Page images
PDF
EPUB

laughter. Mabel saw he was doing something for fun, but she did not understand the joke, till at last she made out that he was mimicking some public singer who had visited X- not long sincé. Mr. St. Leger's song was 'Come into the garden, Maud,' and Sophy Bright, who had never heard it before, was enchanted. So were Mr. and Mrs. Bright, and Mr. Greene, and above all, Charles Lyne. But Mrs. Greene, though the music pleased her more than anything she had heard that evening, could not enjoy it thoroughly, because she was thinking to herself that the words were not quite the thing for Mabel to hear; and then she got fidgety at the idea of the child's sitting up so late, and to wish Miss Ruler had come back from Slowington in time to join the party, in which case Mabel would certainly have been sent to bed before the second part of the concert began.

Mrs. Auriol listened with visible impatience, and positively forbade the encore Charles Lyne tried to obtain. She said, “The ballad is a pretty one, no doubt, but it ought not to have been allowed to get into the programme to-night. After Beethoven, Mozart, and Mendelssohn, it is not endurable. I declare it makes me think of that capital comparison used by the fellow in “ The Pirate”-á velvet coat with paper lace.'

Why, I thought Balfe was a good composer,' said Mr. Greene.

'He had plenty of natural ability,' said Mrs. Auriol, with an air of indignation ; but he would not take the trouble to study. However, the composition is a good one of its kind,' she added, getting into her most ex cathedra style; but setting aside that point, I must protest against the buffoonery with which the singer has thought proper to accompany it.'

• Ah!' laughed Mr. Greene, now the murder's out. We all know Mrs. Auriol's horror of a comic song.'

'I have no objection to a comic song in its proper place,' Mrs. Auriol said with emphasis, and using her fan with much energy; but I think mimicry of the kind Frederick St. Leger is given to not at all amusing.'

"The fact is,' said Mr. Greene, with a comical face, that Mr. Parnassus King is too great a gun to be treated like us poor mortals.'

“I must own I like to see great artists treated with respect,' replied Mrs. Auriol, with a severe glance at her cousin—just such a look as he bad often bad from her more than twenty years ago, when he was an irreverent school-boy of twelve, and she an unmarried lady of twentynine.

* Hush,' said Lady Mary as Mr. Greene was about to reply; they're beginning dear old Bach's Prelude.'

The Meditation of Gounod on Bach, was exquisitely sung by Clara, to the playing of Miss Wells, Miss Mellany, and Clement Bowyer. Mabel was not the only listener whose eyes filled with tears under the magical influence of that exquisite bit of melody with its wonderful harmonies.

6

6

It was followed by a quartett, for piano-forte, violin, tenor, and violoncello, of Mozart. This quartett was substituted after some little consultation for “Coriolanus, because Miss Mellany said that the harmonium did not answer in the place of a second piano, and moreover she was not satisfied with the manner in which her sister bad played her part in the Midsummer Night's Dream, and suspected that the other overture, which had not been practised, would be worse. After the quartett, Clara sang “With verdure clad, Lady Mary and Mr. Auriol sang a duett from the Creation, and Mr. Barry a solo from the same oratorio.

After this it was decided (as it was getting late) to bring the concert to an end at once, with “The Heavens are telling' for a finale ; the audience being invited to join in the chorus if they liked. They all stood up to listen, and some of them could not resist the impulse to sing when the chorus came to the fortissimo part. Miss Mellany played the accompaniment on the harmonium, singing her own second as steadily as if she were standing ainong the singers; while Mr. Auriol did the same double work with his two basses. Miss Wells accompanied at the piano-forte, but she did not sing herself, wishing to be free to listen to the rest, as an accompanyist should be. 'Conducting,' as it is called, is not by any means the same thing as leading. Clara was the actual leader' on this occasion, for Clement Bowyer merely followed her with his violin.* Mabel stood by Aunt Cecily, listening entranced. Her cheeks were crimson, and her eyes were flashing and gleaming like living sapphires before that glorious chorus came to an end. Aunt Cecily looked at her now and then with a smile, and the thought came across her mind that the glory of God is not more powerfully shown forth by the starry heavens, than by the light that gleams in human eyes when the fire of an immortal soul is shining through them!

