Page images
PDF
EPUB

18 08. 5 diosi donc, pour avoir 3,200 pieds cubes de bois, qui valent 12,000 francs, transportés de Bayonne à Rochefort, j'entretiens un batiment qui, en agrès, réparations, me coûte au moins 3,000 francs par an, qui exige quatre officiers et cent seize marins, qui doivent me coûter au moins 80,000 francs pour vivres, solde et habillement. Pour avoir donc 3,200 pieds cubes de bois, je dépense 83,000 francs par an, c'est-à-dire 24 francs par pied cube, et je n'ai pas même la copsolation de former des marins, car ces bâtiments, comme vous royez, ne naviguent pas et ne font qu'un voyage par an. A cette perte il faut ajouter que les 100,000 pieds cubes de bois que produisent le bassin de l'Adour et les Landes ne trouvent point d'écoulement par les mauvais moyens qu'on prend. Si, au lieu de cela, on laissait les gabares désarmées dans le port de Rochefort, afin d'être employées en temps de paix pour le service des colonies, et qu'on se servit des alleges de Nantes, qui ne tirent que 7 à 8 pieds d'eau, on transporterait le quadruple de bois. Enfin on transporterait la quantité qu'on voudrait par les caboteurs, même les bois longs, de Bayonne à Rochefort, en leur donnant une légère indemnité. J'ai remarqué qu'il y arait sur ces gabares d'anciens matelots ; leurs équipages suffiraient pour armer un vaisseau. Quand j'ai évalué 83,000 francs la dépense que me coûlent ces gabares, je n'ai pas calculé le danger qu'elles courent d'être prises. L'année passée, j'en ai perdu trois. Je n'ai pas compté non plus le renouvellement des agrès, coûtant 150,000 francs, qui, étant usés en dix ans, forme encore 15,000 francs. Mais, dirat-on, on faisait cela en 1782 : sans doute ; mais les circonstances étaient bien différentes ; on était en paix, on sortait comme on voulait. Quand on voit ces bâtiments, il n'y a qu'une seule chose qui reste, c'est l'idée qu'ils puissent faire un voyage sans être pris. De Bayonne à Rochefort ils n'ont pas de protection. Ils sont énormes et marchent d'autant plus mal qu'on y a mis des pièces de 6 au lieu de pièces de 4. Ils marchent mal, parce qu'ils sont mal construits , parce qu'ils n'ont pas assez de bau. Les marins sont toujours étonnés qu'on ne construise pas les gabares sur le modèle de la Lionne, qui sert d'amiral à Rochefort. Elle portait 6,000 pieds cubes de bois au lieu de 3,000, tirail 6 pieds d'eau, et marchait comme une frégate. En général, je vois que dans tous les ports on fait les mêmes plaintes. Les batiments se comportent mal à la mer, parce qu'ils n'ont pas assez de bau. Je demande que les ingénieurs mettent leurs plans dans leur poche, et que l'on construise des gabares sur le modèle de la Lionne ; qu'elles soient réservées pour le Nord, et pour s'en servir en temps de paix, et pour des ports où il n'y a pas de barre ; que les transports de Bajome à Rochefort surtout ne se fussent que par des alléges comme celles de Cantes, tirant 7 i 8 pieds d'eau, ayant peu d'équipage et portant une grande quantité de bois; et qu'enfin on livre, s'il le faut, ces transports à l'industrie particulière.

Le port de Bayonne n'esi presque jamais bloqué. Des correttes et des avisos pourraient en partir pour les iles sans danger; cependant il n'y en i pas un. Il devrait toujours j avoir trois ou quatre corvettes ou bricks pour expédier des troupes et des avis aux colonies.

De là j'ai été à l'arsenal; j'y ai vu ime assez grande quantité de bois, et ce qu'on avait fait de deux vaisseaux de guerre. Les pièces du l'énitien sont prètes depuis un an. J'ai vu en construction deux très-mauvaises gabares, à la place desquelles on aurait pu mettre deux frégates ou au moins deux corvettes ou bricks, qui, sortant de Bayonne et ayant les ports d'Espagne pour refuge, pourraient croiser avec succès ou se porter partout où il serait nécessaire. J'ai vu 15 à 20,000 pieds cubes de bois pourri, parce qu'il est là depuis un temps immémorial. Il faut acheter ces deux mauvaises gabares ou les òler du chantier, ct mettre deux corvettes tirant Il ou 12 pieds d'eau, et quatre ou cinq bricks, qu'on pourra facilement mettre en armement pour voyager aux colonies. Il serait aussi à propos d'y construire deus frégates pour utiliser ces bois qui coûicnt si cher à transporter, et qui, ne l'étant pas, se pourrissent.

