Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

• 62. =5—15 juillet 1826. = Loi qui autorise les vittes de Saint-Quentirt

et de Montpellier à faire des emprunts, la première pour l'élargisse-
ment d'une route, et la seconde pour l'établissement d'un musée. ( VIII ,

Bull. cir, n° 3411.)
N° 63. 5—15 juillet 1826. = Loi qui autorise le département de la Haute-

Garonne à s'imposer exiraordinairement pour l'établissement d'une école
vétérinaire. (VIII, Bull. cii, n° 34 12.)

No 64. = 6—7 juillet 1826. =- Loi relative à la fixation du budget des penses et des recettes de 1827 (1). (VIII, Bull. ci, n° 3371.)

TITRE ler. Crédits votés pour l'exercice 1827.

S ier. – Budget de la dette consolidée. Art. 1er. Les dépenses de la dette consolidée et de l'amortissement sont fixées, pour l'exercice 1827, à la somme de deux cent trente-huit millions huit cent quarante mille cent vingt-un francs (238,840,121 fr.), conforinément à l'état A ci-annexé.

S 11. — Fixation des dépenses générales du service. 2. Des crédits sont ouverts jusqu'à concurrence de six cent soixanteseize millions huit cent quatre-vingt-neuf mille six cent vingt-un francs (676,889,621 fr.) pour les dépenses générales du service de l'exercice 1827, conformément à l'état B, applicables, savoir : Aux dépenses générales, ci.....

541,798, 109 fr. Aux frais de régie, d'exploitation, de perception et non-va

leurs des contributions directes et indirectes et des revenus de l'état, ci.....

126,491,512 Aux remboursemens et restitutions à faire aux contribuables sur les produits desdites contributions , ci....

8,600,000 TOTAL ÉGAL.

676,889,621 TITRE II. Impôts autorisés pour l'exercice 1827 (2). 3. Continuera d'être faite, en 1827, conformément aux lois existantes, la perception Des droits d'enregistrement, de timbre, de greffe , d'hypothèques, de passeport et permis de port d'armes; Des droits de douanes, y compris celui sur les sels; - Des contributions indirectes, des postes, des loteries, des monnaies et droits de garantie; · Des taxes des brevets d'invention; Des droits établis sur les journaux; Des droits de vé. rification des poids et mesures, conformément au tarif annexé à l'ordonnance royale du 18 décembre 1825; Du dixième des billets d'entrée dans les spectacles; · Du prix des poudres, tel qu'il est fixé par la loi du 16 mars 1819;

D'un quart de la recette brute, dans les lieux de réunion et de fêtes où l'on est admis en payant, et d'un décime pour franc sur ceux de ces droits qui n'en sont point affranchis, y compris les amendes et condamnations pécuniaires; - Des contributions spéciales destinées à subvenir aux dépenses des bourses et chambres de commerce, ainsi que des reverius spé

(1) Voyez la loi de nances du 28 avril-4 mai 1816 : elle contient des dispositions fondam mentales sur toutes les branches des revenus publics et sur les dépenses.

(2) Voyez, sur les impôis compris dans le présent litre, les notes qui accompagnent les tit. jer et' ll de la loi de finances du 17-17 juillet 1819.

[ocr errors]
[ocr errors]

ciaux accordés auxdits établissemens et aux établissemens sanitaires; · Des droits établis pour les frais de visite chez les pharmaciens, droguistes et épiciers; Des rétributions imposées, en vertu des arrêtés du gouvernement du 3 floréal an 8 (23 avril 1800) et du 6 nivose an 11 (27 décembre 1802), sur les établissemens d’eaux minérales, pour le traitement des médecins chargés par le gouvernement de l'inspection de ces établissemens; Des redevances sur les mines; Des diverses rétributions imposées en faveur de l'université sur les établissemens particuliers d'instruction et sur les élèves qui fréquentent les écoles publiques; Des taxes imposées, avec l'autorisation du gouvernement, pour la conservation et la répartition des digues et autres ouvrages d'art intéressant les communautés de propriétaires ou d'habitans , et. des taxes pour les travaux de desséchement autorisés par la loi du 16 septembre 1807; Des droits de péage qui seraient établis, conformément à la loi du 4 mai 1802 (14 floréal an 10), pour concourir à la construction ou à la réparation des ponts, écluses ou ouvrages d'art à la charge de l'état, des départemens et des communes; – Des sommes réparties sur les israélites de chaque circonscription, pour le traitement des rabbins et autres frais de leur culte.