(To be continued.)

* The writer begs any severe musical critic into whose hands 'Aunt Cecily'may have the misfortune to fall, to understand that the mode in which the parts’ in this Finale were assigned is not proposed as a model, unless the instrumental performers possessed sufficient musical science to know how one can venture to double a part without risk of changing the harmonies of the score. The writer once heard “The Heavens are telling 'done in a girls' school by performers who were not musicians, merely good executants, with the following cast, and it sounded very well indeed, The first and second Soprano parts and the Alto were sung by about a dozen young ladies with cultivated voices, the first part being led by a singing-mistress possessing a beautiful Soprano voice, the second by a well-trained Mezzo-soprano, and the Alto by a young lady who had first-rate ability for harmony as well as a fine voice. The Tenor and Bass parts were played on a pianoforte. The accompaniment was given to three performers on a good grand pianoforte, supported by an excellent player on a chamber-organ. The three instruments were always kept in perfect tune. This Jast point cannot be too strongly insisted upon.

101

CONSEILS DE LECTURES FRANCAISES.

PAR MADAME DE WITT, NÉE GUIZOT.

La Femme Studieuse, par Mgr. l'Evèque d'Orléans.-Le dernier livre de Mgr. Dupanloup, de cet infatigable écrivain, absorbé présentement par les préparatifs du grand concile qui doit se réunir à Rome à la fin de cette année, est spécialement adressé aux femmes de la classe supérieure. Je reproche même à ce livre d'être écrit presque uniquement pour les femmes de la classe oisive. Mgr. Dupanloup semble oublier que l'instruction de la plupart des femmes cultivées leur sert tout naturellement à élever leurs enfants, à diriger les lectures de leurs filles, quelquefois à aider leurs maris dans leurs travaux. Il s'adresse aux femmes qui n'ont rien à faire, à qui le loisir pèse et qui en sentent le danger. Il cherche à leur faire comprendre qu'à côté de la charité, pressant devoir et légitime occupation du loisir, on peut placer l'étude, un travail régulier, sans autre but que le développement des facultés que Dieu nous a données et qui ne peuvent se satisfaire dans la vie facile du monde. Par un retour charmant vers les femmes qui habitent au 3e étage et dont la vie est remplie des devoirs sérieux et pratiques du ménage et du soin des enfans, l'Evèque d'Orléans jette un regard passager sur le naturel et commun emploi des forces et de l'intelligence féminines; mais ce n'est pas aux femmes de cette classe qu'il pense et s'adresse surtout; il retourne bientôt à celles qui vivent inoccupées et cherchent une direction sérieuse pour leurs loisirs qu'elles ne trouvent pas dans le monde qui les entoure. C'est aux femmes dont telle est la situation et la disposition qu'il donne les meilleurs conseils pour le developpement de leur esprit et de leur âme par l'étude et le travail

. Je ne les crois pas en si grand nombre que Mgr. Dupanloup se les figure, mais il parle aux femmes catholiques de la classe la plus élevés, à celles qui sout naturellement portées à profiter de ses conseils, et toutes les femmes, oisives ou non, peuvent tirer de profonds enseignements de cette connaissance intime des maux qui menacent leur faiblesse, comme de cette sympathie éclairé pour leur véritable bien qui respirent toujours dans les écrits de Mgr. Dupanloup, et qui se retrouvent avec un grand charme dans la Femme Studieuse.

