Page images
PDF
EPUB

nia Apostolicae Sedis legatus, pia ductus consideratione, inter caetera, quae in doino leprosorum de Bancho justa Lovanium ordinavit, magistrae, fratribus et sororibus sub regula beati Augustini Deo ibidem servientibus indulsit, eosdem a praestatione decimarum de terris novalium, quas propriis sumptibus et laboribus excolunt, exemit, prout in litteris ejusdem legati plenius continetur. Nos igitur tam pium ejusdem legati et laudabile factum in Domino commendantes eidem nostrum praebemus assensum, praesentibus nostris litteris inhibentes, ne quis a terris supradictis ab eisdem decimas extorquere praesumat.

Datum anno Domini millesimo CC quinquagesimo primo, feria quarta post Trinitatem.

XIV.

Indulgences accordées aux personnes qui visiteront l'église

du couvent de Terbanck ou y feront des offrandes'.

1295.

Alle kinderen des moeders der heylige kercke tot welcke dese tegenwoordighe letteren sullen comen, wy byder gratie Gods Petrus Arborensis ende Marcus Surantius, aertsbisschoppen, Sabbas Militensis, Emmanuel Cremonensis, Jacobus Treventinus, broeder Daniel Laquedoniensis, Stephanus Opidensis, broeder Romanus Croensis, broeder Franciscus Fanensis, Ciprianus Bonensis, Bonifacius Parentinus ende Andreas Lidensis, bisschoppen, eeuwighe saluyt inden Heere. Want wy allen sullen staen, gelyck den Apostel seyt, voor den richterstoel ons Heere Jesu Christi om t' ontfanghene na dat wy inden lichaeme gedaen hebben, oft het goet oft quaet geweest is. Daeromme behooren wy den dach des uutterste oordeels met goede wercken der bermherticheyt voor te comen, ende oock door ť bemercken der eeuwigher dinghen inder aerden te saeyen, d’welck wy mochten vergaederen door Godts vergeldinghe met vermenichvuldighe vruchten inden hemelen, vaste hope ende betrouwen hebbende, dat soo wi soberlyck sаeyt, oock soberlyck maeyt, ende wie dat saeyt'inder benedictien, die sal oock maeyen vande benedictien d'eeuwich leven. llieromme begherende dat die kercke int huys der melaetschen vander Banck by Loven, int bisdom van Luyck, besocht worden met bequaemelycke eeren ende eeuwelyck vande Christi gheloovighe gheeert worden, alle die waerlyck berouw hebbende ende gebicht synde totter geseyder kereke indie ondergescreven feesten, te weten des Heere Geboorte, Verryssenisse, Ascensie ende Sinxen, ende vier feestdaeghen der heyligher maghet Maria, in de feeste van Alderheylighen, alle sonderlinghe aposteldaeghen, S. Jan Baptist ende Evangelist, S. Laureys ende S. Dionys, martelaeren, S. Marten ende Nicolaes, bisschoppen, S. Benedictus ende S. Gielis, abten, S. Margriet, Cathelyne, Barbel, Aechte, Clare ende Cecilie, maegeden, inden dach der kerckwydinghe der selve kercke ende door die geheelen octaven van alle die voorschreven feestdacghen, ende door die geheele veertich daeghen van den vasten, ende oock die totten autaer van S. Joos inde geseyde kercke tot synder eere gheconsacreert in zynder feestdach, ter causen van devotie comen, oft aldaer den goddelycken dienst sullen hooren, oft die totter fabricke lichten, ornamenten oft eenighe andere dinghen, der geseyder kercke oft den autaer nootzaeckelycke, die handen uutreycken ter hulpen ; ende oock die de ziecken int gheseyde huys wesende vande goeden hun van Godt gegheven zynde minnelycke gheven, oft die in hun uutterste liggende iet van hunne goeden legateren, gheven oft besorghen; wy lieden vande bermherticheydt des almogende Godts ende der heyligher altyt maghet Maria ende der heyligher apostelen Peeter ende

1) Ce document est intitulé : Verscheyde afaten te verdienen in de kercke van dit convent, alsoock mel almoesen aen hel selve te doen.

Pauwel authoriteyt betrouwende, een iegelyck ontlossen bermhertelyck inden Heere eenen ieghelycken besunder veertich daeghen van hunlieden ingesetter penitentie ende devotelyck ontfangen, alleenlyck ist dat den bisschop der plaetsen dat van weerde hout. In getuigenisse van dese soo syn onze zegelen aen dese tegenwoordighe lettere gehanghen.

Gegheven te Roomen int jaer des Heere duysent twee hondert negentich en vyff, int eersten jaer des pausdoms van heer Bonifacius den achsten.

XV. Le Souverain Pontife Clément V charge le doyen de la collégiale

de Saint-Pierre, à Louvain, de veiller à ce que le couvent soit maintenu dans toutes ses possessions.

