Collection de matériaux pour l'histoire de la Révolution de France, depuis 1787 jusqu'à ce jour: bibliographie des journaux

Front Cover
Barrois L'aîné, 1829 - France - 645 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 289 - C'est elle que j'en accuse hautement. Organisée comme un empire à part dans sa métropole et dans ses affiliations, aveuglément dirigée par quelques chefs ambitieux, cette secte forme une corporation distincte au milieu du peuple français, dont elle usurpe les pouvoirs en subjuguant ses représentons et ses mandataires.
Page 290 - ... au courage calme et constant d'une nation qui connaît ses droits et les défend; enfin leurs combinaisons sectaires aux véritables intérêts de la patrie , qui dans ce moment de danger doit réunir tous ceux pour qui son asservissement et sa ruine ne sont pas les objets d'une atroce ' jouissance et d'une infâme spéculation...
Page 367 - ... presse enchaînée ? A qui osera-t-on dire que ceux qui marchent, * de loin peut-être, mais dans la même route que les écrivains » distingués ou les Députés courageux qui secondèrent le mou...
Page 224 - J'ai cru que la philosophie qui l'a préparé pouvait l'adoucir, et rendre moins douloureux ce second enfantement de la nature; mais la philosophie, dont l'invocation est sur toutes les lèvres, n'a point encore d'empire dans les âmes : on en sent le besoin partout ; on n'en trouve la réalité nulle part. Rien de plus opposé à la philosophie que ces têtes dominantes , et prétendues législatives, qui n'ont pas même les élémens des mœurs ni les principes du sens commun.
Page 289 - ... que le pouvoir royal soit intact, car il est garanti par la constitution ; qu'il soit indépendant, car cette indépendance est un des ressorts de notre liberté; que le roi soit révéré, car il est investi de...
Page 188 - Quand le peuple est en mouvement, on ne comprend pas par où le calme peut y rentrer; et, quand il est paisible, on ne voit pas par où le calme peut en sortir.
Page 197 - Je voulais vous le dire; n'espérant pas que vous veniez, je vous le mande. Je n'ai point sali ma bouche de ce mensonge dans la crainte de la mort, ni pour l'éviter, mais pour me donner un jour de plus, afin de couper moi-même mes cheveux, et de ne pas les donner coupés de la main du bourreau.
Page 290 - ... d'aucune faction , et que , s'il existe des conspirateurs , ils ne périssent que sous le glaive de la loi. » Enfin, que le règne des clubs, anéanti par vous, fasse place au règne de la loi; leurs...
Page 290 - ... que les diverses factions haïraient moins s'il ne s'était élevé au-dessus d'elles par son désintéressement; auquel le silence eût mieux convenu si, comme tant d'autres, il eût été indifférent à la gloire de l'Assemblée nationale...
Page 527 - Marat , mais beaux de jeunesse et de manières , qui entraînaient les cœurs après eux quand ils entraient dans un salon au milieu d'un nuage d'ambre. S'ils n'avaient pas senti l'ambre , ils auraient senti le sang. . Ces faits si remarquables sont fort peu connus à. Paris, où cette réaction ne s'est manifestée que par quelques vexations de la police et quelques pasquinades du théâtre. Ce que tout le monde vous dira de ce temps-là , c'est qu'il y...

Bibliographic information