Curiosité et indiscrétion

Front Cover
Ponthieu, 1825 - 335 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 127 - Tant qu'un peuple est contraint d'obéir et qu'il obéit , il fait bien ; sitôt qu'il peut secouer le joug et qu'il le secoue , il fait encore mieux : car , recouvrant sa liberté par le même droit qui la lui a ravie , ou il est fondé à la reprendre , ou l'on ne l'était point à la lui ôter.
Page 22 - C'est une étrange et longue guerre que celle où la violence essaye d'opprimer la vérité. Tous les efforts de la violence ne peuvent affaiblir la vérité, et ne servent qu'à la relever davantage.
Page 8 - Tout ce que je vois jette les semences d'une révolution qui arrivera immanquablement, et dont je n'aurai pas le plaisir d'être témoin. Les Français arrivent tard à tout, mais enfin ils arrivent; la lumière s'est tellement répandue de proche en proche, qu'on éclatera à la première occasion et alors ce sera un beau tapage; les jeunes gens sont bien heureux, ils verront de belles choses.
Page 148 - Il y aura toujours une grande différence entre soumettre une multitude et régir une société. Que des hommes épars soient successivement asservis à un seul, en quelque nombre qu'ils puissent être, je ne vois là qu'un maître et des esclaves ; je n'y vois point un peuple et son chef ; c'est, si l'on veut, une agrégation, mais non pas une association ; il n'ya là ni bien public, ni corps politique.
Page 267 - Qu'on ne dise donc point que le souverain ne « soit pas sujet aux lois de son état, puisque la « proposition contraire est une vérité du droit «des gens, que la flatterie a quelquefois atta« quée , mais que les bons princes ont toujours « défendue comme une divinité tutélaire de leurs
Page 110 - Je fais avec toi une convention toute à ta charge et toute à mon profit, que j'observerai tant qu'il me plaira, et que tu observeras tant qu'il me plaira.
Page 252 - Le Moïse commence à moisir par les bords '. Quel mal cela fait-il? Ceux qui sont morts sont morts. Le tombeau contre vous ne peut-il les défendre? Et qu'ont fait tant d'auteurs, pour remuer leur cendre? Que vous ont fait Perrin, Bardin, Pradon, Hainaut...
Page 176 - Aristote avait raison; mais il prenait l'effet pour la cause. Tout homme né dans l'esclavage naît pour l'esclavage, rien n'est plus certain. Les esclaves perdent tout dans leurs fers, jusqu'au désir d'en sortir; ils aiment leur servitude comme les compagnons d'Ulysse aimaient leur abrutissement1. S'il ya donc des esclaves par nature , c'est parce qu'il ya eu des esclaves contre nature. La force a fait les premiers esclaves, leur lâcheté les a perpétués.
Page 132 - Semblable à la statue de Glaucus, que le temps, la mer et les orages avaient tellement défigurée qu'elle ressemblait moins à un dieu qu'à une bête féroce...
Page 267 - Combien est-il plus légitime de dire, avec le sage Platon, que la parfaite félicité d'un royaume est qu'un prince soit obéi de ses sujets, que le prince obéisse à la loi, et que la loi soit droite et toujours ) dirigée au bien public!

Bibliographic information