4. La contribution foncière, la contribution personnelle et mobilière, les contributions des portes et fenêtres et des patentes', seront perçues, pour 1827, en principal et centimes additionnels, conformément à l'état C ci-annexé. Le contingent de chaque département dans les contributions foncière, personnelle et mobilière, et des portes et fenêtres, est fixé aux sommes portées dans les états D, nos 1er, 2 et 3, annexés à la présente loi.

TITRE III. — Évaluation des recettes de l'exercice 1827: 5. Le budget des recettes est évalué, pour l'exercice 1827, à la somme de neuf cent seize millions six cent huit le sept cent trente-quatre francs (916,608,734 fr.), conformément à l'état E ci-annexé.

Moyens de service. 6. Le ministre des finances est autorisé à créer, pour le service de la trésorerie et les négociations avec la banque de France, des bons royaux portant intérêt et payables à échéance fixe. - Les bons royaux en circulation ne pourront excéder cent vingt-cinq millions. Dans le cas où cette somme serait insuffisante pour les besoins du service, il y sera pourvu au moyen d'une émission supplémentaire, qui devra être autorisée par ordonnance du roi, et dont il sera rendu compte à la plus prochaine session des chambres.

Dispositions générales. 7. Toutes contributions directes ou indirectes, autres que celles autorisées par la présente loi, à quelque titre et sous quelque dénomination qu'elles se perçoivent, sont formellement interdites, à peine, contre les au. torités qui les ordonneraient, contre les employés qui confectionneraient les rôles et tarifs, et ceux qui en seraient le recouvrement, d'être poursuivis comme concussionnaires, sans préjudice de l'action en répétition, pendant trois années, contre tous receveurs , percepteurs ou individus qui auraient fait la perception, et sans que, pour exercer cette action devant les tribunaux , il soit besoin d'une autorisation préalable. Il n'est pas néanmoins dérogé à l'exécution des articles 22 de la loi du 17 août 1822 et 20 de la loi du 31 juillet 1821, relatifs aux centimes facultatifs que les conseils généraux de département sont autorisés à voter pour les dépenses d'utilité départementale et pour les opérations cadastrales, et des articles 31, 39, 40, 41, 42 et 43 de la loi du 15 mai 1818, relatifs aux dépenses ordinaires et extraordi. Daires des communes.

(Suivent les états.)

N° 65. =

= 6 -21 juillet 1826. = PROCLAMATIONS du roi qui ordonnent la c16. ture de la session de 1826 de la chambre des pairs et de la chambre des députés. (VIII, Bull. cir, no 3431.)

No 66. – 9—15 juillet 1826. FORDONNANCE du roi sur le contrôle des comp

tes des ministres (1). (VIII, Bull. CII, n° 3416.) Charles ,.. Vu l'article 20 de la loi du 27 juin 1819, l'article 22 de l'or. donnance du 14 septembre 1822, et le titre III de l'ordonnance royale du 10 décembre 1823; Sur le rapport de notre ministre secrétaire d'état des finances,

Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit : Art. 1er. A partir des comptes de 1825, notre ministre secrétaire d'état des financesco étera les documens qui sont adressés à la cour des comptes par tous les comptables du royaume, sur le recouvrement et l'emploi des revenus de l'état, en faisant, à la fin de chaque année, déposer au greffe de la cour le résumé général des viremens de comptes constatés par la comptabilité générale des finances, pour consigner dans ses écritures officielles les articles de recette et de dépense qui n'ont pas dû entrer dans le compte des caisses publiques, attendu qu'ils ne représentent que des changemens d’im. putation, des mouvemens de comptes courans et des opérations d'ordre, qui ne donnent lieu à aucune entrée ni à aucune sortie matérielle de fonds. .