21 octobre 1311. CLEMENS, episcopus, servus servorum Dei, dilecto filio decano ecclesiae sancti Petri Lovaniensis, Leodiensis dioecesis, salutem et apostolicam benedictionem.Dilectarum in Christo filiarum magistrae et conventus domus leprosorum in Bancho prope Lovanium per magistram solitae gubernari, ordinis sancti Augustini, Leodiensis dioecesis, precibus inclinati praesentium tibi authoritate mandamus, quatenus ea, quae de bonis ipsius domus alienata inveneris illicite vel distracta, ad jus et proprietatem ejusdem domus legitime revocare procures, contradictores per censuram ecclesiasticam, appellatione postposita, compescendo. Testes autem, qui fuerint nominati, si se gratia, odio vel timore subtraxerint, censura simili, appellatione cessante, compe!las veritati testimonium perhibere.

Datum Vienne, XII kalendas novembris, pontificatus nostri anno sexto.

1) Ce document est intitulé : Epistola Clementis (V) pontificis, qua commiltil decano S. Pelri recuperalionem bonorum conventus de Bancho.

(La suite à la prochaine livraison).

ESQUISSE BIOGRAPHIQUE DE DEUX ÉVÈQUES BELGES

AU XVIE SIÈCLE.

II.

MARTIN RYTHOVIUS.

A Ypres, dans la vaste église de Saint-Martin, ancienne cathédrale, se dresse, non loin du maître-autel, un magnifique mausolée, élevé par la reconnaissance. Une statue en albâtre représente un évêque couché en ornements pontificaux et les mains jointes. Le reste du monument est en marbre rouge et noir. La base porte cette simple inscription :

MARTINO RYTOVIO 1°
Iprens. Epo. qui Trid : Conc :

Interfuit, Gandavi pro fide
Carceres tulit, Audomaropoli

Obiit IX Octob. C15.15. LXXXIII
Semin. Ipren. haer. pos. ao cIo.IO.CVII

Adesse festinant tempora”. C'est à cet évêque éminent et trop peu connu que nous consacrons les quelques pages qui vont suivre.

:

1. Humble origine et études de Rythovius. Martin Balduini, Bauwensz ou Baudewynsz, c'est-à-dire fils de Baudouin, est plus connu sous le nom latin de Rythovius, qu'il emprunta, selon la coutume jadis reçue dans la république des lettres, au lieu de son origine'. Le nom patronymique de sa mère était Goossens.

1) Suite. — Voyez ci-dessus p. 83.
*) Cette dernière ligne avait été la légende des armoiries du défunt.

5) Martinus Rythovius,... natus in Campinia, pago cui nomen Rythovia ex quo cognomen sumpsit, Buscoducensem patrem babuit Balduinum (seniorem vulgo vocabant) mediocris solum fortunae. » Hist. Episc. Ypren. pag. 118. C'est le témoignage d'un neveu de l'évéque.

Il appartenait à une famille peu favorisée des biens de la fortune, vivant de labourage ou d'un petit commerce et habitant Rythoven ou Riethoven', sous le décanat rural de Hilvarenbeek qui ressortissait lui-même au ci-devant archidiaconé liégeois de la Campine.

Quelques biographes, parmi lesquels Sanderus et Valère. André”, ont cru à tort que le nom de famille de notre Rytho. vius était Valck, Valik ou Balik. Ce nom, qui accompagne quelquefois celui de Martinus Balduini, a indubitablement son origine dans le nom de Walik, hameau dépendant de Rythoven et qu'une ancienne tradition de cette contrée assigne comme le berceau de celui dont nous allons raconter sommairement la vie".

Le fils de Baudouin dit l'Ancien naquit vers l'an 1511 ou 1512. Il n'existe guère des renseignements sur sa première éducation littéraire. Nous croyons néanmoins qu'il a fréquenté les écoles latines tenues à cette époque à Bois-le-Duc par les frères de la vie commune ou clercs de Saint-Jérome*. Quoiqu'il en soit, il est certain qu'à l'exemple de tous ceux qui désiraient servir l'Eglise ou la patrie par la science, il se présenta à l’U. niversité de Louvain vers 1531 et s'y fit inscrire parmi les étudiants du Faucon. En 1533, il fut proclamé second au concours général des quatre colléges de la faculté des Arts. Il avait disputé la palme du Primus à André Masius, de Lennick-Saint-Martin, qui se fit, depuis, un nom comme orientaliste.

[ocr errors]

1) Près d'Eindhoven, dans la mairie de Bois-le-Duc. 9) Flandria illustr. II, 298.– Fasti acad. p. 113.

3) Coppens, Nieuwe Beschryving van het bisdom van Utrechl. t. III, 1" partie, pag. 152.

*) Cette institution dirigeait des écoles de grammaire et d'humanités à Deventer, Zwolle, Duisbourg, Utrecht, Groningue, Gouda, Nimègue, Boisle-Duc, Bruxelles, Malines, Gand, Liége, Cambrai, Cologne, Emmerick, Wesel, etc. Aub, MIRAEUS, Originum monasi, I. I, c. XXVII.

« PreviousContinue »