Histoire impartiale du procès de Louis XVI, ci-devant roi des Français: ou recueil complet et authentique de tous les rapports faits à la Convention nationale-- des différentes opinions des représentans du peuple ou des particuliers, proncées à la Tribune nationale, ou publiées par la voie de l'empression; enfin, de toutes les pièces qui entreront dans l'instruction de ce grand procès, jusqu'au jugement définitif inclusivement, Volumes 5-6

Front Cover
Louis François Jauffret
C. F. Perlet, 1793
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 46 - ... dit être devenu si nécessaire? Un chef! Ah ! si telle était leur audace , il ne paraîtrait que pour être à l'instant percé de mille coups. Mais à quelles horreurs ne serait pas livré Paris ? Paris dont la postérité admirera le courage héroïque contre les rois , et ne concevra jamais...
Page 43 - ... vos calculs politiques auront-ils rendus à l'humanité ? Quelle reconnaissance vous devra la patrie pour avoir fait en son nom, et au mépris de sa souveraineté méconnue, un acte de vengeance devenu la cause ou seulement le prétexte d'événements si calamiteux...
Page 47 - ... disputer à la terre quelques lambeaux sanglants des victimes que nous avons égorgées ; ou voulezvous du sang? Prenez, en voici, du sang et des cadavres : nous n'avons pas d'autre nourriture à vous offrir... Vous frémissez, citoyens...
Page 42 - J'aime trop la gloire de mon pays pour proposer à la Convention de se laisser influencer, dans une occasion aussi solennelle, par la considération de ce que feront ou ne feront pas les puissances étrangères. Cependant, à force d'entendre dire que nous agissions dans ce jugement comme pouvoir politique, j'ai pensé qu'il ne serait contraire ni à votre dignité, ni à la raison, de parler un instant politique. Il est probable qu'un des motifs pour lesquels l'Angleterre ne rompt...
Page 37 - Pourquoi tant de sécurité dans un cas, tant de frayeur dans l'autre ? Si vous craignez sérieusement que la présentation du jugement de Louis à la ratification du peuple produise la guerre civile, pourquoi ne redoutezvous pas ce terrible effet de la présentation du décret qui déclare le gouvernement républicain ? Ou s'il est vrai que vous ne craigniez pas que la présentation de ce décret entraîne des discordes, pourquoi feignez-vous de croire qu'on ne peut, sans les faire naître, demander...
Page 41 - At-on respecté les principes de l'égalité quand on l'a éloigné des tribunaux où sont jugés tous les citoyens , et qu'on a tenté de vous induire à le juger vousmêmes sans observer aucune forme ? Louis n'est pas un accusé ordinaire , on le sait bien : on ne cesse de crier que son existence sera le germe d'une fermentation continuelle...
Page 40 - ... qui pervertissent toutes les idées de morale , et par des discours artificieux , des flagorneries hypocrites ne cessent de pousser le peuple aux excès les plus• déplorables. La guerre civile pour avoir proposé de rendre un hommage à la souveraineté du peuple! A votre avis , la souveraineté du peuple est donc une calamité pour le genre humain ? Je vous entends : vous voulez régner.
Page 39 - Ils veulent la guerre civile les hommes qui enseignent ces maximes éversives de tout ordre social dans cette tribune, dans les assemblées populaires, dans les places publiques ! Ils veulent la guerre civile les hommes qui accusent la raison d'un feuillantisme perfide, la justice d'une déshonorante pusillanimité, et l'humanité...
Page 30 - ... maintenir la Constitution. Aujourd'hui vous pouvez déclarer comme un principe d'éternelle vérité que la promesse d'inviolabilité faite à Louis par le peuple ne fut point obligatoire pour le peuple ; mais au peuple seul il appartient de déclarer qu'il ne veut pas tenir sa promesse.
Page 96 - On nous a dit, c'est Robespierre, que ce recours au souverain serait la cause d'une guerre civile. La guerre civile ! ... Certes, le plus sûr moyen de la prévenir, lorsque l'esprit de parti se réveille, lorsqu'une agitation violente fait craindre le choc des opinions partielles, c'est de constater l'expression de la volonté générale ; car alors toutes les divisions doivent cesser, tous les hommes de bonne foi, tous les vrais républicains se rallieront à elle, et la tyrannie ou la révolte...

Bibliographic information