Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

il doit y avoir affidavit ou déclaration sous ser-
ment que la cession a été consentie par écrit.
( Voir pages 132 et.133.)

votre seigneurie, que, etc. » Ce bill est de la nature d'une dém claration en loi commune, ou du mémoire libellé, de l'allégation, dans les Cours ecclésiastiques. Ony expose, tout au long, les circonstances de l'affaire, de quelque fraude, par exemple, d'an abus de confiance , de procédés à réprimer, etc.« Ce que votre suppliant soumet à votre bienveillante considération (espressions ordinaires du bill ) et parce qu'il est entièrement sans remède en lpi commune ; » il a recours en conséquence, au pouvoir du chancelier, et requiert aussi un writ de sub parnd contre le défendeur, pour l'obliger à répondre sous la foi du serment sur tous les points qui lui sont imputés par le bill. Et s'il s'agit d'arrêter, ou des dévastations, ou du trouble apporté à la possession de biens-fonds, ou des procédures entamées en loi commune, on sollicite de plus une injonction de la nature d'un interdictum en droit civil; portant l'ordre au défendeur de cesser. Ce bill doit appeler devant la Cour toutes les parties nécessaires, intéressées dans la cause, de près ou de loin, sans quoi, il ne peut y avoir de décret qui les oblige. Un avocat signe le bill, ce qui certifie qu'il ne renferme rien qui ne soit décent et convenable. Car, s'il contient des choses injurieuses ou impertinentes , le défendeur peut refuser d'y répondre, jusqu'à ce qu'on les ait fait disparaître; ce qui s'effectue sur un ordre d'en référer à l'un des officiers de la Cour , qu'on nomme' maîtres en chancellerie, et qui sont au nombre de douze, y compris le maître des rôles, lesquels, jusqu'au règne d'Élisabeth, étaient, ordinairement, tous docteurs en droit civil. Le maitre en chancellerie examine si le bill est convenable ; et, dans le cas où son rapport le déclarc outrageant ou scandaleux, la plainte est rejetée, et le défendeur est payé de ses frais, qui sont de droit acquittés par l'avocat qui a signé le bill.

Quand le bill est produit ou enfilė (filed) dans le bureau des six clercs (qui originairement étaient tous dans les ordres, en

[ocr errors]
[ocr errors]

On regarda comme insuffisant un affidavit dans lequel on établissait, en termes généraux, que la copie avait été achetée ou légalement acquise par une personne, attendu qu'il ne portait pas que l'acquisition avait été faite par cette personne de l'auteur lui-même.

Il s'est présenté une espèce dans laquelle le fondé de pouvoir d'un écrivain d'une grande réputation, pour le moment en pays étranger, fit un affidavit exposant qu'on annonçait la publication en son nom d'un ouvrage dont il avait de fortes raisons de croire que le poète, son mandant,

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

sorte que, quand la composition de la Cour commença à chan-
ger, ön fit un statút 14 et 15 Henri VIII. c. 8, pour leur

per-
mettre de se marier ), si ce bill renferme la demande d'une
injonction, elle peut être accordée en divers états de cause, se-
lon les circonstances de l'affaire. Si le bill demande que le dé-
fendeur ne puisse passer à l'exécution d'un jugement oppres-
sif, et si le défeudeur n'y répond pas, dans le temps fixe accor-

pár

les règles de la Cour, l'injonction ne peut subsister que
d'après un motif suffisant qui appert de la réponse même. Mais,
si une injonction est acquise pour arrêter des dégâts , ou d'au-
tres préjudices d'une nature également urgente, alors, après
la remise du bill, et l'affirmation par serment (ou affidavit) à
l'appui de faits convenables avancés, la Cour délivre immé-
diatement une injonction dont l'effet subsiste jusqu'à ce que

le défendeur aît répondu , et jusqu'à ce que la Cour rende, à cet égard, quelque'ordonnance ultérieure ; et quand la réponse da défendeur est produite , la Cour détermine , d'après les moyens tirés de la considération tant de la réponse que de l'affidavit , si l'injonction doit cesser ou subsister jusqu'à ce que la cause soit entendue. - Blackstone. — Tome V, pages 168 à 170.

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

n'était pas l'auteur. On accorda une injonction dont la maintenue fut ordonnée jusqu'à ce que, après renseignemens pris, le défendeur eût juré qu'il pensait que l'ouvrage dont il s'agissait n'était pas la compilation de l'oeuvre de la personne au nom de qui agissait le plaignant. Affaire de lord Byron contre Johnston.

Il est d'usage de lire, lors de l'instruction, l'affidavit relatif aux faits, présenté après la réponse ; mais, on ne pourrait recevoir un affidavit au sujet du titre en lui-même.

Il arrive bien rarement de fournir une réponse un bill concernant un plagiat; en effet, la question controversée est ordinairement fixée lors des démarches faites pour obtenir une injonction.

On a déja parlé des formalités relatives aux instruction débats élevés à l'occasion de la demande d'une de la cause. injonction devant garantir le droit du propriétaire d'un livre.

Le défendeur peut, sur le champ, se pourvoir afin de faire révoquer l'injonction ; et, s'il s'agit d'une imitation ou d'un plagiat, le lord chancelier lit les ouvrages, ou les renvoie à l'un des maîtres en chancellerie, à l'effet , par ce dernier, d'examiner si les livres sont semblables, ou s'ils différent sous quelques rapports, en établissant, alors, les différences. Mais, en général, le lord chancelier préfère , si la chose est possible, comparer les ouvrages, et, ensuite, révoquer,

Débats ou

1

sur le champ, ou maintenir l'injonction , à moins qu'il 'nc pense devoir, dans sa sagesse, recourir à telle autre mesure que pourraient compórter la justice et la nature de l'affaire.

[ocr errors][merged small]
[ocr errors][merged small][merged small]

LES LOIS ANGLAISES SUR LE DROIT DE COPIE ET LA

PROPRIÉTÉ LITTÉRAIRE ,

[ocr errors]

SUIVIES DE L'OPINION DE W. BLACKSTONE A CET BGARD ;

A LÉGISLATION DU ROYAUME DES PAYS-BAS, SUR LA

PROPRIÉTÉ LITTÉRAIRE ET LES CONTREFAÇONS ;

}

S TEXTE DES LOIS ET RÉGLEMENS RELATIFS A CETTE PROPRIÉTÉ, EN FRANCE ;
ET LE PROJET DE LOI VOTÉ PAR LA COMMISSION DE LA PROPEJÉTÉ LITTÉRAIRE
NOMMÉE PAR LE ROI, LE 20 NOVEMB?E 1825.

« PreviousContinue »