Page images
PDF
EPUB

verts sur le bassin et fermés de l'autre côté, puis un réseau de voies ferrées et une voie charretière. Le sol des hangars est surélevé de 1",25; il se prolonge à ce niveau d'une certaine quantité en avant et en arrière pour former perron ; la toiture des hangars est assez saillante pour couvrir, durant leur chargement ou leur déchargement, les wagons placés sur la première voie ferrée établie de chaque côté de la construction. Le terre-plein compris entre l'arête du quai et le perron extérieur des hangars a le plus souvent de 7",50 à 8 mètres de largeur. Les voies ferrées en arrière des hangars sont d'ordinaire au nombre de quatre, deux servant à la circulation et deux au stationnement et à l'approche des wagons. La largeur des hangars a été s'accroissant au fur et à mesure que s'augmentaient les dimensions des navires. Les grues sont en très grand nombre ; elles sont presque toutes à vapeur ou à bras ; les premières ont généralement une puissance de 1.500 ou de 2.500 kilogrammes, les autres une force de soulèvement de 1.000 kilogrammes. Ces engins sont disposés de telle sorte qu'ils peuvent prendre ou déposer les marchandises sous les auvents des hangars. Les grues à vapeur ont une portée de 10 mètres depuis leur centre ou de 9 mètres à partir de l'arête des quais ; la vitesse d'élévation des fardeaux est de 0",60 par minute.La voie pour les grues a2",30 de largeur. Les dispositions que présentent les divers quais du port franc sont représentées par les fig. 1 de la Pl. 38, 1 et 2 de la Pl. 42. Le tableau suivant complète les renseignements donnés par les dessins ; il fait notamment connaître les principales dimensions des hangars, le nombre et la puissance des grues. Ces indications absolument exactes pour ce qui est du Sandthor et du Grasbrookhafen, ne sont qu'approximatives pour les nouveaux bassins, dont l'outillage n'est pas encore achevé.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]

Il existe en outre au milieu de la rive Est de l'Ausserer Oberländerhafen une estacade de 100 mètres de long environ sur 35 mètres de large portant un hangar clos ; la manutention des marchandises se fait au moyen de trois grues. Quelques hangars présentent des dispositions particulières. Celui qui borde le Zoll canal (Pl. 38, fig. 1) forme la limite douanière du port franc ; il est bâti sur l'arête du quai et sa toiture fait saillie de 5 mètres sur le nu du mur. Sous cet auvent, dans la charpente de la toiture, est établie une passerelle servant de chemin de ronde et permettant aux douaniers de surveiller facilement sans être vus le Zoll canal éclairé à la lumière électrique par des lampes à arc placées le long du toit. Un grand magasin comprenant des caves, un rez-dechaussée et quatre étages a été construit à l'extrémité de la traverse comprise entre Sandthorhafen et Grasbrookhafen ; il présente une surface de 3.630 mètres carrés, sans compter une cour cOuVerte ayant une superficie de 544 mètres. L'outillage se compose de huit élévateurs et quatre grues hydrauliques de la force de 1.500 kilogrammes et de quatre ascenseurs à bras de 1.000 kilogrammes. L'eau comprimée à 60 atmosphères est fournie par une machine spéciale établie dans le bâtiment. Les Kerwieder et Brooksflethe sont bordés sur leurs deux rives de grandes constructions qui contiennent les bureaux et les entrepôts du port franc (Pl. 38, fig. 1). Ces bâtiments ont une longueur totale de près de 1.500 mètres et une largeur variant de 16 à 33 mètres ; leur surface totale est d'environ 39.000 mètres carrés. La plus grande partie de ces constructions a été édifiée par la Freihafenlagerhaus gesellschaft, société particulière qui a été formée en vue de l'établissement et de l'exploitation des entrepôts. L'État de Hambourg livre les terre-pleins à

cette société au fur et à mesure de leur achèvement, en se réservant un droit de contrôle sur les travaux et Sur les agissements de la société, ainsi que la faculté de racheter la concession. Le complément des magasins, sur une étendue de 9.000 mètres carrés, a été construit directement par l'État ou par des particuliers, sous son contrôle. $, Ces magasins comprennent des caves, un rez-dechaussée, quatre ou cinq étages et un grenier; ils sont de deux types différents. Les uns, spécialement destinés au commerce des vins, du thé, du tabac et des denrées coloniales, renferment, au premier et au second étage, cent bureaux de négociants ayant chacun une superficie de 100 mètres carrés. Le rez-de-chaussée de l'un de ces bâtiments contient, en outre, les machines servant à cOmprimer l'eau et à produire l'électricité ; les chaudières sont placées dans une construction isolée. Les autres magasins sont disposés pour recevoir des marchandises de tOutes natures. Les planchers sont établis pour supporter 1.800 kilogrammes par mètre carré, à l'exception de ceux du grenier qui ne sont calculés que pour un poids de 500 kilogrammes. Les bâtiments sont fondés sur pilotis. La charge maxima est de 15.000 kilogrammes pour les pieux des murs de face et de 20.000 kilogrammes pour les treize ou quatorze pieux placés sous chacun des piliers. Tous les murs sont en briques, les refends sont disposés de manière à ne comprendre entre eux qu'une surface ne dépassant pas 800 mètres carrés ; cette disposition a été admise pour circonscrire les incendies qui viendraient à se produire ; les escaliers sont cOntenus dans des cages entièrement en maçonnerie, et les portes y donnant accès sont toutes en fer. Les piliers, les planchers et la charpente de la toiture sont métalliques ; les piliers, disposés par files espacées de 4 mètres, sont distants de 5 mètres environ dans chaque file ; ils sont formés de poutres en treillis de même que les sommiers les réunissant. Les traverses supportant les solives du plancher sont des fers à double T assemblés sur les sommiers de manière à permettre la dilatation. La manutention des marchandises se fait au moyen de grues et de monte-charges hydrauliques. L'intérieur du port libre est entièrement éclairé à l'électricité, au moyen de 4.000 lampes par incandescence de 16 bougies et de 29 lampes à arc de 12 ampères. Les chaudières, au nombre de cinq, Ont chacune une surface de chauffe de 140 à 150 mètres. Les quatre machines à comprimer l'eau sont des machines horizontales du système Compound de 120 chevaux, faisant 60 tours à la minute. Les cylindres ont 0",40 et 0",70 de diamètre et 0",70 de course. L'eau est comprimée à 50 atmosphères au moyen de deux pompes différentielles de 0", 123 et 0",87 de diamètre et de 0",70 de course. Les accumulateurs, au nombre de deux, ont des pistons plongeurs de 0",60 de diamètre et de 7",50 de course ; chacun d'eux peut contenir 2 mètres cubes d'eau. Les machines sont suffisantes pour alimenter 260 cabestans, 50 ascenseurs et 36 grues. Les cabestans soulèvent 600 kilogrammes avec une vitesse de 1",50 par seconde ; les ascenseurs 1.200 kilogrammes avec une vitesse double. Les grues sont toutes de la force de 1.500 kilogrammes, à l'exception d'une qui est de 5.000 kilogrammes. Les machines motrices pour les lampes à arc, au nombre de trois, sont du type Compound et de -200 chevaux de force ; elles font 100 tours à la minute. Les cylindres ont 0",40 et 0",60 de diamètre et 0",80 de course. Pour les lampes par incandescence, il y a une machine de 60 chevaux à un cylindre sans condensation, faisant 90 tours à la minute; le cylindre a 0",36 de diamètre et 0",72 de course. Les dynamos sont au

« PreviousContinue »