1 Vol. CHARLES DOUNIOL, 29, Rue de Tournon, Paris. 3fr. 50c.

Lettres de l'Abbé Henri Perreyve à Pierre Micol, ouvrier Macon de Voiron.—Les lecteurs du Monthly Packet connaissent déjà La Journée des Malades de l'Abbé Perreyve, et cette precieuse vie terminée si promptement après de si nobles débuts. Les amis de ce jeune prêtre, enlèré à son æuvre, selon l'expression de M. Guizot, dans la fleur de la foi et de la vertu,' out voulu faire connaitre un petit épisode de sa vie, son amitié et sa sollicitude pour un pauvre ouvrier, malade comme lui, qu'il avait rencontré en se rendant aux eaux d’Uriage en Dauphiné. Les lettres sont un trésor de simplicité, de charité, de douceur dans la force; le jeune prêtre qui soutenait ainsi de loin, par la communauté de la foi comme des souffrances, un jeune macon, un ignorant qui marchait avec lui sur le chemin de la croix, était un vrai disciple du Maître. Tout ce qu'il a dit dans La Journée des Malades, l'Abbé Perreyve l'avait ‘souffert avant de l'unir,' toutes les consolations qu'il offre à son humble ami il les avait puisées dans sa propre résignation à la volonté de Dieu. Il y a un grand charme à pénétrer ainsi un instant dans la vie intime d'un caur qui c'est si rapidement usé ici bas dans ses efforts pour la gloire de Dieu, et que Dieu a reçu dans le repos éternel.

CHARLES DOUNIOL, 29, Rue de Tournon, Paris. 1fr,

Scènes d'Histoire et de Famille au XVI, XVII, et XVIIISiècles, par Mad. de Witt, née Guizot.-Le volume contient trois récits voués tous à peindre l'intérieur des familles et des amis au milieu des grands évènements publics. Ce sont:

, Une Famille Chrétienne au XVIe Siècle ou la vie de M. et de Mad. du Plessis Mornay.

, Pélerins et Pères, ou le voyage et le premier établissement des Puritains Anglais en Amérique.

3o, Le Désert ou l'Eglise sous le Croix, peinture de l'état des Protestans en France au milieu du règne de Louis XV.

1 Vol. GRASSART, 4, Rue de la Paix, Paris. 2fr. 50c.

De l’état Civil des Réformés en France, par M. Anquez, Professeur au Lycée St. Louis.-M. Anquez est un jeune professeur d'histoire qui parait s'être spécialement consacré à l'histoire des Protestans Français. Il a déjà publié sur ce sujet deux volumes intitulés, l'un, Histoire des Assemblées Politiques des Réformés de France, l'autre, Un Nouveau Chapitre de l'Histoire Politique des Réformés de France, de 1621 à 1626 ; ouvrages pleins de recherches curieuses sur les développemens de la réforme en France et sur les courageux efforts des Réformés pour surmonter les obstacles et survivre aux persécutions qu'ils essuyaient. A ces deux ouvrages M. Anquez vient d'ajouter une histoire, non plus de la vie politique mais de l'état civil des Réformés en France depuis le commencement du XVIe siècle jusquà l'edit de Novembre, 1787, par le quel le Roi Louis XVI. mit fin à l'odieuse exclusion de la société civile dont les Protestans Français étaient l'objet, et leur rendit les droits civils des tous leurs concitoyens. Les trois ouvrages de M. Anquez sont ainsi un tableau complet de la destinée politique et de la condition civile des Réformés en France depuis l'origine de la réforme jusqu'aux approches de la Révolution de 1789. Un noble esprit de justice et de liberté, religieuse et politique règne dans ces trois volumes et joint à l'intérêt historique un grand intérêt moral.

1 Vol. in 8vo.

Galilée, les Droits de la Science et la Méthode des Sciences Physiques, par M. Th. Henri Martin, Doyen de la Faculté des Lettres à Rennes.—La science a été persécutée comme la foi. La superstition et le despotisme out prétendu interdire à l'esprit humain de voir le monde matériel tel qu'il est en effet, comme à la conscience humaine de rendre à Dieu un culte libre, seul digne de lui. Galilée a été l'exemple le plus célèbre des prétentions du despotisme à l'asservissement de la science. L'histoire de son procès à Rome a été souvent étudiée et racontée tantôt avec la passion despotique, tantôt avec la passion scientifique; les faits ont éié tántôt dissimulés, tantôt exagéres, au profit tantôt du pouvoir inquisiteur, tantôt de la liberté opprimée. Le jour de la vérité est à la fin venu. Déjà des savants du premier ordre et des écrivains distingués, M. Biot, M. Libre, M. Philarête Chasles, &c., ont étudié à fond le procès de Galilée, publié et expliqué beaucoup de documens érudits, tente enfin de mettre l'histoire impartiale et libre à la place de l'accusation ou de l'apologie. M. Th. Henri Martin a profité de tous ces travaux et rapproché toutes ces études ; il y a ajouté les siennes propres, sa science profonde, son imperturbable indépendance, sa scrupuleuse équité, et il vient de donner une histoire de Galilée, de sa vie, de son procès et de son caractère qu'ou peut regarder comme définitive et inspirée par la pleine connaissance des faits et le libre respect de la vérité.

