Bulletin, Volume 6

Front Cover
Societe archeologique et historique du limousin, 1855
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 125 - ... criminel, d'un lieutenant particulier assesseur civil , d'un assesseur criminel, de deux conseillers, d'un notre avocat et procureur, d'un greffier en chef civil et criminel , de six procureurs , d'un premier huissier et de deux autres huissiers audienciers , tous lesquels dits officiers nous créons en titre d'offices formés pour jouir des gages qui leur seront par nous attribués, ensemble des mêmes droits, autorités, prérogatives, prééminences, franchises, libertés, profils et émoluments...
Page 125 - A ces causes, et autres considérations à ce nous mouvant, de l'avis de notre Conseil, et de notre certaine science, pleine puissance et autorité royale, nous avons par notre présent édit perpétuel et irrévocable, dit, statué et ordonné, disons, statuons et ordonnons, voulons et nous plaît ce qui suit : ARTICLE 1er.
Page 126 - V. Voulons néanmoins que, jusqu'à ce qu'il se trouve en ladite séneschaussée de St-Yrieyx trois au moins des juges créés par l'article III ci-dessus , les appels des sentences rendues dans les justices dont nous lui avons attribué le ressort immédiat par l'article précédent continuent d'être portés aux séneschaussées dont nous avons distrait lesdites justices. ART. VI. Les pourveus ou propriétaires des offices dudit siège des Appeaux de Ségur et de ceux qui...
Page 56 - Un ange en bosse, de cuivre doré, émaillé, porté sur un pied • carré, et qui a sur la tôte un petit cristal garni de cuivre doré, sur lequel est ce billet : De sancto Juniano , et dedans nous avons trouvé un os du doigt plié de quelque drap violet avec cet écriteau : Sancti •Juniani, confessons. Plus du taffetas blanc, quelques cendres , sans écrit. Les inventaires ne font pas mention de* ce cristal ni des reliques qui sont dedans, ce qui nous donne à connoitre qu'elles y ont été...
Page 203 - Les émaux que Léonard composa dans la première partie de sa carrière dénotent tous un nouveau progrès dans son art. D'abord il imitait la peinture allemande; mais bientôt, lorsqu'il se trouva en contact avec les peintres italiens que François I" avait appelés à sa cour, son style s'éleva; son dessin devint plus correct , et son coloris plus brillant. Le plus souvent il traitait des sujets religieux. Toutefois, vers 1535, il sacrifia au goût de l'époque, et les fables mythologiques sollicitèrent...
Page 15 - Sur la septième et dernière des châsses qui formaient la décoration du maître autel, (la plus voisine du tabernacle, du côté de l'Évangile), on voyait « au devant une figure de la Vierge tenant à la main droite un lis et le petit Jésus en l'autre, et à ses côtés six vierges; par dessus, l'image du Sauveur et trois images à chacun de ses côtés ». Par derrière était « dépeint le martyre de ces saintes vierges, dont il y en a douze en haut qui tiennent à la main un lis. Et vers...
Page 94 - Charité, charité! c'est-à-dire sollicitude et assistance aux humbles et aux souffrants; absence d'envie et de convoitise à l'égard des puissants et des heureux ; indulgence, amour pour tous ceux qui composent avec nous le grand corps social : telle est la loi qui, de l'Ecriture, doit passer dans le fait, de la prédication dans les mœurs, et à laquelle doit obéir fidèlement tout véritable ami de l'humanité, tout soldat dévoué du progrès. » Et, dans son indignation contre les accusateurs...
Page 64 - Eutrope et autres. Nous trouvons dans les inventaires de 1495 et 1515, nombre 43 : « Un autre reliquaire d'argent doré , à pied rond . auquel il ya un verre couvert et garni d'argent , où il ya : De corrigiis quibus fuit verberatum corpus Domini ; de sancto Eutropio ; de capillis beatœ Catharinœ; de sanctis Lupo, Bartholomœo , apostolis ; de cunabulo et ossibus beatœ Mariœ Magdalenœ ; et , aux marges , est écrit :
Page 124 - ... du lieu de Ségur, sont obligés d'y porter leurs appels des sentences des juges ordinaires, pour plaider ensuite par appel aux sénéchaussées supérieures, et enfin au Parlement de Bordeaux.
Page 123 - Nous avons des raisons de croire qu'il laissa deux fils : l'un , héritier de son titre de peintre du roi , et portant' son prénom , appelé messire dans les actes", l'autre , François, filleul probablement de sou grand-père. Ce qui fortifie cette supposition , ce Sont les contrats que j'ai lus, où ces deux émailleurs figurent ensemble comme ayant des intérêts communs. Ils possédaient , en 1 606 , les maisons de Léonard I , comme celui-ci les possédait avec spu frère Martin.

Bibliographic information