2. Par l'effet de cette disposition, les documens soumis à l'examen de notre cour des comptes devront reproduire tous les faits publiés dans le compte général de l'administration des finances, et les résultats de ces documens seront intégralement compris dans les tableaux ci-après, savoir : -1° Les résumés généraux des comptes individuels, Des receveurs généraux des finances (ordonnance du 29 décembre 1823), Des payeurs du trésor royal (ordonnances des 18 novembre 1817 et 27 décembre 1823),- Des receveurs de l'enregistrement, du timbre et des domaines (ordonnances des 8 novem. bre 1820 et 4 novembre 1824), Des receveurs des contributions indirectes (idem), Des receveurs des douanes et sels (idem), Des directeurs des postes (idem), - Des receveurs de la loterie (idem),-Des caissiers des mon. naies et des receveurs des argues (idem); — 2° Le compte du caissier du trésor royal (ordonnance du 8 juin 1821); — 3° Le résumé général des viremens de comptes (article 1er de la présente ordonnance).

3. Pour faciliter le rapprochement de cet ensemble d'élémens de comptes avec les résultats publiés par nos ministres, à chaque session des chambres, les résumés généraux désignés à l'article précédent seront accompagnés, à partir des comptes de 1825, d'états présentant la comparaison des opérations comprises dans chaque résumé général, avec les résultats de la partie du compte des finances où les mêmes faits auront été présentés.

4. Les déclarations de conformité que notre cour des comptes délivre, pour constater la concordance des résultats de ses arrêts sur les comptes individuels des comptables, avec ceux de chaque résumé général, devront nous confirmer aussi l'accord de ces mêmes arrêts avec les opérations correspondantes, qui sont comprises dans le compte général de l'administration des finances.

(1) Voyez l'ordonnance du 10_26 décembre 1823, et les notes.

5. Le 10 juillet de chaque année, notre ministre secrétaire d'état des finances fera remettre à notre cour des comptes un tableau comparatif des recettes et des dépenses publiques comprises dans le compte général des finances de l'année précédente, avec les ccmptes individuels et les résumés généraux qui auront dû être antérieurement transmis à la cour pour la même année.

6. Ce tableau comparatif sera rapproché des déclarations de conformité rendues par notre cour des comptes sur chaque résumé général; et lorsque la cour aura reconnu la concordance de ces divers documens, elle délivrera, en audience solennelle, une déclaration générale pour attester l'accord du compte annuel des finances avec les résumés généraux et avec les arrêts prononcés sur les comptes individuels des comptables.

7. A l'aide du tableau comparatif établi chaque année, et présentant la distinction des recettes et des dépenses par exercice, notre cour des comptes délivrera également, en séance générale, une semblable déclaration de conformité sur la situation définitive de l'exercice expiré, qui aura déjà été provi. soirement vérifiée par la commission créée en vertu de l'ordonnance du 10 décembre 1823, et dont l'état se trouvera annexé à son procès-verbal.

8. Ces deux déclarations de notre cour des comptes seront adressées à notre ministre secrétaire d'état des finances, qui les fera mettre sous les yeux de la conimission désignée à l'article précédent, pour qu'elles soient imprimées à la suite du procès-verbal de ses travaux, dont la communication doit être faite aux chambres, en exécution de l'article 8 de l'ordonnance précitée.

9. Notre cour des comptes remettra à notre ministre des finances les dé. clarations de conformité ci-dessus prescrites, à une époque assez rapprochée de l'ouverture de chaque session des chambres pour que l'exactitude du der. nier réglement du budget ait pu être confirmée, avant qu'il ait été statué sur les résultats du nouveau réglement proposé pour l'exercice suivant.

No 67.

= 16–21 juillet 1826. = Loi qui autorise l'acquisition de la caserne dite de la Courtille, à Paris, pour le service du département de la guerre. (VIII, Bull. cili, n° 3430.)

No 68.–16—21 juillet 1826. = ORDONNANCE du roi qui modifie l'article 6 de

l'ordonnance du 3 octobre 1821–23 décembre 1830, et prescrit la communication aux conseils généraux de département des travaux relatifs à la répartition des contributions personnelle et mobilière et des portes et fenétres (1). (VIII, Bull. cili, n° 3435.)