1 Vol. DIDIER, 35, Quai des Augustins, Paris. 3fr. 50c.

A côté de ces travaux historiques ou religieux et moraux, plusieurs publications plus spécialement littéraires méritent d'être remarquées. L'une des plus importantes est une Histoire de la Littérature Scandinave, par M. Xavier Marmier, imprimée depuis longtemps, mais trop peu connue, et qui vient d'être pour ainsi dire, remise à flot, par suite de la candidature récente de l'auteur a l'académie Française. M. Marmier est un voyageur très instruit, très lettré, très persévérant, qui a parcouru toute l'Europe Septentrionale, la Suède, la Norwege, l'Islande, la Finlande, le Russie, la Laponie, étudiant avec soin les lieux, les peuples, la nature, la société, les gouvernements, les littératures ; et parmi les nombreux ouvrages qui out été le fruit d'abord de sa vie errante, puis de son laborieux repos, son Histoire de la Littérature Scandinave est un des plus dignes d'attention, et par la nouveauté du sujet, et par l'intelligente sympathie de l'auteur pour les poèsies les histoires vraiment spontanées et nationales, et par les nombreux fragmens Scandinaves qu'il a traduits et placés à la fin du volume. Les récits de voyage, les descriptions des lieux sont agréablement mêlés aux reproductions littéraires, et rendent la lecture de l'ouvrage aussi intéressante qu'instructive.

1 Vol. ARTHUR BERTRAND, 26, Rue Hautefeuille, Paris.

Un voyage d'un tout autre genre, intitulé à Travers les Espagnes, est l'ouvrage d'une femme très distinguée et très dignement connue, Mad. la Comtesse Agenor de Gasparin. C'est l'Auteur des Horizons Célestes, des Horizons Prochains, de Camille, et de plusieurs autres ouvrages toujours très accueillies du public, et toujours remarquables par la verve, l'originalité, l'indépendance, on pourrait dire quelquefois la singularité des impressions, des idées, du langage, de la pensée et du style. A Travers les Espagnes est en effet une course dans toute l'Espagne et le récit familier de tout ce qui s'est passé, en courant, dans l'imagination, l'âme, l'esprit, les rencontres et les conversations de l'auteur. Un profond sentiment religieux, une vive émotion des beautés de la nature comme de celles de l'art ajoutent beaucoup de charme à cette nouvelle promenade que Mad. de Gasparin nous fait faire à sa suite en Espagne comme elle a déjà fait en Suisse, en Italie et jusqu'à Constantinople.

1 Vol. MICHEL Lévy, 2, Rae Vivienne, Paris. 3fr.

Un écrivain très goûté des lecteurs de rerues et de journaux, le Comte A. de Pontmartier, vient de publier un volume intitulé Nouveaux Samedis, sixième série des articles qu'il public depuis plusieurs années tous les Samedis dans la Gazette de France; vrais modèles de finesse, de justesse, d'étendue et d'élévation d'esprit, d'impartialité et d'indépendance dans l'appréciation des livres, des personnes, des caractères, des incidens sociaux et biographiques qui occupent à Paris le monde des lettres et des curieux. M. de Sainte Beuve, M. de Pont Martin et M. Cuvillier Fleury sont des maîtres accomplis dans ce genre de littérature où ils prodiguent leur, esprit et leur talent.

1 Vol. MICHEL LÉVY, 2, Rue Vivienne, Paris. 3fr.

NOTICES TO CORRESPONDENTS.

No MS. can be returned unless the Author's name and address be written on it, and stamps be sent with it.

Contributions must often be delayed for want of space, but their writers may be assured that when room can be found they shall appear.

The following contributions to The Clewer Fields Mission are thankfully acknowledged :-Louise, 2s. 6d. ; Anon., 5s. ; F. W., 10s.; H. Pontefyn, 5s.

« PreviousContinue »