Page images
PDF
EPUB

dictis, necnon omnibus et singulis vassalibus et subditis praefati monasterii, quod supradictam dominam Ludovicam de Goycke in praelatam et abbatissam dicti monasterii recipiant, eique obedientiam, reverentiam et honorem debitos, ac servitia consueta praestent et impendant, ac ab aliis, quantum in eis fuerit, praestari et impendi faciant; et de fructibus, redditibus et proventibus dicti monasterii respondeant, et faciant plenarie et integre responderi, sic definientes et ordinantes, in his scriptis.

Datum et actum in palatio archiepiscopali Cameraci, anno 1608, octobris die sexta, praesentibus ibidem Josepho de Francqueville, Carolo Robillart et Joanne Boetville, apparitoribus nostris, ad praemissa vocatis et rogatis, sub nostro consigillo.

Per illustrissimum et reverendissimum dominum archiepiscopum : JOANNES FRANÇOIS, secretarius.

Acte sur parchemin, sceau enlevé. Archives de Ghislenghien, à Bruxelles, carton no 2.

[ocr errors]

III.

Procès-verbal de l'installation de l'abbesse Marguerite

de Bethencourt.

26 novembre 1684.

Jacobus THEODORUS DE Bryas, Dei et Apostolicae Sedis gratia archiepiscopus dux Cameracensis, sacri romani Imperii princeps, comes Cameracesii, etc., omnibus has visuris, lec. turis seu legi audituris, salutem et benedictionem. Notum facimus, quod, cum dilecta nobis in Christo filia et nobilis do. mina Margarita de Bethencourt ad nominationem Suae Majestatis catholicae per domicellas religiosas celebris monasterii de Ghilenghien, ordinis sancti Benedicti, nostrae dioecesis, in abbatissam electa, et per nos debite legitimeque confirmata,

ac ante altare majus ecclesiae dicti monasterii constituta , instanter supplicaverit munus benedictionis sibi juxta canonicas sanctiones impendi ; pos istiusmodi supplicationi tanquam rationi consonae labenter annuentes, omnibus, quibus fieri debuit et potuit, modis, jure et forma juxta Pontificale Romanum, suppletis et jam hac in parte defectibus, si qui forsan in antedictis intervenerint, ad honorem et gloriam omnipotentis Dei, beatae Mariae semper Virginis et sancti Benedicti, praefatae nobili dominae Margaritae de Bethencourt, electae et ut supra a nobis confirmatae, inter missarum solemnia, quae in pontificalibus, ut decebat, celebravimus', munus benedictionis impendimus, baculum ei abbatialem tradendo, atque annulo, uti moris est, ipsam subharrando, ipsam denique in abbatissam in sede seu faldistorio intronizando, receptoque prius ab eadem debito et consueto fidelitatis juramento, ac servatis omnibus solemnitatibus et caerimoniis in Pontificali Romano praescriptis.

Acta haec sunt in ecclesia praedicti monasterii de Ghislenghien, praesentibus compluribus personis gravibus, die 26 novembris 1684.

In quorum fidem ac robur has signatura et sigillo nostris secretariique nostri subscriptione munitas dedimus in eodem monasterio die, mense et anno quibus supra.

Jacobus, archiepiscopus dux Cameracensis.
Ant. D'or, secretarius.

Original sur parchemin. Archives de Ghislenghien à Bruxelles, carton, no 2.

9) Il ne faut pas prendre ces expressions à la lettre. L'archeveque avait délégué maitre Thomas Godefroy, doyen de la chrétienté de Lessines, pour le remplacer dans cette cérémonie,

IV.

Serment à préter par l'abbesse lors de son installation.

Ego soror Maria Francisca' promitto coram Deo et omnibus sanctis et hac solemni sororum congregatione fidelitatem, dignamque subjectionem, obedientiam et ruverentiam matri meae ecclesiae Cameracensi ac illustrissimo et reverendissimo Carolo', ejusdem ecclesiae archiepiscopo, et successoribus ejus, secundum sacrorum canonum instituta, et prout praecipit inviolabis authoritas Pontificum Romanorum. Sic Deus me adjuvet et haec sancta Dei evangelia.

Archives de l'abbaye de Ghislenghien, liasse no 14, aux Archives du Royaume, à Bruxelles.

V.

Formule de rou d'une religieuse professe. Ego soror RADEGUNDIS MONICA promitto stabilitatem meam et conversionem morum meorum,et obedientiam secundum regu. lam sancti Benedicti, coram Deo et sanctis martyribus, quorum reliquiae hic habentur, et omnibus sanciis, in hoc loco, qui vocatur Ghislenghenium, constructo, in honorem beatissimae semper Virginis Mariae, in praesentia Dominae Mariae Theresiae abbatissae.

Archives de l'abbaye de Ghislengbien, liasse no 14, aux Archives du Royaume, à Bruxelles.

4) Marie-Françoise d'Esclaibes d'Hust, nommée abbesse en 1760.

) Charles de Saint-Albin, archevêque de Cambrai de 1723 à 1764. 3) Radegonde-Monique de Peralta, de Louvignies, professe le 25 janvier 1739, morte abbesse le 8 mars 1790.

*) Marie-Thérèse de Maldeghem, morte en 1740.

VI.

Formule de væu d'une seur converse.

Je sæur Marie SCOLASTIQUE promets à Dieu, et à vous Madame de vivre tout le temps de ma vie en obédience, en chasteté, et sans propre, et aussi en cloisture, selon la discrétion de nos supérieurs, et en la vie commune qui icy est or. donnée, jusqu'à la mort.

Archives de l'abbaye de Ghislenghien, liasse n° 14, aux Archives du Royaume, à Bruxelles.

1) Quand le siége abbatial était vacant, la formule était : A vous dame prieure, à la communauté, et aux dames abbesses à venir.

LE COLLEGE DU REULX FONDÉ PAR LAMBERTE DE CROY.

L'acte de fondation du collége du Ræulx porte bien le cachet de l'époque à laquelle il a été fait. Les provinces des Pays-Bas avaient eu beaucoup à souffrir, pendant le xvie siècle, des troubles causés par les sectaires; l'anarchie et les guerres qui en furent les conséquences empêchèrent longtemps les évêques de mettre à exécution les réformes et les sages prescriptions du concile de Trente. Ce ne fut qu'à la fin du xvie siècle que l'on s'occupa sérieusement des séminaires et des écoles ecclésiastiques ; et les résultats obtenus dès le début de ces précieuses institutions prouvaient tout le bien qu'on pouvait en espérer, si on leur donnait de l'extension.

Telle était la disposition des esprits au commencement du règne d'Albert et d'Isabelle. La Belgique, rendue à elle-même et comptant sur la piété de ses nouveaux souverains, aspirait après la paix et la tranquillité, pour guérir ses plaies, rétablir l'ordre public, retremper son clergé, réparer ses monuments et rendre à ses églises, dévastées par les iconoclastes, le mobilier et l'ornementation qu'elles avaient perdus.

Lamberte de Croy, dont la famille avait pris une si grande part aux événements du pays, se trouvait parfaitement en position pour bien apprécier les circonstances, et était dans ces sentiments, lorsqu'elle forma le projet de doter la ville du Roulx d'une bonne école.

Cette comtesse était fille d’Adrien de Croy, que Charles-Quint avait créé comte du Ræulx et du SaintEmpire, en 1530, lors de son sacre à Bologne. Sa mère

à était Claudine de Melun.

« PreviousContinue »