Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

SALUT

Elle a

SALUTEM.
Vehemens

quo jamdudum angebamur animi dolor, dum universo qua patet Christiano orbe diffusum S. P. Dominici Ordinem exulem adhuc videremus ab florentissimâ Europa regione, ubi primum, Deo auspicante, natalem diem aspexerat,

levamen ingens ac prope finem tandem aliquando accepit. Nunciatum quippe haud ita pridem Nobis est, Tibi, viro prestanti deque Christianà Republicâ præclare merito, piam prorsus nec minus alacrem a Patre luminum inditam fuisse mentem ut ad sacrum idem Prædicatorum institutum, ubi prima sexto abhinc sæculo jecerat fundamenta nunc postliminio revocandum, omnem tuam operam strenue conferres. At

reçu donc enfin un grand allégement, elle touche presque à son terme, la vive douleur dont notre åme était pénétrée, en voyant l'Ordre de notre saint patriarche Dominique encore exilé de la belle contrée de notre Europe où il a pris naissance, bien que répandu d'ailleurs aussi loin que s'étend l'univers chrétien. En effet, il nous a été récemment annoncé, homme éminent, qui avez si bien mérité déjà de l'Eglise catholique, que le Père des lumières vous a inspiré le pieux et ardent dessein de consacrer courageusement tous vos soins a rétablir le saint institut des Frères Prêcheurs dans le pays où saint Dominique en avait jeté les premiers fondements il y a

six siècles. Nous avons appris que

id

porro, quod maxime cu(Dieu veuille exaucer nos veux pimus, ut bene vertat, presto très-vifs pour le succès de cette jam fore ex gentilibus tuis deentreprise!), nous avons appris lectos aliquot egregiæ indolis avec une grande joie que quel- ejusdemque virtutis socios, maques compagnons, quelques gno cum gaudio intelleximus, hommes de cour, recrutés par qui, te præeunte, Familiæ nosmi vos compatriotes, seraient træ sese devovendos dato nomine prêts à s'enrôler à votre suite constituerint. et à vouer leur vie à notre Ordre.

Béni soit Dieu, le Père de Benedictus Deus et Pater DoNotre-Seigneur Jésus-Christ, mini Nostri Jesu Christi, qui qui Nous console dans toutes consolatur Nos in omni tribulanos épreuves! C'est pourquoi tione nostrâ. Grates propterea Nous rendons grâces au très clementissimo eidem bonorum miséricordieux dispensateur de omnium largitori egimus sumtout bien, et nous lui adressons

mas, easque perennes in postenos prières les plus ferventes

rum acturi sumus, id votis pour qu'il nous soit donné de

enixisque precibus obtestantes mettre la main le plus tôt pos

ut vix in præsenti conceptum sible à une cuvre si merveil

animo tam mirificum divinæ leusement propre à augmenter gloriæ amplificandæ, promovenla gloire de Dieu et à procurer

dæque Christi fidelium æternae le salut des fidèles, et d'en as

salutis opus quanto ocius aggredi surer le succès sein du

optatumque ad exitum in Chris. royaume très-chrétien.

tianissimo Francorum Regno

perducere Nobis obtingat. Courage donc, et que votre Age itaque, ac tuo jam tuozèle et celui de vos compagnons,

rumque sociorum zelo, alacrique votre ardeur, vos efforts, tate, contentione, doctrinæque l'éclat de votre doctrine et de potissimum atque omnigenarum vos vertus fassent revivre et re virtutum splendore reviviscal naitre comme de ses cendres un demum, nostrisque velut ex osOrdre qui a laissé tant de no sibus in gentium lucem Ordo bles exemples et de si grands ille exoriatur, cujus tam granmonuments de la science la dia nobilium exemplorum puplus pure dans les choses di. riorisque cum humanæ tum vines comme dans les choses divine sapientiæ isthic occurhumaines; un Ordre qui a été

runt monumenta ; et in quo l'honneur, la force, l'ornement, Catholica Ecclesia non solum. non pas de l'Église seule - sed ipsum quoque imperium at

au

ment, mais aussi de la Société civile.

ut

que universa civilis societas maximum habet decus, præsidium atque ornamentum.

Hujusmodi autem tantæ cernitis molis opus quo felix propitiumque habeat initium et incrementum, haud votis dumtaxat, sed et reipsa consilio, nempe, procuratione, auctoritate, omnique ope, quæcumque eæ sint, Nostri muneris partes ultro Nos quidem ac naviter impendemus.

Annuat interim bene adeo coeptis benignissimus Deus, Sanctusque ipse Guzmanæ sobolis Parens ac Sospitator, a quo secundissimos plane eventus Tibi tuisque sociis ex animo adprecantes, has libentissime dedimus Literas tanquam indubium unicuique Nostri nedum gaudii et assensus, sed consilii etiam ac bene placiti testimonium.

Pour Nous, nous consacrerons avec ardeur et résolution à l'heureux commencement et a l'accroissement d'une @uvre aussi importante, non-seulement nos voeux, mais nos conseils, notre direction, notre autorité et tous les moyens d'aetion qui peuvent dépendre de notre charge.

