Histoire politique et littéraire de la presse en France, Issue 6

Front Cover
Poulet-Malassis et De Broise, 1860 - French newspapers
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 155 - Une seule réflexion m'accable , c'est que tous mes efforts pour sauver le peuple n'aboutiront à rien , sans une nouvelle insurrection. A voir la trempe de la plupart des députés à la Convention nationale , je désespère du salut public. Si dans les huit premières séances toutes les bases de la constitution ne sont pas posées, n'attendez plus rien de vos représentans.
Page 72 - Saint-Cloud, s'il en est temps encore, ramenez le roi et le dauphin dans vos murs, tenez-les sous bonne garde, et qu'ils vous répondent des événements; renfermez l'Autrichienne et son beau-frère...
Page 60 - ... produisit un bon effet. L'Assemblée législative sentit le besoin de l'étendre, et à défaut de l'instruction publique, non encore organisée, elle voulut que cent mille livres fussent mises à la disposition du ministre de l'intérieur, pour répandre des écrits utiles dont elle lui abandonna le choix. Roland, économe et sévère , s'occupa d'un emploi bien entendu de ces fonds ; il profita des papiers publics alors en crédit, et les fit expédier gratis aux sociétés populaires , aux...
Page 179 - En attendant que la nation, fatiguée de ces désordres révoltants, prenne elle-même le parti de purger la terre de la liberté de cette race criminelle, que ses lâches mandataires encouragent au crime par l'impunité, on ne doit pas trouver étrange que le peuple, dans chaque ville, poussé au désespoir, se fasse lui-même justice.
Page 498 - Rousseau nous a même assuré qu'il allait déposer au comité de surveillance? Ce sont là des faits autrement graves que ceux que tu m'imputes. Regarde ta vie, depuis le temps où tu étais un respectable frater à qui un médecin de notre connaissance faisait faire des saignées pour douze sous, jusqu'à ce moment où, devenu notre médecin politique, et le docteur Sangrado du peuple français, tu lui ordonnes des saignées si copieuses, moyennant...
Page 221 - Ou ils triompheront, ou (je le dis avec orgueil) je m'ensevelirai avec eux. 0 Marat ! toi qui tant de fois m'as appelé ton disciple chéri, le successeur de ton choix ; toi dont souvent j'ai rédigé les feuilles courageuses, quand tu succombais sous le poids des travaux; ombre immortelle! viens m'environner de ta puissance et m'embraser de ta chaleur.
Page 27 - Le publiciste parisien, journal politique, libre et impartial, par une société de patriotes, et rédigé par H. Marat, auteur de ' l'Offrande à la patrie,' du 'Moniteur,' et du 'Plan de constitution,' with a motto, Vitam impendere vero.
Page 106 - Un tribun, un tribun militaire, ou vous êtes perdus sans ressource. Jusqu'à présent j'ai fait pour vous sauver tout ce qui était au pouvoir humain : si vous négligez ce conseil salutaire, le seul qui me reste à vous donner, je n'ai plus rien à vous dire, et je prends congé de vous pour toujours.
Page 411 - L'ancien monde touche à son terme ; il va bientôt achever de se dissoudre. Un second chaos doit précéder la création nouvelle; il faut que les éléments de la nature sociale se mêlent, se combattent, se confondent pour faire éclore enfin la société véritable. C'est la guerre universelle qui va enfanter la paix de l'univers; c'est l'entière dissolution des maux qui va créer la vertu des nations ; c'est le malheur de tous qui va nécessiter le bonheur général.
Page 292 - ... juin, je vous prie de me communiquer fraternellement les reproches que vous pourriez avoir à nous faire. Souvent on attribue à l'intention ce qui n'appartient qu'à l'erreur. L'écrivain le plus dévoué à la cause du patriotisme est sujet à être accusé ; souvent on le soupçonne pour la p!us légère omission, parce qu'on ne songe pas combien il est difficile qu'un travail aussi rapide et aussi compliqué que le nôtre atteigne toujours...

Bibliographic information