Page images
PDF
EPUB

sage direction, à la pratique fidèle de la règle de SaintBenoit dans toute sa pureté primitive. Une mort pieuse termina sa carrière terrestre le 11 novembre 1834.

Quant à la saur Veranneman, elle fut élue à l'unanimité, en 1826, supérieure de la communauté qu'elle avait restaurée dix ans auparavant, et la gouverna pendant plus d'un quart de siècle avec une sagesse, une bonté et une charité au-dessus de tout éloge. Une personne respectable qui l'a connue a ainsi tracé son portrait : Elle joignait à l'éclat de sa naissance une âme noble et généreuse, un esprit pénétrant et cultivé, un caractère doux, conciliant, mais ferme et plein de dignité, un cæur sensible, et d'une inépuisable bonté, une grande aménité de meurs, et un tact exquis des convenances.

, Il lui fut donné de relever de ses ruines un ancien et pieux asile, d'élargir l'enceinte de la maison du Seigneur, et d'y réunir une famille de vierges dont la sainte vie fait sa gloire..

La révérende Reine-Eulalie Veranneman de Watervliet mourut, âgée de 88 ans, pleine de jours et de mérites, le 28 mars 1852, entourée de ses filles spirituelles eplorées, qui n'oublieront jamais sa mémoire.

L'impiété, unie au vandalisme, en dispersant les pierres de l'abbaye de Ghislenghien, avait cru étouffer en même temps l'esprit de vie qui animait ses habitants. Mais elle vit ses projets criminels déjoués par la sagesse divine. Elle était parvenue, il est vrai, à se procurer la satisfaction d'abattre cet arbre sept fois séculaire, et de confondre ses débris avec la poussière du sol qu'il avait si longtemps ombragé de ses rameaux.

[ocr errors]

Mais ce ne fut pour elle qu'une joie passagère. De ces ruines surgit bientôt un nouveau rejeton plein de sève et de vigueur, qui est devenu lui-même un arbre vigoureux, dont les fruits se conserveront. Le couvent de Hunneghem, destiné par la Providence à rendre d'importants services à l'Eglise et à la société, est ce précieux rejeton de la noble et antique abbaye; et les Bénédictines de Grammont perpétueront d'âge en âge la mémoire vénérée des Bénédictines de Ghislenghien.

DOCUMENTS.

I.

Lettres patentes pour la nomination de l'abbesse Guillemette

de Mortaigne.

29 novembre 1634.

PHILIPPE, par la grâce de Dieu roy de Castille, d'Arragon ;... A vénérables nos chières et bien-amées les vénérables prieuse et religieuses de l'abbaye de Glislenghien, de l'ordre de saint. Benoist, au pays et comté d'Haynau, salut et dilection. Comme à nous comme comte de Haynau affiert et appartient d'avoir soigneux égard que les prélatures, abbayes, prieurés et autres dignités estans en iceluy comté et pays soient pourveües de gens catholiques, doctes, de bonne vie et conversation, signament au tems présent, pour entretenir et conserver icelles en bonne et chrestienne religion, et par indult apostolicque, droict de patronage, et autrement, nous compète et ayons droict de ausdites prélatures et dignités, quand elles vacquent, nommer personnes souffisantes, idoines et à nous agréables. Et il soit qu'estant par le trespas de dame Loyse de Goyck, vostre dernière abbesse, laditte abbaye présentement vacante,

nous ayant faict informer de l'idonéité et capacité des reli. gieuses d'icelle, entre lesquelles nous seroit esté représentée dame Guillemette de Mortaigne, prieuse de laditte maison ; sçavoir vous faisons que, pour le bon rapport que faict nous at esté de laditte dame Guillemette de Mortaigne, prieuse de laditte maison, et de ses sens, expérience, bonne et religieuse vie et conversation; nous avons icelle dénommée et dénom. mons par ces présentes à ladite abbaye de Ghislenghien. Vous consentant et permettant que procédant à l'élection de vostre et future abbesse, vous eslisiez et acceptiez à icelle dignité ladite dame Guillemette de Mortaigne, comme personne à ce capable et à nous agréable. A laquelle consentons et permettons par ces présentes de pouvoir sur ce obtenir de nostre sainct Père le Pape, de l'évesque diocésain ou autre supérieur, telles bulles apostolicques et provision de confirmation qu'il appartiendra ; et icelles mettre à deüe exécution, et au surplus prendre et appréhender la vraye, réelle et actuelle possession de la dite abbaye, ensemble des droicts, prouffictz et émolumens d'icelle, pour dorénavant la tenir, régir et administrer tant au spirituel que temporel; en ce gardées et observées les solennités en tel cas requises et accoustumées. Sy donnons en mandement à nos très chiers et féaux les chef, président, et gens de nos privé et grand conseils et gens de nostre cour et conseil à Mons, et à tous autres nos justiciers, officiers et subjetz cui ce regardera qu'à vous, en ce que dict est, ils assistent, si besoing en avez; et en outre facent, souffrent et laissent ladite dame Guillemette de Mortaigne de ceste nostre présente nomination, accord et consentement plainement et paisiblement jouyr et user, cessans tous contredictz et empeschemens au contraire. Car ainsy nous plaist-il.

