Page images
PDF
EPUB

tera en France aucun des sus-dits prisonniers de guerre espagoots.

6o. Le mode de libération des prisonniers de ynerre portugais et siciliens, detenus en Frauce, sera le inéme que celui indiqué à l'article précédent.

5°. Le gouvernenrenit britannique s'enteudra pour l'application des principes convenus dans le preseol cartel, avec les gouverDemets russes et darois, eu ce qui coucerne chacıiu de ces gou. verveineus.

6o. Il sera nommé un comunissaire français et un commissaire anglais, pour résider le premier à Lonires, et le second à Paris, à l'effet de veiller à l'exécution de cette con veutiou.

7o. Il sera pourvu, par une conveution particulière, à ce qui intéresse les prisonniers qui pourraient étre faits ultérieurement de part et d'autre, de papiere à tempérer les malheurs de la guerre, par tout ce que l'humanité peui inspirer en faveur de ceux qui en sont les viciiines.

No III. Traduction d'une Note de M. Mackenzie. Le soussigné, commissaire britannique, pour la négociation d'un cartel d'échange de prisonniers de guerre, a eu l'honneur de se rendre ce matin chez M. Dumoustier, commissaire français pour lui exprimer 'a continnation et la sincérité du désir du gouvernemeut britannique, de mettre un terme à la captivité des sujets des deux rations respectives, et pour lui détailler les divers sacrifices auxquels le gouvernement britannique consent, dans l'espoir d'établir un cartel semblable à celui qui a eu lieu en 1793.

Le solissiyné ayant été autorisé, dans le cas où le gouvernement français se refuserait d'acepter la base du cartel de 1798, à demander à M. Dumoulstier ci'avoir la bonté de l'informer, d'une mauiere précise de ce que le gouvernement français aurait à proposer en échange du surplus des prisonniers trançais en Angleterre, avec l'explication detaillée du plan d'exécurion, le soussigné a reçu en reponse de M. Dumoustier, une note, à laquelle était joint un projet de cartel établi sur le principe de la libération générale, alsolue et simultanée de tous les prisonniers de guerre faits jusquà ce jour, par les deux masses belligérantes , dans quelques contrée qu'ils se trouvent.

Le sonssigné ne se permetia de faire aucune remarque sur le projet ci-dessus, qu'il est de son devoir de porter sans délai à la coppaissance du gouvernement de sa majesté,

Il se bornera à observer à M, Dumoustier, que les questions qui lui ont été adressées par le soussigné, le 24 Avril, jour où, pour la preinière fois, il a eu l'honneur de ie voir à Morlaix, ne se rapportaient uniquement qu'aux explications nécessaires et TONE IV.

F F F

l'objet de la discussion relative aux prisonniers français en Angle. terre; et il exprimera encore à M. Dumoustier qu'il ne saurait être considéré comme étant le garant, ni le gouvernement britannique réputé par-là avoir accédé en aucune manière à la question de comprendre ses alliés dans le traité proposé.

Le soussigné saisit cette occasion pour exprimer à M. Dumoustier les assuranees de sa haute considération.

(Signé) C. A. MACKENZIE. Morlaix, 25 Mai, 1810.

No. IV.

Note de M. Dumoustier, 26 Mai, 1810. Le soussigné, commissaire français, nommé pour l'établissement d'un cartel d'échange de prisonniers de guerre, a l'honneur de faire connaitie à M. Colin-Alexander Mackenzie, commissaire britannique, nominé pour cette négociation, que si l'Aogleterre se refuse à la proposition faite de prendre pour base du cartel à établir, le principe de la libération générale et absolue de tous les prisonniers de guerre des deux masses belligérantes, lui soussigné est autorisé à proposer de substituer à cette base, celle du cartel de 1780, entre la France et l'Angleterre.

Le soussigné saisit cette occasion de réitérer à M. Colin. Alexandre Mackenzie, l'assurance de sa haute considération.