Le commerce de Bayonne demande, avec raison, que son cabotage avec le Portugal soit protégé. Si ce cabotage était protégé au passage des trois caps, il irail alimenter le Portugal en vins et en blés, et rapporterait en retour des sucres et autres denrées à Bayome. Je désire donc que vous chargiez un capitaine de frégate intelligent de se rendre à Bayonne; que vous mettiez sous ses ordres quatre ou cinq bàtiments d'une force supérieure aux péniches et goölettes, avec lesquels il ira prendre station pour favoriser le passage des caps de Bayome à Lisbonne. Cet officier pourrait prendre langue à Bayonne, aller visiter les lieux par terre, et revenir prendre le commandement de ces bâtiments. Vous pourriez, pendant ce temps, lui préparer son armement à Bordeaux, Bayonne ou Rochefort. Tous devez sentir l'immense avantage qui résulterait pour la France et pour le Portugal de cet établissement de cabotage. Si l'on peut tenir des frégates sur les points où le cabotage peut etre protége, il faut en diriger trois, en attachant à chaque fregate un brick et trois ou quatre péniches. Je crois vous avoir écrit que le cabotage de Bordeaux ne dépendait que du passage des caps, où il avait besoin d'être protégé. Je dois

. ajouter qu'il faut à l'embouchure de la Gironde deu frégates et deux 1808. 7 bricks, qui feraient une division de quatre båtiments de guerre, commandés par un officier qui aurait l'autorisation de les faire sortir quand il le jugerait nécessaire. Cela aurait l'avantage de maintenir libre l'embouchure de la Gironde et de favoriser le commerce. Avec l'argent que coûte le transport des bois de Bayonne à Rochefort, on en aurait une grande quantité dans la Garonne, et on approvisionnerait Rochefort comme on voudrait.

La marine a beaucoup de choses à faire. Il faut tout voir par vousmême, et raisonner dans le sens de notre situation. On pourrait avoir de grandes économies, faire beaucoup de travaux, et donner du soulagement au commerce.

Napoléon. D'après l'original comm. par Mme la duchesse Decrès.

[ocr errors]

13749. NOTES POUR LE PRINCE DE NEUCHATEL, MAJOR GÉNÉRAL DE LA GRANDE ARMÉE, A BAYONNE.

Bayonne, 16 avril 1808. Demander un mémoire sur les trois provinces de la Biscaye. Quel est le capitaine général ? où se tient-il? Quels sont les commandants sous ses ordres ? où se tiennent-ils ? Quelle est l'organisation civile de ce pays ? Où est l'intendant général ? quel est-il? Ses subdélégués? où se tiennent-ils? L'organisation des états? où s'assemblent-ils? leur nombre? lorsqu'ils ne sont pas réunis, qui les représente? Où se tient la députation?

Recommander au général Verdier de ne point laisser isolé aucun détachement, infanterie ou cavalerie; de s'organiser bien fortement à Vitoria avec sa l'e brigade, d'où pourront, au besoin, partir des colonnes mobiles. Sa 2. brigade viendra prendre de suite position à Hernani , où, au besoin, elle pourra être renforcée d'une partie de la garnison de Saint-Sébastien. Il laissera seulement au poste un gendarme et deux hommes de cavalerie sous la responsabilité de l'alcade, pour lui préter main-forte ainsi qu'aux maitres de poste, et avoir la police des hommes isolés. On fera comprendre au gouverneur général de la province et aux alcades que ces hommes ne sont que pour protéger et avoir la police sur les derrières.

A M. le maréchal Bessières : que les seuls points où il doit avoir des Francais sont Vitoria, Aranda, Burgos et Hernani ; qu'il placera desni

quinze jours de vivres dans les postes (tels que coup de main ; qu'il concentrera toutes ses

hommes de l'hôpital de Valladolid pour les

[ocr errors]

Pu.

[ocr errors]
[ocr errors]

. 1808. transports de Bayonne à Rochefort surtout ne se fassent que par des alléges comme celles de Cantes, tirant 7 à 8 pieds d'eau, ayant peu d'équipage et portant une grande quantité de bois; et qu'enlin on livre, s'il le faut, ces transports à l'industrie particulière.

Le port de Bayonne n'est presque jamais bloqué. Des corvettes et des avisos pourraient en partir pour les iles sans danger; cependant il n'y en a pas un. Il devrait toujours y avoir trois ou quatre corvettes ou bricks pour expédier des troupes et des avis aux colonies.

