Bibliothèque de l'homme public: ou, Analyse raisonée des principaux ouvrages françois et étrangers sur la politique en général, la législation, les finances, la police, l'agriculture, & le commerce en particulier, & sur le droit naturel & public, Volume 2, Parts 1-2; Volume 7

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 57 - Mais si on entend qu'il faut l'enseigner comme une doctrine conforme aux principes de la raison universelle , ou exciter en sa faveur un aveugle enthousiasme qui rende les citoyens incapables de la juger ; si on leur dit : voilà ce que vous devez adorer et croire...
Page 50 - ... de la nation, trahie à la fois et par ces instituteurs et par la puissance publique qui les aurait protégés, pourrait découvrir leurs projets assez tôt pour les déconcerter et les prévenir ? Créez des corps enseignants, et vous serez sûrs d'avoir créé ou des tyrans ou des instruments de la tyrannie. La puissance publique ne peut pas établir un corps de doctrine qui doive être enseigné exclusivement. Sans doute il est impossible qu'il ne se mêle des opinions aux vérités qui doivent...
Page 9 - Il en résultera sans doute une différence plus grande en faveur de ceux qui ont plus de talent naturel, et à qui une fortune indépendante laisse la liberté de consacrer plus d'années à l'étude ; mais si cette inégalité ne soumet pas un homme à un autre, si elle offre un appui au plus faible sans lui donner un maître, elle n'est ni un mal ni une injustice ; et certes ce...
Page 68 - ... égale, s'ils peuvent faire avec elles les lectures qui doivent entretenir leurs connaissances, si, dans l'intervalle qui sépare leur enfance de leur établissement, l'instruction qui leur est préparée pour cette époque n'est point étrangère aux personnes vers lesquelles un penchant naturel les entraîne. 4° Parce que les femmes ont le même droit que les hommes à l'instruction publique.
Page 20 - ... de bonheur et de malheur pour lui-même, de bien et de mal pour ceux que le hasard a placés près de lui, il devient une partie active du grand tout et le coopérateur d'un ouvrage étemel.
Page 118 - Pour qu'une peine soit juste , elle ne doit avoir que le degré de rigueur suffisant pour éloigner du crime. Un esclavage perpétuel auroit autant et plus' de pouvoir que la mort , pour arrêter un scélérat.
Page 72 - Il faut donc, loin de les favoriser, chercher à les combattre dans les pays où l'on veut que la législation ne fasse que suivre la nature, obéir à la raison et se conformer à la justice. Dans les institutions d'une nation libre, tout doit tendre à l'égalité, non seulement parce qu'elle est aussi un droit des hommes, mais parce que le maintien de l'ordre et de la paix l'ordonne impérieusement. Une constitution qui établit l'égalité politique ne sera jamais ni durable, ni paisible, si...
Page 64 - ... celle qui est relative aux sciences, parce qu'elles peuvent se rendre utiles à leurs progrès, soit en faisant des observations, soit en composant des livres élémentaires. Quant aux sciences, pourquoi leur seraient-elles interdites ? Quand bien même elles ne pourraient contribuer à leurs progrès par des découvertes, (ce qui d'ailleurs ne peut être vrai que de ces découvertes du premier ordre qui exigent une longue méditation et une force de tête extraordinaire) pourquoi celles des...
Page 27 - ... utile de connaître. Nécessité de diviser l'instruction en plusieurs degrés, d'après celui de la capacité naturelle et le temps qu'on peut employer à s'instruire. Les enfants, suivant la richesse de leurs parents, les circonstances où se trouvent leurs familles, l'état auquel on les destine, peuvent donner plus ou moins de temps à l'instruction. Tous les individus ne naissent pas avec des facultés égales, et tous enseignés par les mêmes méthodes pendant le même nombre d'années...
Page 48 - ... mais par le choix des maîtres et des méthodes ; c'est surtout en assurant aux bons esprits les moyens de se soustraire à ces erreurs, et d'en connaître tous les dangers. Son devoir est d'armer contre l'erreur , qui est toujours un mal public , toute la force de la vérité; mais elle n'a pas droit de décider où réside la vérité , où se trouve l'erreur.

Bibliographic information