Page images
PDF
EPUB

s'effectue au moyen de sept grues à vapeur mobiles. La seconde partie du quai reçoit exclusivement les petits bateaux servant à l'approvisionnement local ; elle ne tardera probablement pas à être reconstruite et aménagée pour recevoir de plus grands navires.

En amont de l'usine à gaz, la Freihafen Lagerhaus gesellschaft achève la construction d'un autre mur de quai de 300 mètres de longueur. Le terre-plein aura, jusqu'à la chaussée, une largeur de 40 mètres environ ; une voie ferrée pour grues roulantes à vapeur sera placée le long de la rive ; trois autres voies ferrées se reliant à la gare seront établies plus loin, laissant entre deux un espace où pourront être édifiés des hangars. Ce quai sera vraisemblablement prolongé ultérieurement.

Deux élévateurs à grains ont été installés à Altona, mais ces engins ne fonctionnent plus depuis un certain temps déjà.

La réparation des navires s'effectue principalement au moyen d'un dock flottant en bois de 42 mètres de longueur sur 10",05 de large, pouvant recevoir des navires ne dépassant pas un tirant d'eau de 5", 15 et une jauge de 520 tonneaux.

Harbourg.

Harbourg, situé sur la rive gauche du Süder Elbe, possède un assez grand bassin à flot établi en partie dans les fossés de l'ancien château, bassin dans lequel débouchent trois canaux (Pl.42 , fig. 12).

En aval d'Harbourg, le Süder Elbe a été régularisé au moyen de digues submersibles, d'épis et de dragages. Le chenal a une largeur de 70 mètres et une profondeur de 5 mètres au-dessous du plan d'eau moyen coté (1",50) à l'échelle d'Harbourg.

La montée de la mer est de 1",24 dans les conditions normales. Mais par coup de vent, la mer peut s'élever à 3",70 plus haut ; d'autre part, elle s'abaisse quelquefois de 0",91 au-dessous du niveau des basses mers ordinaires ; la dénivellation atteint alors jusqu'à 5",85. Les navires ont accès dans le bassin à flot par deux écluses, construites, l'une, de 1846 à 1849, et l'autre, de 1875 à 1881. La première de ces écluses a 9o,93 de largeur, elle possède un sas de 43",80 de longueur ; la montée de l'eau sur le haut radier est de 4",42 à pleine mer. La seconde, dont les buscs sont établis à 5",40 au-dessous des pleines mers ordinaires, a 17 mètres d'ouverture (Pl. 42, fig. 7 et 8); le sas a une longueur utile de 70 mètres. Cette écluse est fondée sur une couche générale de béton ; elle a un radier courbe de 20 mètres de rayon et de 1",90 de flèche. Des aqueducs établis dans les bajoyers permettent de faire des chasses sur le radier et dans les chambres des portes. Deux paires de portes d'èbe et deux paires de portes de flot permettent de sasser les navires quels que soient les niveaux d'eau dans l'Elbe et dans le bassin. Ces portes ont 8",50 de hauteur, à l'exception des portes de flot d'aval, lesquelles ont 10 mètres ; elles sont en fer et forment caisson étanche sur 6 mètres de hauteur ; la partie supérieure n'a qu'un seul bordé. Des ventelles ayant ensemble 1 mètre carré de superficie sont établies dans chacun des vantaux. Ceux-ci pèsent 40.000 kilogrammes ; les portes de flot aval sont plus lourdes de 5.000 kilogrammes. Toutes les manœuvres se font au moyen d'eau comprimée à 55 atmosphères par une pompe actionnée par un moteur à gaz du système Otto. Le bassin à flot, de forme très irrégulière, présente un assez grand développement de quais ; une longueur de près de 300 mètres, située le long de la gare du chemin de fer, est aménagée avec grues et voies ferrées.

Les canaux présentent un développement total de près de 1.500 mètres de longueur ; leur largeur varie de 20 à 35 mètres.

Harbourg reçoit beaucoup de pétrole apporté en vrac, lequel est emmagasiné dans six réservoirs citernes.