No. IV. bis. Traduction d'une note de M. Mackenzie. Le soussigné, commissaire britannique pour la négociation d'un cartel d'échange de prisonniers de guerre, reconnait avoir reçu de M. Dumoustier, commissaire français, une note en date du 26 Mai, par laquelle celui-ci se trouve autorisé de proposer les bases du cartel qui a eu lieu en 1780, eutre l'Angleterre et la France, dans le cas où le gouvernement britannique n'accepterait pas le principe d'une libération générale de tous les prisonuiers de guerre des puissances belligerantes, ainsi qu'il est établi dans la note reçue bier matin.

Le soussigné renouvelle à M. Dumoustier l'assurance de sa haute considération.

(Signé) C. A. MACKENZIE. Morlaix, le 27 Mai, 1810.

No. V. Traduction d'une note de M. Mackenzie. Le soussigné, commissaire pour l'échange des prisonniers de guerre britanniques, a l'honneur d'informer M. Dumolistier, commissaire français pour l'échange des prisouniers français, qu'il n'a pas manqué de soumettre à son gouvernement le prohet de cartel qui lui a été communiqué avec la note de M. Dumoustier, du 25 Mai, et il éprouve une grande satisfaction en étant autorisé à communiquer à M. Dumoustier, le projet ciinclus, d'une convention pour un échange de prisonniers, qui admet le principe général de la proposition française, et adopte quant à son exécution et à l'égard de toutes les puissances belligérantes, le mode que M. Dumoustier a proposé d'établir entre la France et l'Espagne.

Le soussigné, en s'étendant avec l'espérance la plus vive (et qu'il croit la mieux fondée) à trouver le gouvernement français disposé à acquiescer aux propositions, aussi justes que libérales, contenues dans ce projet, a l'honneur de renouveler à M. Dumoustier, l'assurance de sa liaute considération.

(Sigué) C. A. MACKENZIE. Morlaix, le 23 Juin. 1310.

No. VI. Traduction d'un projet de convention pour l'échange de prison

niers de guerre, accompagnant la note de M. Mackenzie, du 23 Juin.

Art. ler. Tous les Anglais, tous les Espagnols, Portugais, Siciliens, Hanovriens et tous autres sujets ou au service de la Grande-Bretagne ou des puissances alliées de la Grande-Bretagne, qui sont maintenant prisonniers de guerre en France et Italie, à Naples, ou dans tous les autres pays alliés ou dépendans de la France, seront mis en liberté sans exception.

2. Tous les Français, Italiens et autres personnes au service de France et d'Italie, tous les Hollandais et Napolitains, et tous autres sujets ou au service des puissances alliées de la France, qui sont maintenant prisonniers de guerre en la Grand-Bretagne, en Espagne, en Sicile, en Portugal, au Brésil, ou en tous autres pays alliés de la Grande-Bretagne ou occupés par des troupes britanniques, seront mis en liberté sans exception.

3. !! est entendu, qu'en conséquence des deux articles précédens, tous les prisonniers de guerre appartenant à la France et à ses alliés, à la Grande Bretagne et à ses alliés, respectivement, faits pendant et avant la signature de la présente convention, seront mis en liberté de la manière qui va être statuée ci-après par rapport à chaque pays respectivement.

4. L'exécutiou des articles précédens aura lieu ainsi qu'il suit :

SECTION 1. Tous prisonniers britanniques de tout rang et qualité, détenus en France et en Italie, et dans les dépeudances de la France et de l'Italie, seront mis en liberté ; et leur échange commencera immediatement après la signature de cette couvention en envoyant à Deal ou Portsmouth, ou tel autre port d'Angleterre, dans la Mauche, dout on pourra convenir, ou bien en remettant entre les mains de commissaires britanniques désignés pour les recevoir, mille prisonniers britanniques pour mille prisonniers fran. çais qui seront nis en liberté par le gouvernment britannique, ainsi qu'il va être dit.

