Louis xvi, Marie-Antoinette, et madame Élisabeth: lettres et documents inéd. publ. par F. Feuillet de Conches, Volume 4

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 278 - comme la meilleure manière pour arrêter ici les factieux, donner les moyens d'établir un ordre de choses plus désirable, et empêcher que le mal qui nous travaille puisse gagner les autres États de l'Europe. J'espère que Votre Majesté approuvera mes idées, et qu'Elle me gardera le secret le plus absolu sur la démarche que je fais auprès d'Elle.
Page 489 - dedans et à empêcher qu'elle ne soit altérée. Pour vous, Messieurs, qui, dans une longue et pénible carrière, avez montré un zèle infatigable dans vos travaux, il vous reste encore un devoir à remplir, lorsque vous serez dispersés sur la surface de cet Empire, c'est d'éclairer vos concitoyens sur le véritable esprit des lois que vous
Page 281 - l'intérêt que Votre Majesté avoit témoigné non-seulement pour ma personne, mais encore pour le bien de mon Royaume. Les dispositions de Votre Majesté à m'en donner des témoignages, dans tous les cas où cet (1) D'après la copie annexée à la lettre du comte Axel de Fersen, du 1 er janvier
Page 277 - l'intérêt que Votre Majesté avoit témoigné non-seulement pour ma personne, mais encore pour le bien de mon Royaume. Les dispositions de Votre Majesté à m'en donner des témoignages, dans tous les cas où cet (1) D'après la copie annexée à la lettre du comte Axel de
Page 278 - à la plus grande circonspection. C'est ce qui fait qu'il n'ya que le baron de Breleuil qui soit instruit de mes projets, et Votre Majesté peut lui faire passer ce qu'Elle voudra (1). Je saisis cette occasion de remercier Votre Majesté des bontés qu'Elle a eues pour le sieur Heyman ("2), et je goûte une véritable satisfac(1) Nouvelle preuve en
Page 378 - je ferai connoître à l'Europe la justice de notre cause. Le peuple françois la soutiendra par son courage, et la nation verra que je n'ai point d'autres intérêts que les siens, et que je regarderai toujours le maintien de sa dignité et de sa sûreté comme le plus essentiel de mes devoirs. DCXLVII
Page lxii - aussitôt après le jugement, j'ai demandé au Roi son éloignement. Il est vrai que je n'ai pas voulu de lettre de cachet ; mais il n'ya rien perdu, car au lieu de rester en Touraine, comme il vouloit, on l'a prié de continuer sa route jusqu'à Aiguillon, qui est en Gascogne.
Page li - me choque. Marie-Antoinette, au témoignage de Sénac de Meilhan, avait quelque chose qui tenait de l'inspiration et qui lui faisait trouver, au moment, ce qu'il y avait de plus conTenable aux circonstances. En un mot, chez elle l'âme dominait l'esprit. Aussi ne m'étonné-je point de l'exclamation :
Page lxiv - procès à l'un, de créer une nouvelle charge dispendieuse à votre cour, enfin de parler d'affaires, de vous servir même de termes très-peu convenables à votre situation? Vous êtes-vous demandé une fois par quel droit vous vous mêlez des affaires du Gouvernement et de la monarchie Françoise

Bibliographic information