La construction de la grande écluse a coûté 2.816.250 francs, dont 2.575.000 pour les terrassement et maçonmeries, 185.000 pour les portes et 56.250 pour les appareils hydrauliques.

CHAPITRE IV

RENSEIGNEMENTS STATISTIQUES ET COMMERCIAUX

Industrie et commerce.

Industrie. — La situation douanière qui était faite à Brême et à Hambourg, jusqu'au moment de leur accession au Zollverein, ne permettait pas à l'industrie de se

développer dans ces villes. Le commerce seul était florissant.

Navigation maritime. — Le tableau suivant fait connaître le mouvement de la navigation maritime à l'entrée dans les ports du Weser et de l'Elbe depuis 1865. Les chiffres relatifs au Weser s'appliquent à tous les ports dont il a été question précédemment, à l'exception de Elsfleth ; ceux concernant l'Elbe, ne comprennent que le trafic des ports de Hambourg, d'Altona et de Harbourg :

[graphic][subsumed]

Les entrées dans chacun des ports pendant l'année 1888 ont atteint les chiffres suivants :

[graphic][ocr errors]

Indépendamment des 198 navires ayant effectué des opérations commerciales à Cuxhaven en 1888, il est entré en relâche dans ce port, pendant cette même année, 817 navires jaugeant ensemble 94.651 tonneaux ; savoir : par suite de vents contraires (673 navires, 55.503 tonneaux), d'avaries (28 navires, 5.832 tonneaux), d'hivernage (99 navires, 25.934 tonneaux), de manque de charbon (13 navires, 6.536 tonneaux), et par toutes autres causes (4 navires, 846 tonneaux).

Les principales relations des ports allemands de la mer du Nord sont avec les autres ports allemands, avec la Russie, la Suède, la Norwège et le Danemark, la Hollande, la Grande-Bretagne, les États-Unis, les Antilles, le Brésil et la Plata, le Chili, les Indes anglaises, la Chine et le Japon.

Des services réguliers de navigation à vapeur existent entre les ports de Bremerhaven et de Hambourg et ceux de Danzig et Königsberg, Saint-Pétersbourg, Gothembourg, Stockholm, Christiania, Amsterdam, Rotterdam et Anvers, Londres, Liverpool, Newcastle, Sunderland et Hull, le Havre et Bordeaux, Bilbao, Santander et Lis

bonne, Halifax, Boston et New-York, Haïti, les Gonaïves
et la Havane, Rio-Janeiro, Montevideo et Buenos-Ayres,
Callao et Valparaiso, la côte d'Afrique, Hong-Kong,
Sanghaï et Yokoama et l'Australie.
Les pays de provenance et de destination des navires
qui sont arrivés dans les ports du Weser et de l'Elbe,
ou qui en sont partis, en 1888, sont donnés ci-après :

[graphic][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][ocr errors][subsumed]

Le tableau suivant fait cOnnaître le nombre et le tonnage des navires attachés à chacun des ports ; il n'est pas tenu compte des bateaux exclusivement affectés à la

pêche :
VAPEURS VOILIERS TOTAUX
Nombre | Tonnage | Nombre | Tonnage | Nombre | Tonnage
tonneaux tOnneaux tOnneaux
Emden. . . . . - - 3 92 44 4.052 47 4.144
Wilhelmshavem. . 1 25 )) )) 1 25
Bremerhaven. . . )) )) 2$ 27.414 25 27. 41 4
Geestemtlnde . . . 13 10.706 38 28.526 51 39 . 232
Brake . . . . . . . 2 719 92 22.990 94 23.709
Vegesack . . . . . )) )) 1 416 1 116
Brême. . . . . . . 118 124.256 197 173.808 345 298.064
Cuxhaven. . . . . 1 87 3 76 4 163
Alton3. . . . . . . )) )) 12 2.398 12 2.398
Hambourg. . . . . 226 234.821 263 147.023 489 381.844
Harbourg . . . . . )) >) 2 178 2 178

[graphic]
« PreviousContinue »