SECTION II. Tous les prisonniers français de tout rang et qualité, maintenant détenus dans la Grande-Bretagne ou dans les possesions britanniques, seront mis en liberté. Leur échange commencera à avoir lieu immédiatement après la signature de convention, et s'opérera par l'envoi successif à Morlaix ou claus tel autre port français, daus la Manche, dont on sera convenu, ou par la remise entre les mains de comunissaires français chargés de les recevoir, de mille Français pour mille prisonniers anglais, à fur et à mesure que le gouvernement français relâchera ceux-ci.

SECTION III. Ces remises sucessives et réciproques continueront à avoir licu jusqu'à ce que tous les prisonniers britanniques en France, en Italie ou dans leurs dépendances, aient été mis en liberté.

SECTION IV. La Grande-Bretagne s'engage aussi à mettre en liberté, indé. pendamwept et en sus des quantités, échangées contre des prisonniers britanniques, eu consequence de l'arrangement sus-nientionné, deux mille prisonniers français, pour former une balance avec deux mille hauovriens, ce nombre étaut le montant le plus considérable de ceux qui, compris dans la capitulation du comte de Walmoden, sont ou peuvent être maintenant au service de la Grande-Bretagne.

SECTION V. L'estination numérique, suivant laquelle les individus de grades et de qualités supérieures, seront évalués pour former le nonbre de mille ainsi échangés, sera fait par rapport anx

personnes appartenant à l'armée de terre et de mer, d'après · l'échelle de proportion de la convention de 1798, et par rapport

aux personnes détenues en France en 1803, d'après l'échelle suivante, savoir:

Le comte de Beverley sera échangé contre un officier-général du plus haut grade parmi les prisonniers actuellement en Augleterre.

Les fils de pairs et les conseillers privés seront assimilés en rang aux colonel ou aux capitaines de vaisseau.

Les barons et chevaliers, à des officiers · supérieurs et à des capitaines de frégate.

Les genitemen, savs autre distinctiou de rang, à des capitaines de la ligne ou à des lieutenans de vaisseaux,

Les commerçans (petite bourgeoisie) à des officiers subalternes.

Les domestiqnes et tous autre détenus à des soldats ou maielots.

Néanmoins ou n'aura recours au principe de compléter les quantités par l'application aux rangs d'une valeur numérique, que dans le cas seulement où il ne se trouverait pas un nombre suffisant d'individus à échanger l'un contre l'autre, grade pour grade.

SECTION VI. Quand tous les prisonniers britanniques détenas en France, en Italie, et dans leurs dépendances, auront été échanges contre un uombre égal de prisonniers français détenus en Angleterre et dans ses possessions (compiés et évalués suivant le principe établi dans la section précédente de cet article), la baiance de prisonniers français qui pourra se trouver encore entre les nwins de la Grande-Bretagne, sera inise en liberté et renvoyée en France de la manière et d'après les conditions ci-dessous exprimées, en sorte qu'aucun prisonnier français ne restera en Angleterre ni dans ses possessions.

SECTION VII. Tons prisonniers de guerre français en Espagne et dans ses dépendances, et tous les prisonniers de guerre espagnols en France ou es Espague, ou dans les pays dépendans de la France, seront réciproquement mis en liberté par uu échange qui anra lieu, 8. entre les généraux espagnols et français, soit au moyen de l'envoi par mer à Toulon et Rochefort, des Français détenus en Espagne.

SECTION viti. La mise en liberté des prisonniers de guerre espagnols en France aura lieu, soit par l'envoi successif à Cadix, à Valence pu dans tel autre port espagnol dont ou pourra convenir, de mille ou cinq cents Espagnols, pour mille ou cinq cents Français, aussitót et dans la même proportion que ces derniers auront été mis en liberté.

SECTION 1X. Les mises en liberté successives et réciproques continueront à avoir lieu jusqu'à ce que tous les prisonniers français en Espague aient été relâchés.

SECTION X. L'estimation pumérique suivant laquelle les individus . de grades ou qualités supérieurs seront évalués à l'effet de compléter le nombre de mille ou cinq cents à échanger ainsi entre l'Espagne et la France, sera faite d'après l'échelle de proportiva

« PreviousContinue »