Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Paul, de et à Fribourg, les sous-lieutenants d'infanterie d'élite, ont été promus Jers sous-lieutenants dans la même arme.

Le 19 décembre : M. Henseler, Edmond, major, de Bremgarten (Argovie), å Fribourg, a été nommé secrétaire définitif de la direction de la guerre. (Il était provisoire depuis le 30 décembre 1863.)

Le 21 décembre : Au grade de 1ers sous-lieutenants dans l'infanterie de réserve, MM. les les sous-lieutenants, Robadey , Joseph , à Romont; Schmid , Edouard, à Morat; Guidi, Jn-Jaques-Philippe, à Fribourg; Peiller , Philippe, de Fribourg, à Payerne.

Dans l'infanterie de landwehr, au grade de 1ers sous-lieutenants, les les souslieutenants, MM, Michel, Pierre, de Villarsel-le-Gibloux, et Jemmely, Jaques, à Courtepin.

Postérieurement au 21 décembre, ont été nommés dans le corps des carabiniers :

Au grade de capitaine de la compagnie d'élite n° 13 M. Broillet, Xavier, à Gevisiez; au grade de lieutenant de la compagnie d'élite n° 25 M. Buman, Charles, à Fribourg ; au grade de ser sous-lieutenant de la compagnie d'élite no 13 M. Kern, Philippe-César, å Fribourg. M. le capitaine Broye a passé de la compagnie no 13 au commandement de la compagnie de réserve n° 53.

Valais. -- Promotions et nominations militaires :

CARABINIERS : MM. Veuthay, Alphonse de Vionnaz, capitaine ; -- Trottet, Hypolite, de Monthey, capitaine ; - de Sépibus, Alphonse, de Morell, capitaine ; - de Laralla:, Pierre-Marie, de Colombey, lieutenant; -- Pignat , Emile, de Vouvry, jer sous-lieutenant.

INFANTERIE : MM. Gaillard , Emile, d'Orsières, capitaine ; -- de Werra, Ernest, de St-Maurice, capitaine-aide-major : - Rausis, Félic.-Nicolas, d'Orsières, lientenant ; – Fumey, César, de l'ouvry, lientenant; Délez, Louis, de Salvan, 1er sous-lieutenant.

Neuchatel. Tribunal militaire pour 1865.
Jer juge :

Perret, David, commandant de bataillon.
Ime , Morel, Numa, major d'infanterie.
Jer suppléant : Colomb, Auguste, capitaine d'infanterie ;
2me

Perrochet, Edouard, d'artillerie; 3me

Chatelain, Ulysse, de carabiniers; 4me LeRoy, Charles,

de guides.
Auditeur: Borel, Eugène, capitaine à l'état-major judiciaire.
Greflier: Bonnet, Ch. ·Edouard, lieutenant d'infanterie.

Commission de taxe militaire pour 1865 :
Perret, David, commandant de bataillon, président.
Cartier, Adolphe, major d'infanterie, assesseur.
Tripet, Alfred, capitaine d'artillerie,
Farre, Jean-Louis, capitaine d'infanterie, suppléant.
Soguel, Eugène,
Suchard, Philippe, lieut. de carabiniers,
Quinche, G.-Louis, capitaine aide-major, secrétaire.

Dans sa séance du 4 janvier 1865, le Conseil d'Etat a nommé le citoyen Georges Kruger, préposé militaire de la section de Serrières, en remplacement du ciloyen Fritz Dietz, démissionnaire. Tessin. Le tribunal militaire pour 1865 vient d'être composé comme suit : Juges : lieutenant-colonel fédéral Fratecolla; major Mola, Pierre. Suppléants : commandant Chicherio-Scalabrini, Fulvio; major Trezzino, Constantin.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Cour de cassation : Juges : colonel fédéral Rusca ; commandant Dotta, Camille ; major Chicherio Fulgenzio; capitaine de Arbondi, François; capitaine Vegezzi, Jérôme.

Suppléants : major Lurati, capitaine Marconi, Paul; capitaine Raspini, César.

Vaud. — Le Conseil d'Etat a accordé un brevet de major d'infanterie à M. Collioud, commis d'exercice en chef du contingent de Vevey et capitaine depuis 1851.

Le Conseil d'Etat a nommé: médecin capitaine, M. Eug. Mathey, à Nyon. Medecins lieutenants : MM. Dumur, à Cossonay, et Panchaud, à Lausanne.

Lieutenant d'infanterie : M. Piguet, J.-Ph., au Brassus , aux chasseurs de droite du 111e bataillon ; fer sous-lieutenant : M. Rossier, J.-F., aux Tavernes , au no 4 du 26e bataillon ; 2es sous-lieutenants : MM. Epars, Jul.-Fs-H., à Penthalaz, aux chasseurs de droite du 111e bataillon : Pascal , Ch.-G. , à Lausanne, au n° 1 du 5e bataillon de réserve cantonale; Mayor, Adrien, à Mollens, porte-drapean du 470 bataillon; Jomini, César, aux chasseurs de gauche du 112e bataillon.'

