Page images
PDF
EPUB

dimensions que celle dont nous venons de parler, à l'exception de la longueur qui n'était que de 4 mètres , s'était déjetée d'environ 26 millimètres. Quelle courbure prendra donc une vis de 13 mètres go centimètres de long, lorsque son diamètre restera le même ?

Enfin, quand bien même on s'obstinerait à vouloir justifier la proposition de M. Pattu, à qui je rends trop de justice pour ne pas reconnaître que c'est par oubli qu'il n'a

pas présenté ce cas sous un autre aspect, où trouverait-on dans le voisinage d'un marais une chute assez élevée pour faire mouvoir une vis de près de 14 mètres de longueur; inclinée à 35 degrés avec l'horizon? Je m'empresse de faire connaître les

moyens que j'ai imaginés pour remédier à cet inconvénient, et produire l'effet annoncé par

l'auteur. On peut arriver à ce but

par

deux voies différentes.

1o. Je ne me sers pas de la petite vis pour moteur; mais je place à sa partie supérieure une grosse vis dont les hélices sont dans le même sens que celles de la petite vis. C'est cette grosse vis qui servira de moteur. Je laisse en bas la grosse vis qu'y a placée M. Pattu; mais, afin que celle du haut puisse vaincre la résistance des frottemens, ou je lui donnerai

une hauteur double de celle de la grosse vis du bas de la machine, ou bien je ferai son diamètre plus grand d'un quart que celui du diamètre de la vis inférieure, ce qui reviendra à-peu-près au même. Dans ce cas, je ne me servirai pas de la petite vis pour noyau des deux grosses, j'emploierai un arbre plein et solide.

2o. L'on pourrait, rigoureusement parlant, se servir de la petite vis pour noyau des deux grosses, en l’employant même comme une portion du moteur. Pour cela on placerait une grosse vis à la partie supérieure de la petite , égale à celle que l'on placerait aussi à la partie inférieure. Alors les deux grosses vis se feraient équilibre , et l'effort que produirait la petite, servirait à vaincre la résistance.

Cependant, pour ne pas induire en erreur ceux qui seraient tentés d'exécuter cette idée, je dois les prévenir que, pour réussir, ils seront obligés d'espacer les hélices de la grosse vis supérieure qui doit combiner ses effets avec la petite, de manière que l'eau descende dans les deux vis avec la même vîtesse, ce qui n'est pas difficile à trouver par le calcul, mais qui présentera quelques difficultés dans l'exécution. L'on doit bien observer que, si l'eau descendait plus vite dans l'une que dans l'autre, elles se nuiraient réciproquement, et ne pourraient pas produire l'effet qu'on en attendrait.

Je dois encore les prévenir que je ne trouve pas cette construction aussi avantageuse que la première que j'ai proposée, parce que le but étant de dessécher un marais, si l'on se sert de la petite vis pour moteur, on portera, à chaque révolution de la petite vis, une certaine quantité d'eau dans le marais, qu'on finira cependant par épuiser, puisque la grosse vis en montera une plus grande quantité que la petite n'en descendra; mais à quoi bon augmenter le travail et les difficultés , lorsqu'on peut s'en dispenser. Ce défaut, dont je viens de parler, existe dans la proposition de M. Pattu.

Je conseille donc de s'en tenir à la première construction que j'ai indiquée; elle n'oblige à aucun tâtonnement, à aucune nouvelle expérience.

J'ai cru ces observations d'une assez grande importance, pour mériter de faire suite au mémoire de M. Pattu.

Je joins ici une planche dont les figures, en justifiant mes observations , indiqueront les perfectionnemens que je propose, pour le cas du dessèchement des marais.

Explication de la Planche 26.

Fig. 1. Vis modèle à double effet, dessinée d'après les dimensions données par M. Pattu, dans son mémoire, tome 2, page 320, et telle qu'elle a servi aux expériences. Les figures 3 et 4 sont dessinées sur la même échelle, et les figures i et 2 sont sur une échelle moitié plus petite, afin de ne pas exiger une planche trop grande.

Fig. 2. Dimensions que devrait avoir la petite vis, pour servir de moteur dans le cas du dessèchement d'un marais.

0. Grosse vis agent : elle a om 50 de hauteur, om776 de diamètre.

PPP. Petite vis moteur qui sert de noyau à la grosse : elle a 13mgo de hauteur, om 256 de diamètre.

Q. Ruisseau moteur : il doit former une chute de 7"97 à cause de l'inclinaison de la vis à 35 degrés.

R. Canal de décharge. S. Marais à dessécher. 2e Coll. 3.

14

[ocr errors]

Fig. 3. B. Vis agent : elle a comme celle de M. Pattu om 5o de hauteur.

A. Vis moteur : elle a dans ce cas le même diamètre

que la vis agent, mais sa longueur est de 1m81, c'est-à-dire trois fois 5/8 la longueur de la vis agent.

D. Canal de décharge commun aux deux vis.

I. Ruisseau moteur.
M. Marais à dessécher.

TT. Noyau des deux vis. C'est un arbre plein et solide armé de pivots à ses deux bouts. On fixe les vis sur cet arbre à la hauteur convenable au moyen de coins.

Cette construction sera employée dans tous les cas où le ruisseau moteur aura au moins un mètre et demi de chute. Si la chute était plus élevée, on élèverait la vis moteur jusqu'au niveau de cette chute; l'eau se déverserait toujours dans le même canal de décharge.

Fig. 4. F. Vis agent ; elle a les mêmes dimensions

que la vis précédente, et exactement les mêmes que celles qu'a données M. Pattu, pour la vis modèle.

E. Vis moteur : son diamètre varie selon que le ruisseau moteur est plus ou moins élevé. On en calcule le diamètre par l'équation

[ocr errors]
« PreviousContinue »