Page images
PDF
EPUB

LETTRES

SI'R LA

PROFESSION D'AVOCAT.

SUR LA

PROFESSION D'AVOCAT

PAR CAMUS,

ENRICHIES DE PIÈCES

CONCERNANT L'EXERCICE DE CETTE PROFESSION,

PAR

DUPIN AINÉ,
BERVILLE, CORMENIN, CARRÉ, DELACROIX-FRAINVILLE, DUPIN JEUNE,

ARMAND SÉGUIER, PARDESSUS,

[merged small][merged small][merged small][graphic][ocr errors][merged small][merged small]

ÉDITEUR DES ÉDITIONS BELGES DE MERLIN, DALLOZ, DURANTON, TOULLIER, SIREY, GRENIER,

ROGRON, POTHIER, LEGRAVEREND, ETC.

1833

[graphic]

SIRE,

Si je

avais pas

n

eu

m

[ocr errors]

nous

[ocr errors]

due avec

cats vous

deja le desir de vous dédier cet Ouvrage, la pensie

en serait venue

le jour ou Votre Mbayeste, recevant la deputation de l'Ordre des Avocats,

fit entendre des paroles qui penetrerent si profondement dans nos coeurs. Chacun de

Sire, en a conçu les plus glorieuses esperances pour les futures destinees du Barreau; chacun de nous conservera gravee dans sa memoire cette royale pensée : Je vous

promets que

dorenavant la justice sera ren. fermeté, et surtout qu'il y aura sincerite dans l'ap. plication de la loi. Sire, our tous les points du royaume, l'Ordre des Abro

oppe une pejuniere de magistrats fideles. Las memes voix qui, pendant quinze annees, ont disputeles victimes po litiques a des accusations passionnées, devenues les organes

le gaux du pouvoir royal, vont se faire entendre pour prodla

maximes liberales du nouveau gouvernement,
regne commence une

commence une ere nouvelle, une ere de sin. cerite, de droiture et de bonne foi, ou le Peuple et le Roi, unis par

un meme contrat, et pareillement resolus a'en obserfidelement toutes les conditions, ont fondé leur alliance sur la plus solide de toutes les bases : Cordre public et la liberté.

Sire, j'ai l'honneur de renouvelér Votre Mayeste l'hommage sincere de mon profond respect et de mon inebrantable feelide

Dupin atae.

les mer

Votre regne

ent

ver

Paris, ce 15 août 1830.

« PreviousContinue »