De là j'ai été à l'arsenal; j'y ai vu une assez grande quantité de bois, et ce qu'on avait fait de deux vaisseaux de guerre. Les pièces du Vénitien sont prêtes depuis un an. J'ai vu en construction deux très-mauvaises gabares, à la place desquelles on aurait pu mettre deux frégates ou au moins deux corvettes ou bricks, qui, sortant de Bayonne et ayant les ports d'Espagne pour refuge, pourraient croiser avec succès ou se porter partout où il serait nécessaire. J'ai vu 15 à 20,000 pieds cubes de bois pourri, parce qu'il est là depuis un temps immémorial. Il faut achever ces deux mauvaises gabares ou les ôter du chantier, et mettre deux corvettes tirant 11 ou 12 pieds d'eau, et quatre ou cinq bricks, qu'on pourra facilement mettre en armement pour voyager aux colonies. Il serait aussi à propos d'y construire deux frégates pour utiliser ces bois qui coûtent si cher à transporter, et qui, ne l'étant pas, se pourrissent.

Le commerce de Bayonne demande, avec raison, que son cabotage avec le Portugal soit protégé. Si ce cabotage était protégé au passage des trois caps, il irait alimenter le Portugal en vins et en blés, et rapporterait en retour des sucres et autres denrées à Bayonne. Je désire donc que vous chargiez un capitaine de frégate intelligent de se rendre à Bayonne; que vous meltiez sous ses ordres quatre ou cinq bàtiments d'une force supérieure aux péniches et goëlettes , avec lesquels il ira prendre station pour favoriser le passage des caps de Bayonne à Lisbonne. Cet officier pourrait prendre langue à Bayonne, aller visiter les lieux par terre, et revenir prendre le commandement de ces bâtiments. Vous pourriez, pendant ce temps, lui préparer son armement à Bordeaux, Bayonne ou Rochefort. Vous devez sentir l'immense avantage qui résulterait pour la France et pour le Portugal de cet établissement de cabotage. Si l'on peut tenir des frégates sur les points où le cabotage peut être protégé, il faut y en diriger trois, en attachant à chaque frégate un brick et trois ou quatre péniches. Je crois vous avoir écrit que le cabotage de Bordeaux ne dépendait que du passage des caps, où il avait besoin d'être protégé. Je dois ajouter qu'il faut à l'embouchure de la Gironde deux frégates et deux

1808. 7 bricks, qui feraient une division de quatre båtiments de guerre, commandés par un officier qui aurait l'autorisation de les faire sortir quand il le jugerait nécessaire. Cela aurait l'avantage de maintenir libre l'embouchure de la Gironde et de favoriser le commerce. Avec l'argent que coûte le transport des bois de Bayonne à Rochefort, on en aurait une grande quantité dans la Garonne, et on approvisionnerait Rochefort comme on voudrait.

La marine a beaucoup de choses à faire. Il faut tout voir par vousmême, et raisonner dans le sens de notre situation. On pourrait avoir de grandes économies, faire beaucoup de travaux, et donner du soulagement au commerce.

NAPOLÉON. D après l'original comm. par Mme la duchesse Decrès.

13749. NOTES POUR LE PRINCE DE NEUCHATEL , MAJOR GÉNÉRAL DE LA GRANDE ARMÉE, A BAYONNE.

Bayonne, 16 avril 1808. Demander un mémoire sur les trois provinces de la Biscaye. Quel est le capitaine général? où se tient-il? Quels sont les commandants sous ses ordres ? où se tiennent-ils ? Quelle est l'organisation civile de ce pays ? Où est l'intendant général? quel est-il? Ses subdélégués? où se tiennent-ils? L'organisation des états? où s'assemblent-ils? leur nombre? lorsqu'ils ne sont pas réunis, qui les représente? Où se tient la députation?

Recommander au général Verdier de ne point laisser isolé aucun détachement, infanterie ou cavalerie; de s'organiser bien fortement à Vitoria avec sa 1'e brigade, d'où pourront, au besoin, partir des colonnes mobiles. Sa 2. brigade viendra prendre de suite position à Hernani, où, au besoin, elle pourra être renforcée d'une partie de la garnison de Saint-Sébastien. Il laissera seulement au poste un gendarme et deux hommes de cavalerie sous la responsabilité de l'alcade, pour lui préter main-forte aiosi qu'aux maitres de poste, et avoir la police des hommes isolés. On fera comprendre au gouverneur général de la province et aux alcades que ces hommes ne sont que pour protéger et avoir la police sur les derrières.

A M. le maréchal Bessières : que les seuls points où il doit avoir des Français sont Vitoria, Aranda, Burgos et Hernani; qu'il placera des détachements avec quinze jours de vivres dans les postes (tels que Pancorbo) à l'abri d'un coup de main; qu'il concentrera toutes ses troupes; qu'il retirera les hommes de l'hôpital de Valladolid pour les

« PreviousContinue »