Page images
PDF
EPUB

SUR LA PROPRIÉTÉ LITTÉRAIRE

ET LE DROIT DE COPIE."

Nota. Le Traducteur s'est attaché à reproduire scrupuleusement le

texte des lois anglaises. Cette exactitude l'a mis dans l'obligation de conserver des répétitions qui répugnent à la pureté et à l'exigence de notre langue; mais il a pensé, qu'en fait de lois, il ne devait pas hésiter à sacrifier la sévérité du goût à la fidélité du sens. C'est par la même raison , qu'il a souvent employé des tournures et des termes qui sont de style dans les matières de droit.

N.° 1.

[ocr errors]

Acte de la 8.° année du règne d'Anne, c. 19,

ayant pour objet d'encourager l'instruction, en conférant , pendant les délais y énoncés, aux auteurs et à leurs acquéreurs, un droit de copie sur les livres imprimés.

CONSIDÉRANT que, dans ces derniers temps, les mprimeurs, libraires et autres personnes, se ont souvent permis d'imprimer , réimprier, et publier, ou de faire imprimer, réimimer, et publier, des livres et autres écrits, ns le consentement des auteurs ou propriétai

[ocr errors]

War

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Le bill.

pure

[ocr errors]
[ocr errors]

On a vu qu'en chancellerie on déteste tout cequi peut porter atteinte à la morale, et que l'on n'accorde jamais protection aux publications sur les quelles une action en justice ordinaire ne pourrait faire conserver un droit de propriété. Dans un cas pareil, on n'ordonnerait point un compte, lors même que le demandeur se soumettrait à répondre à un bill lancé contre lui. (Voir p. 11.)

Dans un ouvrage élémentaire sur le droit de les copie, il serait inutile d'examiner en détail ce qui sera se pratique dans les Cours de chancellerie au sujet des injonctions en général. On doit sur ce point, renvoyer aux livres qui traitent des formes sui- sis: vies en chancellerie. Il suffira de s'arrêter à celles ** qui se rapportent plus directement aux injonc

tions relatives au droit de copie. Affidavit , Ayant montré que, pour obtenir une injonction, is op ou déclaration sous ser- il est nécessaire d'avoir une sorte de titre réel out cernant le apparent, accompagné de la possession, il con

vient d'examiner, maintenant, l'affidavit (déclaration sous serment ) qui peut être regardé prius comme péremptoire pour faire titre.

On a vu que le transport doit être fait par écrit, et dans quels cas il y a lieu de prêter assis- eta tance à l'ayant droit; dès lors, pour maintenir Nee le bill (1) du cessionnaire d'un droit de copie,

[ocr errors]

ered Veure

ment, con

at si

titre.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

(1) En chancellerie, un procès se commence par la présentation d'un bill au lord chancelier, dans le style d'une pétition : 0 « Votre suppliant N. remontre humblement, par sa plainte à

heere

il doit y avoir affidavit ou déclaration sous serment que la cession a été consentie par écrit. ( Voir

pages 132 et.133.)

votre seigneurie, que , etc. » Ce bill est de la nature d'unc claration en loi commune, ou du mémoire libellé, de l'allégation, dans les Cours ecclésiastiques. Ony expose, tout au long, les circonstances de l'affaire, de quelque fraude, par exemple, d'un abus de confiance , de procédés à réprimer, etc. « Ce que votre suppliant soumet à votre bienveillante considération (espressions ordinaires du bill ) et parce qu'il est entièrement sans remède en loi commune ; » il a recours en conséquence, au pouvoir du chancelier, et requiert aussi un writ de sub pa:ne contre le défendeur, pour l'obliger à répondre sous la foi du serment sur tous les points qui lui sont imputés par le bill. Et s'il s'agit d'arrêter, ou des dévastations, ou du trouble

apporté à la possession de biens-fonds, ou des procédures entamées en loi commune, on sollicite de plus une injonction de la nature d'un interdictum en droit civil; portant l'ordre au défendeur de cesser. Ce bill doit appeler devant la Cour toutes les parties, nécessaires, intéressées dans la cause, de près ou de loin, sans quoi, il ne peut y avoir de décret qui les oblige. Un avocat signe le bill, ce qui certifie qu'il ne renferme rien qui ne soit décent et convenable. Car, s'il contient des choses injurieuses ou impertinentes, le défendeur peut refuser d'y répondre, jusqu'à ce qu'on les ait fait disparaitre; ce qui s'effectue sur un ordre d'en référer à l'un des officiers de la Cour , qu'on nomme maîtres en chancellerie, et qui sont au nombre de douze, y compris le maître des rôles, lesquels, jusqu'au règne d'Élisabeth, étaient, ordinairement, tous docteurs en droit civil. Le maitre en chancellerie examine si le bill est convenable; et, dans le cas où son rapport le déclarc outrageant ou scandaleux, la plainte est rejetée, et le défendeur est payé de ses frais, qui sont de droit acquittés par l'avocat qui a signé le bill.

Quand le bill est produit ou enfilė (filed) dans le bureau des six clcrcs qui originairement étaient tous dans les ordres, en

[ocr errors][ocr errors]

On regarda comme insuffisant un affidavit dans lequel on établissait, en termes généraux, que la copie avait été achetée ou légalement acquise par une personne, attendu qu'il ne portait pas que l'acquisition avait été faite par cette personne de l'auteur lui-même.

Il s'est présenté une espèce dans laquelle le fondé de pouvoir d'un écrivain d'une grande réputation, pour le moment en pays étranger, fit un affidavit exposant qu'on annonçait la publication en son nom d'un ouvrage dont il avait de fortes raisons de croire que le poète, son mandant,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

sorte que, quand la composition de la Cour commença à changer, ön fit un statút 14 et 15 Henri VIII. c. 8, pour leur permettre de se marier), si ce bill renferme la demande d'une injonction, elle peut être accordée en divers états de cause, selon les circonstances de l'affaire. Si le bill demande que le défendeur ne puisse passer à l'exécution d'un jugement oppressif, et si le défeudeur n'y répond pas, dans le temps fixe accordé par les règles de la Cour, l'injonction ne peut subsister

que d'après un motif suffisant qui appert de la réponse même. Mais, si une injonction est acquise pour arrêter des dégâts , ou d'autres préjudices d'une nature également urgente, alors, après la remise du bill, et l'affirmation par serment (ou affidavit) à l'appui de faits convenables avancés, la Cour délivre immédiatement une injonction dont l'effet subsiste jusqu'à ce que le défendeur ait répondu , et jusqu'à ce que la Cour rende, à cet égard, quelque ordonnance ultérieure ; et quand la réponse du défendeur est produite, la Cour détermine , d'après les moyens tirés de la considération tant de la réponse que de l'affidavit , si l'injonction doit cesser ou subsister jusqu'à ce que la cause soit entendue. Blackstone. — Tome V, pages 168 à 170.

[ocr errors]
« PreviousContinue »