Causes célèbres de tous les peuples: Livraisons 1 a 25

Front Cover
H. Lebrun, 1858
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 24 - ... j'ai cherché à les connaître scrupuleusement, à les détester et à m'humilier en sa présence, ne pouvant me servir du ministère d'un prêtre catholique. Je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faite et surtout le repentir profond que j'ai d'avoir mis mon nom (quoique cela fût contre ma volonté...
Page 32 - ... fut économe, juste, sévère ; il s'y montra toujours l'ami constant du peuple. Le peuple désirait la destruction d'un impôt désastreux qui pesait sur lui, il le détruisit. Le peuple demandait l'abolition de la servitude ; il commença par l'abolir lui-même dans ses domaines. Le peuple sollicitait des réformes dans la législation criminelle, pour l'adoucissement du sort des accusés ; il fit ces réformes. Le peuple voulait que des milliers de Français, que la rigueur de nos usages avait...
Page 24 - Dieu de me pardonner tous mes péchés ; j'ai cherché à les connaître scrupuleusement , à les détester et à m'humilier en sa présence. Ne pouvant me servir du ministère d'un prêtre catholique, je prie Dieu de recevoir...
Page 20 - Vous avez attendu d'être pressé par une réquisition faite au ministre Lajard , à qui l'assemblée législative demandait d'indiquer quels étaient ses moyens de pourvoir à la sûreté, extérieure de l'état, pour proposer , par un message, la levée de quarante-deux bataillons 5 les Prussiens s'avançaient de nos frontières.
Page 22 - J'ignore si la Convention donnera à Louis XVI un conseil pour le défendre, et si elle lui en laisse le choix ; dans ce cas-là, je désire que Louis XVI sache que, s'il me choisit pour cette fonction, je suis prêt à m'y dévouer.
Page 41 - ... près les tribunaux de première instance, d'y tenir la main; à tous commandants et officiers de la force publique, de prêter main-forte lorsqu'ils en seront légalement requis. « En foi de quoi le présent jugement a été signé par le président de la cour (ou du tribunal) et par le greffier.
Page 24 - Paris, par ceux qui étaient mes sujets, et privé de toute communication quelconque , même depuis le 1o du courant avec ma famille , de plus impliqué dans un procès dont il est impossible de prévoir l'issue , à cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prétexte ni moyen dans aucune loi existante ; n'ayant que Dieu pour témoin de mes pensées , et auquel je puisse m'adresser, je déclare ici en sa présence mes dernières volontés et mes sentimens.
Page 27 - ... depuis que la nation a aboli la royauté , il n'ya plus rien à prononcer sur Louis ; mais je parle aussi au peuple lui-même; et Louis a trop à cœur de détruire les préventions qu'on lui a inspirées , pou•r ne pas s'imposer une tâche surabondante, et ne pas se faire un devoir de discuter tous les faits qu'on lui a imputés.
Page 27 - J'ai à examiner ici les principes sous deux points de vue : » Sous le point de vue où Louis se trouvait placé avant l'abolition de la royauté ; » Et sous celui où il se trouve placé depuis que cette abolition a été prononcée. » En entrant dans cette discussion je trouve d'abord le décret par lequel la Convention nationale a décidé que Louis serait jugé par elle, et je n'ignore pas l'abus que quelques esprits, plus ardens peut-être que réfléchis , ont prétendu faire de ce décret.
Page 24 - France, étant depuis plus de quatre mois enfermé avec ma famille dans la tour du Temple, à Paris , par ceux qui étaient mes sujets, et privé de toute communication quelconque, même depuis le onze du courant, avec ma famille ; de plus impliqué dans un procès dont il est impossible de prévoir l'issue à cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prétexte ni...

Bibliographic information