L'Ambigu: ou Variétés littéraires, et politiques, Volume 33

Front Cover
Jean-Gabriel Peltier
Vogel et Schulze, 1811
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

page 474: le 14 mai 1811,l'abbé (Gaston de) Sambucy visite la cathédrale pour les préparatifs du baptême du Roi de Rome

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 703 - Qu'est-ce là? lui dit-il. — Rien. — Quoi! rien?— Peu de chose? — Mais encor? — Le collier dunt je suis attaché De ce que vous voyez est peut-être la cause. — Attaché ! dit le loup : vous ne courez donc pas Où vous voulez? — Pas toujours; mais qu'importé? — Il importe si bien , que de tous vos repas Je ne veux en aucune sorte, Et ne voudrois pas même à ce prix un trésor.
Page 203 - Quand on voyage dans la Judée, d'abord un grand ennui saisit le cœur; mais lorsque, passant de solitude en solitude, l'espace s'étend sans bornes devant vous, peu à peu l'ennui se dissipe, on éprouve une terreur secrète, qui, loin d'abaisser l'âme, donne du courage, et élève le génie. Des aspects extraordinaires décèlent de toutes parts une...
Page 504 - République près les tribunaux de première «instance d'y tenir la main, à tous commandants et officiers de la • force publique de prêter main-forte lorsqu'ils en seront légalement
Page 439 - Louis était entouré de sa famille en larmes, des princes consternés, des princesses défaillantes.
Page 18 - ... talisman. Aucun signe de joie , aucune apparence de bonheur ne se montre à vos yeux : ce qu'on voit n'est pas un peuple , mais un troupeau qu'un iman conduit et qu'un janissaire égorge.
Page 760 - État du troisième ordre. Si la moitié de l'Europe s'est séparée de l'Église de Rome, on peut l'attribuer spécialement à la contradiction qui n'a cessé d'exister entre les vérités et les principes de la religion , qui sont pour tout l'univers, et des prétentions et des intérêts qui ne regardaient qu'un très-petit coin de l'Italie.
Page 440 - ... la preuve invincible dans sa religion, ses vertus et ses malheurs. Enfin, vers les trois heures de l'après-midi, le roi, jetant un grand soupir, prononça distinctement ces paroles : « Seigneur, j'entrerai dans votre maison, et je vous adorerai dans « votre saint Temple * ; » et son âme s'envola dans le saint Temple qu'il était digne d'habiter.
Page 35 - Je ne sortis point de l'enceinte sacrée sans m'arrêter aux monuments de Godefroy et de Baudouin : ils font face à la porte de l'église, et sont appuyés contre le mur du chœur. Je saluai les cendres de ces rois chevaliers qui méritèrent de reposer près du grand sépulcre qu'ils avaient délivré.
Page 4 - Athènes se montrait à moi : ses toits aplatis entremêlés de minarets, de cyprès, de ruines, de colonnes isolées, les dômes de ses mosquées couronnés par de gros nids de cigognes, faisaient un effet agréable aux rayons du soleil.
Page 17 - Scutari; la terre d'Europe était à ma gauche : elle formait, en se creusant, une large baie pleine de grands navires à l'ancre et traversée par d'innombrables petits bateaux. Cette baie, renfermée entre deux coteaux, présentait en regard et en amphithéâtre Constantinople et Galata.

Bibliographic information