Charles,... Vu les lois des 23 juillet 1820 et 31 juillet 1821, qui ont prescrit des travaux pour parvenir à une meilleure répartition de la contribution foncière et de la contribution personnelle et mobilière; - Vu l'ordonnance royale du 3 octobre 1821, qui a créé dans chaque département une commission spéciale chargée d'examiner les travaux relatifs à la contribution foncière, et de préparer le projet d'une nouvelle répartition entre les arrondissemens et les communes; – Vu l'article 6 de cette ordonnance, qui soumet à notre approbation les délibérations 'des conseils généraux sur les projets de répartition dressés par les commissions spéciales; – Vu la loi du 6 juillet 1826, qui accorde à tous les départemens un dégrèvement sur les

(1) Voyez l'ordonnance du 3 octobre 1821–23 décembre 1830, qui crée les commissions départementales chargées de faire celte répartition, et la notc.

contributions foncière, personnelle, mobilière et des portes et fenêtres; Vu également la loi du 3 mai 1802 (13 floréal an 10), qui confie aux préfets.et aux sous-préfets la répartition de l'impôt des portes et fenêtres entre les arrondissemens et les communes; Sur le rapport de notre ministre secrétaire d'état des finances, - Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit :

Art. 1er. Les délibérations qui seront prises par les conseils généraux de . département, sur l'avis des commissions spéciales, pour une nouvelle répartition de la contribution foncière, recevront immédiatement leur exécution, nonobstant les dispositions de l'article 6 de l'ordonnance royale du 3 octobre 1821.

2. Les documens recueillis par l'administration pour la répartition de la contribution personnelle et mobilière, d'après les bases prescrites par la loi du 23 juillet 1820, seront, dans leur prochaine session, soumis aux conseils généraux et aux conseils d'arrondissement, et serviront de renseignemens à ces conseils pour fixer les contingens des arrondissemens et des communes.

3. De semblables documens sur la contribution des portes et fenêtres leur seront communiqués, ainsi que les projets de répartition nouvelle. — Les avis donnés sur ces projets par les conseils généraux et les conseils d'arrondissement serviront de base à la répartition, qui sera faite par les préfets et y les sous-préfets.

No 69. = 16—21 juillet 1826. = ORDONNANCE du roi concernant l'applica

tion du dégrèvement sur la contribution personnelle et imobilière dans les villes cette contribution est remplacéc par l'octroi (1). (VIII, Bull. CIII, n° 3436.)

Charles ,... – Vu les lois relatives au remplacement de la contribution personnelle et mobilière, et notamment la loi du 25 mars 1817, portant que le remplacement de cette contribution, dans les villes ayant un octroi, pourra être opéré, à compter de 1817, par une perception sur les consommations, d'après la demande qui en sera faite aux préfets par les conseils municipaux, et que le mode de perception sera réglé par nos ordonnances; - Vu les arrêtés du gouvernement et les ordonnancés royales qui, en exécution des lois précitées, ont réglé dans un certain nombre de villes du royaume le mode de prélèvement d'une portion de la contribution personnelle et mobilière sur les produits de l'octroi, et la répartition de l'autre portion au centime le franc des valeurs locatives, ou d'après un tarif gradué applicable aux loyers d'habitation;-Vu la loi du 1er mai 1825 et celle du 6 juillet 1826, qui accordent un dégrèvement total de dix-neuf centimes sur la contribution personnelle et mobilière;-Considérant qu'il est nécessaire de procurer aux contribuables la jouissance del'intégralité de ce dégrèvement; qu'il importe également de circonscrire la perception à opérer par l'octroi ou par le rôle, dans la limite des contingens assignés aux communes, et de régler dès à présent les mesures préalables à la confection des rôles de 1827; Sur le rapport de notre ministre secrétaire d'état des finances, Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit :

Art. 1er. Dans les villes où une partie de la contribution personnelle et mobilière est prélevée sur l'octroi, les caisses municipales continueront à payer, en 1827, la somme réglée par les décrets et ordonnances, ou la somme qu'elles ont acquittée en 1825, si la portion à leur charge n'avait point été

(1) Voyez, sur la contributiob personnelle et mobilière, la loi du 3 nivose an 7 ( 23 ngvembre 1798), et les notes.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »