Histoire de la Révolution dans les départemens de l'ancienne Bretagne, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 71 - Une justice doit être rendue à Carrier, c'est qu'il a , dans un temps, écrasé le négociantisme, tonné avec force contre l'esprit mercantile, aristocratique et fédéraliste ; mais depuis il a mis la terreur à l'ordre du jour contre les patriotes eux-mêmes dont il a paru prendre à tâche de se faire craindre. Il...
Page 372 - le temps de prononcer cette phrase, que d'autres se sont » levés pour le même objet, et ils ont réclamé du moins la » faveur de l'aider ; nous avons proclamé le patriote Ance » gnillotineur et nous l'avons invité à venir en dînant avec » nous, prendre ses pouvoirs par écrit, et les arroser d'une » libation en l'honneur de la République.
Page 138 - Est-il constant qu'il a existé une conspiration contre la liberté du peuple français, tendant à rompre l'unité et l'indivisibilité de la République...
Page 353 - ... Le but du gouvernement constitutionnel est de conserver la République; celui du gouvernement révolutionnaire est de la fonder. La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis ; la constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible. Le gouvernement révolutionnaire a besoin d'une activité extraordinaire, précisément parce qu'il est en guerre. Il est soumis à des règles moins uniformes et moins rigoureuses, parce que les circonstances où il se. trouve sont...
Page 182 - ... dans leurs bras , elles les présentent en hommage à l'auteur de la nature ; les jeunes filles jettent vers le ciel les fleurs qu'elles ont apportées , seule propriété dans un âge aussi tendre.
Page 313 - Notre victoire, dit-il, leur coûte au moins dix-huit mille hommes; car, dans quatorze lieues de chemin, il ne se trouve pas une toise où il n'y ait un cadavre étendu. » » On nous amène ici les prisonniers par trentaine; dans trois heures, on les juge; la quatrième, on les fusille, dans la crainte que ces pestiférés, trop accumulés dans cette ville, n'y laissent le germe de leur maladie épidémique.
Page 140 - Sont réputés gens suspects, i° ceux qui , soit par leur conduite, soit par leurs relations , soit par leurs propos ou leurs écrits , se sont montrés partisans de la tyrannie ou du fédéralisme, et ennemis de la liberté ; 2°...
Page 205 - Dès ce moment jusqu'à celui où les ennemis auront été chassés du territoire de la République, tous les Français sont en réquisition permanente pour le service des armées. Les jeunes gens iront au combat; les hommes mariés forgeront...
Page 21 - Je jure de maintenir la liberté, l'égalité, l'unité et l'indivisibilité de la République, la sûreté des personnes et des propriétés, ou de mourir en les défendant...
Page 305 - Des chefs, des marquises, des comtesses, des prêtres à foison, des canons, des caissons, des carrosses, des bagages de toute espèce, un nombre considérable de fusils , tout est tombé en notre pouvoir; et des monceaux de cadavres sont les seuls obstacles que l'ennemi opposait à la poursuite de nos troupes ; les rues, les maisons, les places publiques, les routes en sont jonchées; et depuis quinze heures ce massacre dure encore.

Bibliographic information