Vétérinaire militaire au grade de second sous-lieutenant: M. Monnard, R.-A., à Lachaux.

Le Conseil d'Etat a en outre accordé, conformément à l'art. 12 de la loi militaire, un brevet de lieutenant de cavalerie à la suite à M. G. de Freudenreich, à Monnaz, licencié du service d'Autriche comme lieutenant de uhlans.

Le Conseil d'Etat a nommé 2e sous-lieutenant de la compagnie n° 1 du 26me hataillon M. Perret, Louis-Henri, à Bremblens.

- Dans sa séance du 23 janvier, le Conseil d'Etat a nommé le tribunal militaire cantonal pour 1865, comme suit :

Grand juge : M. Koch, lieutenant-colonel à l'état-major judiciaire, à Lausanne.

Grand juge suppléant pour le cas où le prévenu est d'un grade supérieur à celui du grand juge: M. Veillard, colonel fédéral, à Aigle.

Suppleants du grand juge : MM. Baud et Martin, commandants de bataillon. Jer juge : M. Chautems, capitaine quartier-maitre, à Lausanne.

Suppléants du premier juge : MM. J. Gattabin, lieutenant d'infanterie, à Lausanne, et V. Pache, sous-lieutenant de carabiniers, à Chapelles.

24 juge : M. Contesse, capitaine d'artillerie, à Romainmôlier.

Suppléants du second juge : MM. Couvreu, Alois, lieutenant de dragons, à Corsier, et Meylan, Henri, lieutenant d'infanterie, à Bougy.

Auditeur en chef : M. le procureur général Verrey.
Auditeur cantonal : M. E. Bory, capitaine à l'état-major judiciaire , à Lausanne.

Suppleants de l'auditeur : M. L. Ruchonnel, lieutenant d'artillerie, et H. Guisan, sous-lieutenant d'infanterie, à Lausanne.

Greffier : M. L. Bidlingmeyer, sous-lieutenant de carabiniers, à Lausanne.

AVIS. Nous prévenons nos abonnes de l'étranger, que nous disposerons prochainement sur eur à présentation du montant de leur abonnement pour 1865. Nos traites acquittres tienulront lieu de quittance.

Nos abonnés de la Suisse sont prévenus que nous prendrons en remboursement sur la poste avec le numéro du 1er mars le montant de leur abonnement pour

1805. LAUSANNE. IMPRIMERIE PACIJE, CITÉ-DERRIÈRE, 3.

REVUE MILITAIRE

SUISSE

dirigée par

MM. F. LECOMTE, lieut-colonel fédéral; E. ROCHONNET, capitaine fédéral d'artillerie;

E. CUENOD, capitaine fédéral du génie.

[ocr errors][merged small][merged small]

SOMMAIRE. - D'un dépôt fédéral de la guerre (suite) -- Des nouvelles

. armes à feu portatives. --A propos des ressemblements de troupes frorrespondance).- Actes officiels. - Nouvelles et Chronique.- Avis. SUPPLÉMENT. REVUE DES ARMES SPÉCIALES.

D'UN DÉPOT FÉDÉRAL DE LA GUERRE.

( Suite. )

3. Les reconnaissances annuelles. (9) Les reconnaissances qui ont lieu chaque année peuvent déjà être considérées conime un commencement de l'institution du dépôt de la guerre; elles demeureront encore après son établissement la source la plus importante pour le complément des archives militaires.

Le dépôt de la guerre prêtera à ces reconnaissances tout son concours et mettra tout à leur disposition pour que les résultats en soient le plus fructueux possible.

La brigade chargée d'une reconnaissance ne pourra s'acquitter convenablement de cette tàche que si elle a recueilli déjà auparavant tous les renseignements nécessaires concernant le terrain qu'il s'agit de reconnaitre, car sans cela elle s'occupera à recueillir des renseignements qui sont déjà connus, ou elle risquera de ne recueillir que des notions de peu d'importance, si, préalablement, la partie à reconnaitre n'a élé envisagée au point de vue géographique, militaire et stratégique.

La reconnaissance pourra enfin ètre inutile si l'on procède au leve de terrains dont nous possédons déjà de bonnes éludes.

Le bureau d'état-major fournira donc, pour l'époque fixée à la l'e

"Ce n° 3 est un très bon chapitre. Toutefois quelques renseignements de plus sur cette commission du dépôt, qui se présente incidemment et à la sourdine comme adjointe au département militaire , ne manqueraient pas d'intérêt. Si l'on pouvait faire de ce nouveau rouage la commission supérieure de l'état-major et de l'armée, Ce serait certes un excellent progrès à réaliser, et nous en parlerons plus loin. 1: postes dans les archives con

Denant : 1. C. are at de la position stratégi

[ocr errors]

- Las reart-atraphique soit tactique de la

-SI partie à -1; :2. Je 547 munications, positions, de ses (surs 133.23-5 je cupies et de dessins; pour ces derniers. ia fpfte para tre employée afin de reproduire fri fols pos inmuistants, fi afin que les détails

militaires qui volere vlutie: Pl examinés avec plus de soin; 33Des tableau -latistique complélés autant que les matériaux

esistants auront permis de le faire. Ces tableaux seront véri

fiés, s'il y a lieu, el cumplies: 4 Co résumé bistatique militaire des operations qui ont eu lieu

sur la section à recunnailp. Le chef du dépit devra non-seulement tenir à jour un contrôle de toutes les pièces contenues dans les archives, mais il annolera aussi avec soin ce qui manqne å la collection al ce qui devrait être l'objet d'études

Le Département militaire et la Commission du dépôt de la guerre fixeront, chaque fois, les parties qui devront faire l'objet d'une reconnaissance dans le courant de l'année.

