'oppose à la dissolution , il y a dès lors néces» sité d'examiner et d'apprécier la légitimité des » motifs allégués à l'appui de la demande;

» Attendu que cet examen et cette appréciation » ne peuvent, en matière commerciale, apparte» tribunaux de commerce, puisque l'ar

raux » tigie 51 du Code de commerce prescrit en » lermes formels que toute contestation entre { associés, et pour raison de la société ; sera jugée par des arbitres;

» Que cette disposition impérative est absolue » et n'admet aucune distinction; d'où il suit que » toutes les fois que l'existence d'une société est

[ocr errors]

» certaine, et qu'il ne s'agit point de statuer sur » la validité ou l'invalidité de l'acte qui la cons» stitue, les tribunaux de commerce sont incom

pétens pour connaitre des contestations qui » peuvent s'élever entre les associés, et qu'aux » arbitres seuls il appartient de statuer ;

» Attendu que, dès l'instant où une demande » en dissolution de société est constatée, cette » demande prend dès lors le caractère de contes» tation entre associés pour raison de la société, » et tombe par là dans les attributions des ar» bitres, etc., etc. » (Voir M. Horson. Questions sur le Code de commerce, t. 1, p. 78.)

ART. 52. Il y aura lieu à l'appel du jugement arbitral ou au pourvoi en cassation, si la renonciation n'a

pas été stipulée. L'appel sera porté devant la Cour royale.

I. Cet article est une des grandes différences qui existent entre l'arbitrage volontaire et l'arbitrage forcé. Il permet le pourvoi en cassation contre les jugemens arbitraux, rendus en matière de sociétés commerciales, tandis que l'article 1028 lu Code de procédure civile le prohibe dans les arbr trages volontaires. En effet, ne dit-il pas qu'il ne pourra y avoir recours en cassation que contre les jugemens des tribunaux, rendus soit sur requéte civile, soit sur appel d'un jugement arbitral ?

[ocr errors]

La raison de cette distinction entre les dispositions des deux Codes est

que,

dans les contestations civiles, personne n'est obligé de confier ses intérêts à des arbitres, tandis que, pour les contestations entre associés, l'arbitrage est forcé. Si les contestans dans les affaires civiles ont à se plaindre de leurs arbitres, ils ne doivent s'en prendre qu'à eux-mêmes de leur mauvais choix; ils n'avaient qu'à se présenter devant les tribu. naux ordinaires, ils avaient en effet des juges expériinentés et tous les recours légaux contre Jeurs décisions. D'ailleurs leur position n'est pas déjà si défavorable, attendu qu'indirectement la voie de cassation leur est toujours ouverte. Ils n'ont qu'à appeler de la sentence arbitrale, et se pourvoir devant la Cour souveraine contre le jugement ou l'arrêt confirmatif de l'opinion des arbitres. (Art. 1028, Code de procédure.)

Dans les arbitrages forcés, le recours en cassation était de rigueur, ar, ainsi que le remarque M. Locré, a il ne fallait pas faire acheter aux » commerçans, par le sacrifice de l'intérêt dui » fond de la contestation, l'intérêt qu'ils peuvent » avoir à être promptement jugés : en excluant » indéfiniment le pourvoi , en défendant aux » parties de se le réserver, on les abandonnerait à » la discrétion des arbitres. Rien ne serait plus dan» gereux , surtout quand ces arbitres ignorent les

principes du droit. Il serait bien étrange que des

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

»

[ocr errors]

» hommes sans caractère public, constitués juges » par un mouvement de confiance dont on se re» pent ensuite, pussent rendre des décisions plus >> irréformables que

celles des juges établis par la » loi ! si le recours en cassation devait être fermé, » il valait mieux ne pas obliger à l'arbitrage. (M. Locré, Esprit du Code de commerce, t. 1,

p. 203.)

2. Le Code donne la faculté de l'appel et du recours en cassation; mais il ne force

pas

d'en faire usage. Il permet de renoncer à ce droit, cuique licet juri in favorem suum introducto renunciare. Une fois

que

la renonciation a été stipulée, soit avant l'instruction, soit pendant le cours des débats, la convention lie les parties...., et la décision des arbitres est irrévocable (1).

3. Cependant le changement survenu dans j'état détruit le principe. « Les conventions tien» nent lieu de loi aux parties.» Par exemple, si une des parties décède antérieurement à la sentence arbitrale, laissant des héritiers mineurs, alors, la clause du compromis qui autorisait les arbitres à prononcer en dernier ressort est anéantie. L'article 1013 du Code de procédure s'applique à cet égard d'une manière formelle. « Le décès , lorsque » tous les héritiers sont majeurs, ne mettra pas

(1) Art. 1010, Cod. Procéd. civ.

» fin au compromis : le délai pour instruire et

juger sera suspendu pendant celui pour faire >> inventaire et délibérer.

Cet article, quoique mis au titre des arbitrages volontaires, peut s'appliquer à la renonciation dont nous nous occupons maintenant. En effet cette renonciation est toute volontaire : le législateur permet, dans l'arbitrage, l'appel et le recours en cassation : et si on

у renonce, comme ce n'est

que par le simple effet de sa volonté, on doit, quant à celle partie du compromis, invo. quer les règles établies pour les arhitrages volontaires:

4. Faut-il que la renonciation à l'appel et au recours en cassation soit expressément stipulée; ou bien suffit-il que les terines mêmes du compromis ou son esprit la fassent présumer? En général il faut, je crois, que la renonciation soit expressément stipulée, qu'il n'y ait aucun doute sur l'intention des parties de consentir à un jugement en dernier ressort.

Cependant il est une classe d'arbitres qui, selon la nature de son institution, doit toujours statuer sans appel. Je veux parler des amiables compositeurs.

Considérant, dit la Cour de Nanci, que la » conséquence naturelle de ces pouvoirs, con'» férés légalement aux arbitres d'après les articles » 1009 et 1019 du Code de procédure civile, est

« PreviousContinue »