Que le Dieu de toute bonté bénisse cette entreprise excellente! Que le saint Patriarche qui a donné le jour à la famille de Guzman et qui la conserve vous soit favorable! Yous prions de cour pour votre succès et celui de vos compagnons, et Nous vous adressons avec amour la présente lettre comme un témoignage irrécusable non-seu-lement de notre joyeux assentiment, mais de notre entier concours.

Donné à Rome, en notre couvent de la Minerve, le 14 septembre 1838.

Datum Romæ in conventu Nostro Sanctae Marie supra Minervam, 14 septembris 1838.

Fr. ANGELUS DOMINICUS ANCARANI, Magister generalis Ordinis Praedicatorum. Fr. MARIANUS SPADA, Sacræ Theologiae Magister, et Socius,

Fr. Asge DOMINIQUE ANCARANT,

Maitre général de l'Ordre des Free res Prêcheurs. - Fr. MARIANO SPADA, Maitre en Theologie. Assistant du Général.

FIN DES PIÈCES JUSTIFICATIVES DU TOME PREMIER

TABLE

DES MATIÈRES

DÉCLARATION.

INTRODUCTION
Dorlin de l'autorité spirituelle; causes de ce déclin. Anti-christianisme du

dix-huitième siècle et de la Révolution française. Stérilité de l'erreur. -
Pourquoi Bonaparte a fait le Concordat. Articles organiqnes : suprématie
de l'Etat en matière de religion. – Evêques, profets ecclésiastiques; situation
abaissée de l'Eglise de France. - Attitude de quelques écrivains catholiques.-
Université impériale. – Emprisonnement et suppression extérieure de Pie VII.

Question de l'institution des Evêques ; Concile de 1811; Concordat de

Fontainebleau. L'Eglise sous la Restauration. Insuccès de l'alliance du

trône et de l'autel. - Les Émigrés de l'Eglise de France : Concordat de 1817.

- Senilité des nouveaux Evêques. - Contraste avec la séve exuberante d. la

France d'alors. Dans quelle disposition d'esprit Larordaire entra au

Séminaire..

1

CHAPITRE III

L'ABBÉ F. DE LA MENNAIS.
Education. Incredulité. Conversion Premiers écrits. Essai sur l'In.

différence. Succès prodigieux du tome l'?; réaction contre le second volume.
- Révolte intérieure de l'auteur. Premier voyage à Rome. Direction
donnée par la Mennais à la polémique religieuse. Anti-gallicanisme. - La
Mennais rompt avec les Bourbons. - Son évolution vers les libertés modernes.
- Ses moyens d'action aussi variés que nombreux. – La Chênaie et Malestroit.
– Avances faites par l'abbé Gerbet à l'abbé Lacordaire ; refus longtemps per
sistants de ce dernier. - Comment il cède entin.

105

CHAPITRE IV

L'AVENIR.
Chute de Charles X : impressions de Lacordaire. Fondation de l'Arenir.

Difficultés. Idées excessives de M. de la Mennais. – M. de Montalembert:
son amitié pour Lacordaire. Agence pour la liberté religieuse, – Procés
politiques. -- Affaire de l'École libre. · Impulsion donnée par l'Avenir,
Torts et suspension volontaire de ce journal. MM. de la Mennais, Lacor-
daire et de Montalembert partent pour Rome.

149

CHAPITRE V

L'ENCYCLIQUE DE 1832.
Rome en 1832 : le corps diplomatique; le cardinal de Rohan; le cardinal Lam-

bruschini; les Jésuites, le P. de Rozaven ; les cardinaux Zurla, Pacca, Ber.
netti, de Gregorio; le docteur Wiseman; les quelques représentants des idées
modernes. — Froid accueil fait à M. de la Mennais; son Mémoire au Pape.
Lettre du cardinal Pacca, effet qu'elle produit sur Lacordaire. — Il revient seul
en France. - Choléra de 1832. - Le dissentiment de Lacordaire avec M. de la
Mennais s'accentue de plus en p.us : ce dernier annonçant son retour prochain.
Lacordaire, pour éviter sa présence, part pour l'Allemagne. Rencontre de
Munich. Encyclique de 1832; apparente soumission de M. de la Mennais.
Lacordaire le suit à la Chênaie. Réaction violente et révolte intérieure de
M. de la Mennais contre l'Encycliqne : rupture definitive de Lacordaire. 18

CHAPITRE II

CHUTE DE M. DE LA MENNAIS

Retour de Lacordaire à Paris. M. de Quelen, M. de Montalembert, M** Swet-

chine. Bref du Pape à l'Archevêque de Toulous. - M. de la Mennais
demande Rome un formulaire. — Bref à l'évêque de Rennes; faux-fuyants de
M. de la Mennais. Il signe un acte de soumission sans réserve. Nouvelle
adhésion publique de Lacordaire å l'Encyclique. Paroles d'un Croyani.
Considérations sur le système philosophique de M. de la Mennais, - Ency.
clique du 7 juillet 1834. Soumission de M. de Montalenibert. · Affaires de
Rome. - Conclusion.

« PreviousContinue »