Donné en nostre ville de Bruxelles, le vint ncfiesme de povembre, l'an de grâce mille six cent trente quatre et de nos règnes le quatorziesme. ROOSE. De par le Roy : DELLAFAILLE.

Archives du conseil d'État : ordre de Saint-Benoit.

II.

Confirmation de l'élection de Louise de Goyck, par l'archeréque

de Cambrai.

6 octobre 1608.

GUILLIELMUS DE BERGHES, Dei et Apostolicae Sedis gratia archiepiscopus et dux Cameracensis, sacri Imperii princeps, comes Cameracesii, etc., universis praesentes litteras inspecturis salutem in Domino. Pro parte priorissae et religiosarum conventus monasterii Vallis Virginum loci de Ghislinghien, ordinis sancti Benedicti, nostrae diocesis, nobis fuit expositum, quod, defuncta nuper domina Philippota de Croy, ejusdem monasterii, dum viveret, abbatissa, ipsae religiosam dominam Ludovicam de Goycke, ejusdem monasterii et conventus religiosam professam, suis serenissimis Celsitudinibus Alberto et Isabellae gratam et acceptam concordibus votis elegerunt, sup. plicando, quatenus auctoritate nostra ordinaria laudem electionis confirmare et approbare, dictaeque electae regimen et administrationem dicti monasterii concedere, ac omnes ac singulos, si qui forsan hujusmodi electionis negotio intervenissent, defectus supplere vellemus et dignaremur. Nos igitur juridice procedere volentes, litteras nostras proclamatoriales et citatoriales ad citandum coram nobis Cameraci sub tribus dilationibus omnes et singulos dictae electioni se opponere volentes, suaque interesse praetendentes , si qui essent, ad dicendum, objiciendum et allegandum contra dictam electionem, seu ejas formam et substantiam, ac personas tam electae quam eligentium, quidquid vellent, cum intimatione debita et consueta, decrevimus et concessimus. Quibus debite executis, et per discretum virum magistrum Robertum De le Cuellerie, curise Cameracensis promotorem et procuratorem dictarum electae et eligentium, coram nobis reproductis, ac tribus terminis praestitis seu assignatis observatis, idem procurator citatorom non comparentium contumaciam accusavit, atque ulterius ad dictam confirmationem, uti praemittitur, procedere vellemus, instanter postulavit et requisivit. Notam facimus, quod nos, attendentes requisitionem hujusmodi fore et esse justam et rationi consonam, citatis et non comparentibus contumacibus reputatis, nec non de vita, conversatione, moribus et meritis dictae electae debite informati, nostram diffinitivam sententiam in hunc, qui sequitur, modum duximus pronuntiandam et pronuntiamus. In hac causa confirmationis electionis factae de persona dominae Ludovicae de Goycke, religiosae professae ecclesiae seu monasterii Vallis Virginum, loci de Ghislinghien, ordinis sancti Benedicti, nostrae dioecesis, in praelatam et abbatissam ejusdem ecclesiae seu mouasterii per obitum quondam Philipotae de Croy, illius, dum viveret, ultimae abbattissae, vacantis, per priorissam et religiosas alias dicti monasterii tanquam ad hoc idoneam et suis Celsitudinibus Alberto et Isabellae Clarae Eugeniae, Brabantiae ducibus, comitibus Hannoniae, etc., gratam et acceptam, legitime electae, visis per nos tam electae quam eligentium procuratoriis, et citatione per nos in hoc negotio decreta executioni mandata et reproducta, nec non postulatione seu requisitione pro jam dictarum electae et eligentium parte nobis facta, ut ad dictae electionis confirmationem procedere vellemus et dignaremur, cum ceteris in hac parte considerandis et attendendis, Christi nomine in. vocato, sperantesque, quod praefata domina Ludovica de Goycke ecclesiae et monasterio de Ghislenghien praeesse et prodesse plurimum poterit, electionem de ejusdem persona in abbatissam ejusdem ecclesiae et monasterii, ut praefertur, factam, approbandam et confirmandam duximus, prout et appro. bamus et confirmamus, supplentes omnes et singulos defectus, si qui forsan in negotio dictae electionis intervenerint, curam, regimen et administrationem dicti monasterii in spiritualibus et temporalibus eidem dominae Ludovicae de Goycke plenarie committendo, mandantes priorissae et ceteris religiosis prae

« PreviousContinue »