Page images
PDF
EPUB

395. En cas de prise , si l'assuré n'a pu en donner avis à l'assureur, il peut racheter les effets sans attendre son ordre.

L'assuré est tenu de signifier à l'assureur la composition qu'il aura faite, aussitôt qu'il en aura les moyens.

3.96. L'assureur a le choix de prendre la composition à son compte, ou d'y renoncer : il est tenu de notifier son choix à l'assuré, dans les vingt-quatre heures qui suivent la signification de la composition.

S'il déclare prendre la composition à son profit, il est tenu de contribuer , sans délai , au paiement du rachat dans les termes de la convention, et à proportion de son intérêt; et il continue de courir les risques du voyage, conformément au contrat d'assurance.

S'il déclarc renoncer au profit de la composition, il est tenu au paiement de la somme assurée, sans pouvoir rien prétendre aux effets rachetés.

Lorsque l'assureur n'a pas notifié son choix dans le délai susdit, il est censé avoir renoncé au profit de la composition.

TITRE XI.

Des Avaries.

397. Toutes dépenses extraordinaires faites pour le navire et les marchandises, conjointement ou séparément,

Tout dommage qui arrive au navire et aux marchandises , depuis leur chargement et départ jusqu'à leur retour et déchargement ,

Sont réputés avaries.

398. A défaut de conventions spéciales entre toutes les parties, les avaries sont réglées conformément aux dispositions ci-après.

399. Les avaries sont de deux classes , avaries grosses ou communes, et avaries simples ou particulières.

400. Sont avaries communes ,

1.° Les choses données par composition et à titre de rachat du navire et des marchandises ;

2.° Celles qui sont jetées à la mer ;
3.° Les câbles ou mâts rompus ou coupés ;

4.° Les ancres et autres effets abandonnés pour le salut commun ;

5.° Les donımages occasionnés par le jet aux marchandises restées dans le navire ;

6.° Les pansement et nourriture des matelots blessés en défendant le navire, les loyer et pour

riture des matelots pendant la détention, quand le navire est arrêté en voyage par ordre d'une Puissance, et pendant les réparations des dommages volontairement soufferts pour le salut commun, si le navire est affrété au mois;

7.° Les frais du déchargement pour alléger l'e navire et entrer dans un havre ou dans une rivière, quand le navire est contraint de le faire par tempête ou par la poursuite de l'ennemi ;

8.° Les frais faits pour remettre à flot le navire échoué dans l'intention d'éviter la perte totale ou

la prise ;

Et en général, les dommages soufferts volontairement, et les dépenses faites d'après délibérations motivées , pour le bien et salut commun du navire et des marchandises , depuis leur chargement et départ jusqu'à leur retour et déchargement.

401. Les avaries communes sont supportées par les marchandises et par la moitié du navire et du fret, au marc le franc de la valeur.

402. Le prix des marchandises est établi par leur valeur au lieu du déchargement.

403. Sont avaries particulières ,

1.° Le dommage arrivé aux marchandises par leur vice propre, par tempête, prise, naufrage ou échouement;

2.° Les frais faits pour les sauver ;

3.° La perte des câbles, ancres, voiles , mâts, cordages, causée par tempête ou autre accident

de mer;

par voie

Les dépenses résultant de toutes relâches occasionnées soit par la perte fortuite de ces objets, soit par le besoin d'avitaillement, soit d'eau à réparer ;

4.° La nourriture et le loyer des matelots peddant la détention, quand le navire est arrêté en voyage par ordre d'une Puissance, et pendant les réparations qu'on est obligé d'y faire, si le navire est affrété au voyage ;

5.° La nourriture et le loyer des matelots pen. dant la quarantaine , que le navire soit loué au voyage ou au mois;

Et en général, les dépenses faites et le dommage souffert pour le navire seul, ou pour les marchandises seules, depuis leur chargement et départ jusqu'à leur retour et déchargement.

404. Les avaries particulières sont supportées et payées par le propriétaire de la chose qui a essuyé le dommage ou occasionné la dépense,

405. Les dommages arrivés aux marchandises faute, par le capitaine , d'avoir bien fermé les écoutilles, amarré le navire, fourni de bons guindages , et par tous autres accidens provenant de la négligence du capitaine ou de l'équipage , sont également des avaries particulières supportées par le propriétaire des marchandises, mais pour lesquelles il a son recours contre le capitaine, le navire et le fret.

406. Les lamanages , touages ; pilotages , pour entrer dans les hayres ou rivières , ou pour en sortir, les droits de congés, visites, rapports, tonnes , balises , ancrages et autres droits de navigation, ne sont point avaries , mais ils sont de simples frais à la charge du navire.

407. En cas d'abordage de navires , si l'événe. ment a été purement fortuit, le dommage est supporté, sans répétition , par celui des navires qui l'a éprouvé.

Si l'abordage a été fait par la faute de l'un des capitaines, le dommage est payé par celui qui l'a causé.

S'il y a doute dans les causes de l'abordage, le dommage est réparé à frais communs, et par égale portion, par les navires , qui l'ont fait et souffert.

Dans ces deux derniers cas, l'estimation du dommage est faite par experts.

408. Une demande pour avaries n'est point recevable si l'avarie commune n'excède pas un pour cent de la valeur cumulée du navire et des marchandises, et si l'avarie particulière n'excède pas 'aussi un pour cent de la valeur de la chose endommagée.

« PreviousContinue »