Quelques-uns des officiers désignés pour prendre part à la reconnaissance seront convoqués au dépôt de la guerre avant qu'elle commence et s'y réuniront de nouveau pour achever el coordonner leur travail lorsque la reconnaissance sera terminée.

Les reconnaissances annuelles ont deux buts, savoir : (1) L'investigation du pays au point de vue militaire ; b) Le développement des officiers de l'étal-major dans les études

stratégiques-tactiques. Chaque reconnaissance portera son fruit dans ces deux sens, si même l'on ne cherche à obtenir qu'un des buts mentionnés; il est indispensable pour le dépôt de la guerre que des reconnaissances aient lieu lout spécialement dans le premier.

1. Reduction de mémoires sur la défense nationale. Les travaux du bureau d'état-major doivent avoir pour but de réunir une collection de mémoires concernant la défense territoriale de tout notre pays et d'arriver par-là à former une science spéciale ayant pour objet celle defense. ()

i lorcida des memones faits par des élèves, pour leur instruction, et dont la coletion devra former uue science speciale! - Tres spéciale, en elfel!

On doit favoriser tous les moyens qui sont propres à propager parmi les officiers d'état-major les connaissances qui y ont rapport et au nombre desquelles on peut mentionner spécialement l'enseignement pour l'état-major de la géographie militaire suisse. () Si l'étalmajor ne possède pas les connaissances générales, il pourra arriver qu'en cas de guerre notre adversaire saura mieux profiter, à l'avanlage de ses dispositions stratégiques, des circonstances géographiques de notre pays que nous-mêmes, el que pour avoir négligé cette étude importante, nous serons frustrés des avantages que tire un état-major bien instruil des circonstances géographiques du théâtre de la guerre. (*)

Chaque état-major des autres Etals connait, non-seulement son propre territoire, mais aussi celui des pays avoisinants. (5) Il connaît les points importants à occuper, la signification et les avantages de telle ou telle ligne, l'influence de la forme et du genre de frontière, celle de la ligne des fleuves et des chaines de montagnes, ainsi que des roules, des réseaux de chemins de fer el surtout des places fortifiées. (*)

(1) Nous ne saurions partager cet avis qu'avec mesure. La géographie militaire suisse peut faire sans donte l'objet d'un enseignement aussi attrayant qu'instructif, surtout quand il est donné par un aussi bon officier du génie que M. le lieutenantcolonel Siegfried. Mais c'est un peu de luxe pour nos officiers d'état-major , qui auraient tant d'autres choses plus utiles à apprendre et qu'ils ne peuvent pas apprendre par eux-mêmes. Le meilleur cours de géographie, la meilleure description géographique ne vaudra jamais un simple coup-d'oeil jeté sur une bonne carte. Nous répétons que les cartes sont précisément faites pour dispenser d'une étude approfondie de la géographie, et soulager la mémoire d'une infinité de noms et de chiffres difficiles à retenir. Avoir des notions générales sur le pays, y être orienté; avoir en poche deux cartes à grande et plus petite échelle, savoir lire ces cartes et en tirer un petit croquis de circonstance, voilà toute la géographie militaire nécessaire à un officier d'état-major. S'il a de bons principes de stratégie et de tacLique, cette géographie-là, secondée de quelques reconnaissances, lui suffira pleiDement ; s'il n'en a pas, ce n'est pas un cours méthodique de géographie militaire qui y suppléera.

(*) La Suisse savail, avant la publication de ce message, que toute opération de guerre doit être précédée de l'étude du terrain. C'est prescrit dans la plupart de nos ordonnances, règlements et instructions. C'est même un peu pour cela , présumons-nous, que la Confédération a fait faire l'atlas.

() Sous avons souvent remarqué au coniraire que MM. les officiers d'état-major des pays avoisinants étaient beaucoup moins iustruits en géographie que les nôtres. Malheureusement pour nous la géographie senle ne suffit pas à constituer la supériorité militaire d'un officier.

® Tous ces objets varient de valeur suivant les circonstances politiques et militaires du moment. On ne peut pas leur en donner une absolue ; par conséquent les définitions militaires qu'on en fait d'avance sont fausses. Telle ligne de défense aujourd'bui devient ligne de communication demain , etc. On ne peut à cet égard que s'en référer aux priucipes de l'art militaire comme guides.

a

« PreviousContinue »