Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

champ, P. Thomas, Ern. Discailles, Ch. Duvivier, membres; J.-C. Vollgraff, associé; V. Brants, Ch. De Smedt, Jules Leclercq, M. Wilmotte, H. Pirenne, Ern. Gossart et Pol. De Paepe, correspondants.

CORRESPONDANCE.

M. le Ministre de l'Intérieur envoie, pour la bibliothèque de l'Académie, un exemplaire des ouvrages suivants :

Recueil des travaux publiés par la Faculté de philosophie et lettres de l'Université de Gand, 21° fascicule : FaustusNotes; par H. Logeman;

Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres de l'Université de Liége, 2e fascicule : Ludwig Tieck als Dramaturg; par H. Bischoft; 4° fascicule : Le livre des Islandais du prélre Ari le savant; par Félix Wagner;

Bibliothèque coloniale internationale : 3e série, tome II; 4° série, tome jer ;

Inventaire des archives de la ville de Saint-Trond, tome VI, 5e livre; par Fr. Straven. Remerciements.

[ocr errors]

Hommages d'ouvrages. 1. Histoire de la maison de la Marck, y compris les Clèves de la seconde race; par le baron J. de Chestret de Hanesle (présenté par M. S. Bormans, avec une note qui figure ci-après);

2. Un curieux problème de transmission symbolique. Les roues liturgiques de l'ancienne Égyple; par le comte Goblet d’Alviella;

[ocr errors]

5. Eloge funèbre de Mer Zomers, prélal de la maison du pape et vicaire général du diocèse de Liège; par M. le vicaire général Georges Monchamp;

4. Dictionnaire de style français - latin offrant une comparaison des deux langues dans l'emploi des mots, etc. (Prix De Keyn en 1898); par D. Keiffer ;

5. La participation aux bénéfices. Contribution à l'étude des modes de rémunération du travail; par Waxweiler (présenté par M. Goblet d’Alviella, avec une note qui figure ci-après).

Remerciements.

[ocr errors]

Travaux manuscrits renvoyés à l'examen : 1° Les quarante-deux leçons de Bouddha ou le King des XLII sections (sze-shi-erh-tchang-King), texte chinoismandchou avec traduction, introduction et notes; par Ch. de Harlez. -- Commissaires : MM. Lamy, le comte Goblet d'Alviella et Kurth;

Note sur la légende de la lettre du Christ tombée du ciel; par le P. De le Haye, S. J. — Commissaires : MM. Lamy, De Smedt et Alphonse Willems.

La Fédération archéologique et historique de Belgique annonce que sa quatorzième session se tiendra à Arlon, au commencement d'août 1899.

NOTES BIBLIOGRAPHIQUES.

Le baron de Chestret, notre confrère, qu’un mal tenace empêche d'assister à nos séances, m'a prié d'offrir en son nom à la Classe un exemplaire du beau livre qu'il

[ocr errors][ocr errors]

vient de publier sous le titre de : Histoire de la maison de la Marck, y compris les Clèves de la seconde race, 1 volume in-4'. Édité à petit nombre par la Société des Bibliophiles liégeois, cet ouvrage peut être considéré comme une rareté bibliographique; les portraits qui l'ornent, tirés de la bibliothèque d'Arras, du cabinet des estampes de Paris et d'ailleurs, les planches de sceaux qui le terminent, contribuent à en faire un livre de luxe.

