Economie forestière: Notions préliminaires à l'aménagement. Les méthodes forestières d'autrefois. L'aménagement des forêts, les méthodes actuelles. 1907, viii, 510 p

Front Cover
L. Laveur, 1907

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 151 - Louis , par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre , à tous présens et à venir, salut.
Page 124 - Je ne vous ai point appelés, comme faisaient mes prédécesseurs, pour vous faire approuver leurs volontés. Je vous ai assemblés pour recevoir vos conseils, pour les croire, pour les suivre, bref, pour me mettre en tutelle entre vos mains, envie qui ne prend guère aux rois, aux barbes grises et aux victorieux.
Page 209 - ... détruire ce bois que d'en faire coupe nette ; il faut y laisser cinquante ou soixante arbres par arpent , ou, pour mieux faire encore, ne couper que la moitié ou le tiers des arbres alternativement, c'est-à-dire éclaircir seulement le bois d'un tiers ou de moitié, ayant soin de laisser les arbres qui portent le plus de graines ; tous les dix ans on fera, pour ainsi dire, une demi-coupe , ou même on pourra , tous les ans , prendre dans ce taillis le bois dont on aura...
Page 232 - Pour le premier point, dès lors que le commissaire est arrivé dans le lieu de la maistrise des forests qu'il veut réformer, il est nécessaire qu'il se rende maistre du greffe pour en tirer une connoissance parfaite de tout ce qui s'est fait dans ladite maistrise ; et pour cet effet, s'il ne trouve pas moyen de s'assurer de la fidélité du greffier (ce qui est fort difficile), il seroit bon qu'il fist sceller tous les lieux où peuvent estre les papiers du...
Page 463 - Dans les coupes des bois des communes et des établissements publics, la réserve prescrite par l'article 70 de la présente ordonnance sera de quarante baliveaux au moins et de cinquante au plus par hectare. — Lors de la coupe des quarts en réserve, le nombre des arbres à conserver sera de soixante au moins et de cent au plus par hectare.
Page 233 - ... dépend de la fidélité d'un arpenteur. 11 est aussy nécessaire d'observer, sur le sujet de l'arpenteur, qu'il ne faut jamais l'employer dans son pays, ni dans les forests où il a accoustumé de travailler, afin d'éviter ses habitudes. Le commissaire allant reconnoistre les bornages doit se faire accompagner des officiers de la maistrise, desquels il doit soigneusement se donner de garde, particulièrement si les forests sont ruinées et...
Page 159 - ... conseillers d'Etat avaient dû leur être adjoints, notamment Pussort, oncle maternel de Colbert, dont la sévérité bien connue a laissé son empreinte dans toutes les dispositions pénales de l'époque. Deux écoles opposées étaient alors en présence : l'une, représentée par ce conseiller, qui, à raison de sa parenté avec Colbert et de sa capacité administrative, était partout prépondérant; l'autre, ayant à sa tête le président de Lamoignon, un peu dans l'opposition, dans les...
Page 175 - ... l'accroissement du bois augmente jusqu'à un certain âge, après quoi il diminue; c'est ce point , ce maximum , qu'il faut saisir pour tirer de son taillis tout l'avantage et tout le profit possible.
Page 463 - Lors de l'exploitation des taillis, il sera réservé cinquante baliveaux de l'âge de la coupe par hectare. En cas d'impossibilité, les causes en seront énoncées aux procès-verbaux de balivage et de martelage. Les baliveaux modernes et anciens ne pourront être abattus qu;autant qu'ils seront dépérissants ou hors d'état de prospérer jusqu'à une nouvelle révolution.
Page 209 - ... détruire ce bois , que d'en faire coupe nette : il faut y laisser cinquante ou soixante arbres par arpent, ou , pour mieux faire encore , ne couper que la moitié ou le tiers des arbres alternativement , c'est-àdire , éclaircir seulement le bois d'un tiers ou de moitié, ayant soin de laisser...

Bibliographic information