Page images
PDF
EPUB

teur des services techniques au ministère des chemins de fer autrichiens, a imaginé un appareil qui a été expérimenté avec succès sur les tramways viennois dont il avait dès 1895, doté les voitures du frein rapide commandé par électro-aimant. Rappelons ici que ce frein est entré dans la pratique courante de l'exploitation depuis qu'il a été perfectionné en France par M. Guénée.

L'appareil de M. Max von Leber (voir page 241) comporte essentiellement un filet à cadre vertical (1 de la figure) mobile autour d'un axe horizontal (2) qui coïncide sensiblement avec l'arête inférieure de la traverse avant du châssis de la voiture. Ce filet sert de pièce pendulaire.

Un levier (3) dit de déclenchement, relié au cadre et disposé perpendiculairement à celui-ci, sous le plancher de la plateforme, tourne autour du même axe.

A 80 centimètres des roues règne un garde-corps à parois sensiblement verticales qui descend jusqu'à Om, 10 de la chaussée et qui peut tourner autour d'un axe horizontal (10) de manière à s'abaisser jusqu'au sol et à boucher l'intervalle de 0,10. La base du garde-corps est pourvue d'une garniture élastique quelconque faite de brins d'osier ou de brins de balais.

Dès que le levier de déclenchement (3) a tourné d'un certain angle, il laisse échapper une pièce (4) à laquelle il servait d'appui et dont la chute est limitée par un taquet d'arrêt fixe (7). Cette pièce (4) n'est elle-même que le grand bras d'un levier coudé dont le petit bras (5) est articulé à une transmission rigide (8) qui commande le mouvement du garde-corps. Celui-ci s'abaissera donc dès qu'un piéton sera renversé et atteint par le filet; la victime s'engageant alors dans l'espace libre de 30 centimètres de hauteur mé. nagé sous la plateforme sera chassée en avant par le garde-corps sans risquer d'être écrasée sous les roues.

Le watmann dispose d'ailleurs d'un levier (18) qui lui permet sans qu'il ait à quilter son poste, de relever le garde-corps et de remettre tout l'appareil en position normale.

Enfin, on a eu soin d'enclencher avec la transmission rigide le battant du timbre (16) que doit actionner le walmann chaque fois qu'il se met en marche. On a ainsi la certitude qu'il ne pourra son

Chasse-corps Système de M. Max Von Leber.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][graphic][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][merged small]

. - Filet mobile ou cadre pendulaire.

Axe horizontal du cadre pendulaire. 3. T.evier de déclenchement. 4. – Grand bras 5.

du levier articulé avec la transmission de commande du mouvement Petit bras . Axe horizontal

du chasse-corps. 7. Taquet fixe. 8. Transmission de commande du mouvement du chasse-corps. 9. Partie mobile du chasse-corps. 10. Axe horizontal de la partie mobile du chasse-corps. 11. Suspension de la partie mobile du chasse-corps. 12

Grand bras 13. Petit bras

des leviers de commande du mouvement du chasse-corps. 14.

Are horizontal 15. Contrepoids } reconnus Inutiles pour le type des voltures sur lesquelles le chasso-corps

a été mis à l'essai. Cloche avant de la voiture 17. - Butoir suspendant le fonctionnement de la cloche lorsque le dispositif de sûreté n'est pas

dans sa position normale. 18. Tirant de relevage.

16.

Ann. des P. et Ch. MÉMOIRES.

1908-1.

16

ner ni par suite démarrer sans que le garde-corps soit relevé et le filet à cadre à sa place.

Toutes les pièces du mécanisme sont disposées latéralement de manière à ne pas empiéter sur l'espace libre de 30 centimètres et à ne gèner en rien le jeu des barres d'attelage.

L'expérimentation de ce système se poursuit à Vienne sur trois voitures motrices dont les deux plateformes sont pourvues du dispositif.

N 18

SUR LA REPRÉSENTATION APPROCHÉE

DE LA CHAINETTE

Par M. Maurice D'OCAGNE, Ingénieur des Ponts et Chaussées.

L'équation de la chainette de paramètre a, rapportée à la tangente 0 x et à la normale O y en son sommet, est

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

(n! représentant, suivant l'usage, le produit 1.2.3.../l).

Dans les applications, l'arc de la chaînette utilisé de part et d'autre de son sommet étant assez petit, on est dans l'habitude de lui substituer l'arc correspondant de la parabole osculatrice au sommet

(2)

qui a avec la chainette un contact du troisième ordre.

Nous allons voir qu'on peut obtenir, au moyen d'une autre conique d’un emploi presque aussi simple que cette parabole, une représentation beaucoup plus satisfaisante de la chainelle.

Cherchons pour cela la conique générale osculatrice au sommet, c'est-à-dire celle qui a avec la chainette, en ce point, un contact du quatrième ordre.

yo a'

L'équation de cette conique tangente en 0 à 0 x et symétrique par rapport à Oy est nécessairement de la forme

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Si nous dérivons quatre fois celte équation et si nous faisons

0, y = 0 dans les équations obtenues, nous avons, pour déterminer les dérivées y'ety à l'origine (y. et y étant nulles,

1+ y = 0, 37y"+ Hy'' = 0.

Or, l'équalion (1') nous donne pour la chaînelte

[blocks in formation]

Portant ces valeurs dans les équations précédentes, nous avons

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

et il vient par suite pour l'équation de la conique cherchée

[ocr errors][ocr errors][merged small]
« PreviousContinue »