En apparence, c'est une généalogie. Mais lorsque les recherches généalogiques s'appliquent à une famille illustre, dont le nom se rencontre pendant des siècles dans les chartes et les chroniques, c'est surtout de l'histoire. Outre que celle de la Marck a longtemps compté parmi les maisons souveraines, ses branches se sont étendues sur différents pays où elles ont occupé une place considérable. Aussi l'histoire de la maison de la Marck n'intéresse-t-elle pas seulement les Pays-Bas et la principauté de Liége, mais aussi des parties notables de la France et de l'Allemagne. Les la Marck, ducs de Clèves, ducs de Nevers, comtes d'Arenberg, comtes de Rochefort, princes de Sedan, barons de Lummen, font tour à tour l'objet d'une étude scrupuleuse. En soulignant ce dernier mot, je fais du livre de notre confrère l'éloge le plus complet. Le principal mérite d'une généalogie est, en effet, l'exactitude, et la précision est la qualité maitresse de M. de Chestret. Pas une date, pas un fait n'est admis sans contrôle. Il sullit de parcourir le bas des pages pour constater que la plupart des sources invoquées en témoignage sont des cartulaires. On se rendra compte, du même coup, de l'étendue des recherches auxquelles l'auteur a dù se livrer pour recueillir les éléments de sa publication.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Dans cette riche galerie de portraits, nombreux sont ceux de personnages historiques ou ayant joué des rôles politiques importants : Adolphe et Philippe de Clèves, plus connus dans nos annales, au XVe siècle, sous le nom de sires de Ravestein; Guillaume, duc de Clèves, de Juliers et de Berg, qui osa lutter à armes égales contre Charles-Quint; Éverard Jer, seigneur d'Arenberg et de Neufchâteau, qui fut à Liége l'âme du parti français contre les Bourguignons; Everard, seigneur d’Agimont et de Rochefort, qui ne craignit pas de défier Philippe le Bon; Robert II, dit le Diable, qui guerroya toute sa vie, tantôt contre Maximilien d'Autriche, tantôt contre Charles-Quint; son fils, le vaillant maréchal de Florange; le terrible Guillaume fer, surnommé à la Barbe ou le Sanglier des Ardennes; Guillaume II, dit Lumay, le chef des gueux de mer. Et parmi les figures de femmes : Marie de Clèves, la nonpareille, qui épousa à 14 ans le duc Charles d'Orléans; Anne de Clèves, à qui échut le dangereux honneur de devenir la quatrième femme de Henri VII, roi d'Angleterre; Henriette, Catherine et Marie, trois seurs, dites les trois Grâces, « aussi accomplies de corps comme d'esprit », et dont la seconde, par son mariage avec Henri le Balafré, duc de Guise, rappelle un des plus sanglants événements de l'histoire.

Dans ces biographies, le grand danger était la prolixité. M. de Chestret a su l'éviter ; sauf quelques historiettes plus ou moins avérées de Brantôme, peul-être même de Teschenmacher, le récit est court, serré, nerveux, en même temps que le style est soigné et correct. Mais ce qui en fait surtout le mérite, c'est qu'on y trouve les dates exactes ou approximatives auxquelles chaque personnage a été revêtu de ses charges et est entré en possession des seigneuries dont il porta les titres. Ce n'est: pas vainement que notre savant confrère, par cette méthode rigoureuse, espère « avoir fait avancer l'histoire locale ».

Un chapitre entier est consacré à la longue série des bâtards de la Marck, dont M. de Chestret lui-même, malgré la pénétration de sa critique, ne se flatte pas d'avoir toujours débrouillé les obscures origines.

Le volume se termine par des pièces justificatives dont on pourrait regretter que les analyses, tantôt françaises, tantôt latines, ne soient pas plus explicites, et par une excellente table des matières.

Stan. BORMANS.

La participation aux bénéfices, contribution à l'étude des modes de rémunération du travail, par M. Émile Waxweiler. Paris, 1898, 1 vol. in-4° de 320 pages.

J'ai l'honneur de présenter à la Classe, de la part de l'auteur, un récent mémoire sur la question de la participation aux bénéfices, par M. Émile Waxweiler, chef de bureau à l'Office du Travail et chargé de cours à l'École des sciences sociales organisée à l'Université de Bruxelles. Ce mémoire, qui a obtenu le prix de douze mille francs au concours organisé par le Musée social de Paris, mérite à lous égards d'attirer l'attention de l'Académie. L'auteur y envisage la participation aux bénéfices successivement au triple point de vue des faits, de la science économique et du droit. Il s'applique surtout à discuter et à réfuter les objections que ce mode de rémunération du travail, peut-être imprudemment présenté par certains esprits enthousiastes comme la grande pana

« PreviousContinue »