Collection complette des travaux de M. Mirabeau l'ainé, à l'Assemblée nationale: Précédée de tous les discours et ouvrages du même auteur, prononcés ou publiés en Provence, pendant le cours des élections, Volume 5

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 249 - ... de sa foi, de son culte et de ses espérances. Il a un droit sacré et journalier à toutes les consolations et à tous les secours de la religion. Il serait trop douloureux pour vous d'apprendre qu'au milieu de vos cités la portion chrétienne de ceux qui les habitent cherche en vain autour d'elle son pontife, son guide, son pasteur ; et que, dans les campagnes, l'agriculteur agonisant est forcé de descendre au tombeau, privé de la douceur si chère à sa piété naïve, d'avoir vu la religion...
Page 495 - Il n'est aucune partie du sol , aucune production spontanée de la terre qu'un homme ait pu s'approprier à l'exclusion d'un autre homme. Ce n'est que sur son propre individu, ce n'est que sur le travail de ses...
Page 485 - Les mines et minières , tant métalliques que non métalliques , ainsi que les bitumes , charbons de terre , ou de pierre et pyrites , sont à la disposition de la nation , en ce sens seulement , que ces substances ne pourront être exploitées que de son consentement et sous sa surveillance...
Page 269 - ... citoyens de l'empire ; mais dès qu'il est devenu le culte de la majorité de la nation , il perd sa dénomination de culte toléré ; il est alors un culte reçu : il est de fait la religion du public, sans être de droit la religion nationale ; car une religion n'est pas adoptée par la nation , en tant qu'elle est une puissance, mais en tant qu'elle est une collection d'hommes. Dans cet état du culte, son exercice n'ayant aucune correspondance avec l'ordre civil , il en résulte plusieurs...
Page 60 - Jamais ministre des finances n'a eu la moindre notion de la science et du véritable régime monétaire ; jamais premier commis des finances n'a instruit sur cette matière le ministre qu'en répétant la leçon trouvée dans...
Page 505 - Nous faut-il encore subir leurs caprices , leurs passions , quand ils ne sont plus? N'est-ce pas assez que la société soit actuellement chargée de toutes les conséquences résultant du despotisme testamentaire depuis un temps immémorial jusqu'à ce jour?
Page 240 - ... d'être fidèles à la nation, à la loi et au roi, et de maintenir de tout leur pouvoir la Constitution décrétée par l'Assemblée nationale et acceptée par le roi...
Page 259 - ... chrétienne, et ne pouvant subsister avec les principes consacrés par l'antiquité ecclésiastique. Ainsi , nous n'aurions pu briser les chaînes de notre servitude sans secouer le joug de la foi ! ... Non , la liberté est loin de nous prescrire un si impraticable sacrifice.
Page 399 - Reste à savoir s'il est de votre devoir de la prononcer, c'est-à-dire si elle est utile, si vous voulez retenir les citoyens dans l'empire autrement que par le bénéfice des lois, que par le bienfait de la liberté; car de ce que vous pouvez prendre cette mesure, il n'est pas dit que vous deviez le faire : mais je n'entreprendrai pas de le prouver; je m'écarterais...
Page 398 - ... comité a montré que vous étiez aussi bons juges de cette moralité qu'Aristide, et que vous aviez bien fait de vous en réserver la juridiction. Je ne ferai pas au comité l'injure de démontrer que sa loi est digne d'être placée dans le code de Dracon, mais qu'elle ne pourra jamais entrer parmi les décrets de l'assemblée nationale de France; ce que j'entreprendrai de démontrer, c'est que la barbarie de la loi qu'on vous propose est la plus haute preuve de l'impraticabilité d'une loi...

Bibliographic information